Nerf trochléaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nerf trochléaire ou nerf pathétique est la IVe paire des nerfs crâniens. Son rôle est essentiellement moteur.

Anatomie du nerf trochléaire[modifier | modifier le code]

Le nerf trochléaire (IV) est issu du tronc cérébral. Contrairement à tous les autres nerfs crâniens, il est le seul à sortir du tronc cérébral par sa face dorsale et à contourner celui-ci. Il est également l'unique nerf crânien à avoir toutes ses fibres qui croisent la ligne médiane. Il sort de l'endocrane au niveau de la fissure orbitaire supérieure, formée par la petite aile du sphénoïde.

Il innerve en particulier le muscle oblique supérieur de l'œil (ou grand oblique).

Noyaux centraux du nerf trochléaire[modifier | modifier le code]

Ils sont situés dans le mésencéphale, plus précisément dans la partie supérieure du pont cérébral.

Faisceaux cortico-nucléaires moteurs[modifier | modifier le code]

Rapports du nerf trochléaire[modifier | modifier le code]

Examen du nerf trochléaire[modifier | modifier le code]

Éléments cliniques[modifier | modifier le code]

L'atteinte du nerf trochléaire entraine une diplopie verticale (lorsqu'un seul côté est atteint). L'œil est dévié en haut et en dehors, ce qui incite le patient à incliner la tête sur l'épaule du côté sain pour « corriger » la diplopie, ce qui donne au patient un air « pathétique », d'où le nom de « nerf pathétique » donné aussi au nerf qui innerve le muscle orbitaire grand oblique. Celui-ci, pour effectuer son action rotatoire sur l’œil, doit passer par une poulie (trochlée) amarrée à la paroi orbitaire, d'où le nom de nerf trochléaire donné aussi à ce nerf. L'œil n'est ainsi plus capable de regarder en bas et en dedans (cela entrainant par exemple, des difficultés pour descendre les escaliers).

Exploration électro-physiologique[modifier | modifier le code]

Pathologie du nerf trochléaire[modifier | modifier le code]

Lors de l'atteinte de ce nerf on observe un déficit de l'abaissement du regard, d'où le surnom de ce nerf, le nerf pathétique. De plus on observe des problèmes de rotation de l'œil (bien visible chez le chat) ainsi que du strabisme dorso-médial. À noter que c'est le seul nerf où une atteinte du noyau moteur entraîne une atteinte controlatérale du fait du croisement des fibres nerveuses.

Notes et références[modifier | modifier le code]