Musique spectrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique spectrale est apparue à la fin du XXe siècle ; elle s'est développée au cours des années 1970 - 1980 grâce, en particulier, aux progrès de l'informatique musicale. Cette étiquette sert généralement à désigner des techniques de composition développées principalement par des compositeurs français : Tristan Murail et Gérard Grisey notamment, même si ce dernier s'identifiait peu dans ce terme et aurait préféré le terme de « musique liminale », qui résumait mieux sa pensée du temps musical.

Le terme fut inventé par le compositeur Hugues Dufourt dans un article de 1979

Précurseurs[modifier | modifier le code]

Au Japon, dans les années 1950, Toshirō Mayuzumi (1929-1997) a analysé acoustiquement les sons des cloches bouddhistes. Il a ensuite reproduit leurs qualités sonores avec des instruments classiques dans Campanology pour orchestre (1957), Nirvana Symphony pour chœur et orchestre (1958), Campanology pour multi-piano (1966). Il a appelé cette méthode “l’effect de la campanologie”.

La musique des roumains Iancu Dumitrescu (1944) et Horatiu Radulescu (1942-2008) est souvent citée comme étant précurseur du mouvement spectral. Mais le mode de composition résulte plus de l'héritage de la musique populaire roumaine qui englobe elle-même de aspects spectraux, ainsi que de la musique byzantine, que de l'exploration scientifique des composantes harmoniques du son, comme procède l'école spectrale française. De ces deux compositeurs on peut citer comme œuvres représentatives, pour Rădulescu, Iubiri pour 16 instruments et sound icons (un instrument créé par le compositeur) ou ses sonates pour piano, et pour Dumitrescu Medium II pour contrebasse et Cogito/Trompe l'œil

pour piano préparé, 2 contrebasses, gong javanais, cristaux et objets métalliques. Radulescu a mis au point une écriture spectrale basée sur la scordatura spectrale comportant des intervalles inégaux, peu nombreux dans le grave et de plus en plus nombreux en montant vers l'aigu. L'ensemble Hyperion de Bucarest, avec les compoisteurs Costin Cazaban et Ana-Maria Avram[1] est un constituant important de ce mouvement.

La musique spectrale, dans un sens restrictif, est principalement basée sur la découverte de la nature du timbre musical et la décomposition spectrale du son musical, à l'origine de la perception de ce timbre. Certaines œuvres comme Atmosphères de György Ligeti, Stimmung de Karlheinz Stockhausen, Metastasis de Iannis Xenakis, Mutations de Jean-Claude Risset et Stria de John Chowning ont directement influencé ce mouvement, par leur ambivalence harmonie-timbre. Il en est de même pour les oeuvres de Giacinto Scelsi, que les spectraux français ont bien connu lors de leurs séjours en Italie, de Per Norgard (Iris , Luna ou Voyage into the golden screen) ou encore de Friedrich Cerha (Cycle des Spiegel).

Principe[modifier | modifier le code]

La musique « spectrale » tente de synthétiser à l'orchestre ou avec un ensemble instrumental des évolutions temporelles de sons plus ou moins bruités. Elle utilise pour cela des techniques microtonales d'orchestration favorisant une perception fusionnée, qui est celle du timbre, et des processus continus de transformation du matériau dans le temps2. Tristan Murail, Gérard Grisey, Hugues Dufourt et Michaël Levinas développeront cette recherche, en y incorporant des techniques dérivées de l'analyse-synthèse par ordinateur, qui a permis de rentrer dans les détails de la représentation du timbre. Ils appliqueront ainsi à l'écriture pour instruments traditionnels des techniques précédemment découvertes en électroacoustiques comme la modulation de fréquence, la boucle de réinjection, la compression de spectres, ou la dilatation d'un son dans le temps. Esthétiquement, cette école s'opposait à la musique sérielle et plus généralement à une musique combinatoire, préférant penser le son complexe comme un continuum, parallèle microscopique du continu formel macroscopique qu'est une œuvre de musique.

Le principe repose sur l'observation du son musical au moyen de sonagrammes que les progrès de l'informatique ont rendu plus pratiques et moins limités en fréquences et en durée, et sa relation au temps : ainsi peuvent être mis en rapport le déroulement d'un son observé à l'échelle « microsonique » et une perception musicale à l'échelle plus « macrosonique ».

Acoustiquement, chaque son peut être décomposé en un son fondamental accompagné de divers sons harmoniques à l'intensité variable, ainsi que de bruits provoqués par le mode d'émission (coup d'archet, de la langue etc.). L'observation fine du profil spectrographique des notes émises par un instrument permet de fournir un schéma de travail : le compositeur peut utiliser ces repères pour faire intervenir d'autres instruments et composer.

Plus généralement, ce mouvement esthétique, qui propose également de nouvelles techniques musicales, apparait en réaction à la pensée structuraliste de la musique des années 1960 (sérialité généralisée, combinatoires) qui, pour ces compositeurs, non seulement travaillait sur des paramètres « démodés » du son (rythmes, hauteurs d'une échelle à 12 notes, etc.), mais également se détournait de l'objet pour ne combiner et spéculer que sur des abstractions parfois vidées de leur sens. La musique spectrale est un retour à la perception, à un intérêt théorique pour les notions d'anticipation, de surprise et de flèche du temps en musique (comme les musiques de processus et répétitives aux États-Unis), et pour une composition des phénomènes continus en musique.

Principaux compositeurs et œuvres majeures[modifier | modifier le code]

Notion d'école spectrale[modifier | modifier le code]

La notion d'école correspond peu à la réalité mais, en tirant un peu, on peut affirmer qu'il s'agit d'une école esthétique dans le sens où elle a influencé de nombreux compositeurs plus jeunes : Philippe Hurel, Philippe Leroux, Marc-André Dalbavie, Jean-Luc Hervé, Thierry Alla, Fabien Lévy, Xu Yi, Eric Tanguy ou Thierry Blondeau en France, Claude Ledoux en Belgique, Kaija Saariaho ou Magnus Lindberg en Finlande, George Benjamin ou Julian Anderson au Royaume-Uni, Joshua Fineberg aux États-Unis, Georg Friedrich Haas en Autriche, Ana-Maria Avram en Roumanie pour n'en citer que quelques uns.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À voir la collection de CD "Edition Modern" ED MN 1001-1025

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alla, Thierry. 2008. Tristan Murail, la couleur sonore, Paris, Michel de Maule, ISBN 978-2-87623-206-8.
  • Anderson, Julian. 2000. "A Provisional History of Spectral Music". Contemporary Music Review 19, no. 2 ("Spectral Music: History and Techniques): 7–22.
  • Baillet, Jérome. 2000. "Gérard Grisey (Fondements d’une écriture)", Paris, L’Harmattan.
  • Béranger Sébastien, La musique spectrale se suffit-elle à elle-même ? Analyse d' « Éthers » de Tristan Murail, In Dissonanz/Dissonance n°95, Nyon, septembre 2006
  • Cohen-Lévinas, Danielle. Création musicale et analyse aujourd'hui (Paris : Eska, 1996) ISBN 2-86911-510-5
  • Entretemps. 1989. « Grisey/Murail », n°8, Paris.
  • Fineberg, Joshua, ed. 2000. Contemporary Music Review 19, no. 2 ("Spectral Music: History and Techniques").
  • Fineberg, Joshua; Spectral music : history and techniques (Overseas Publishers Association, published by license under the Harwood Academic Publishers imprint, ©2000) OCLC: 48862556
  • Garant Dominic, Tristan Murail : une expression musicale modélisée, Paris, L’Harmattan, 2001 ISBN 2747501817
  • Grisey, Gérard. 1987. "Tempus ex machina: a Composer's Reflections on Musical Time." Contemporary Music Review 2, no. 1:238–75.
  • Helmholtz, Hermann von. 1863. Die Lehre von den Tonempfindungen als physiologische Grundlage für die Theorie der Musik. Braunschweig: Friedrich Vieweg und Sohn. Second edition 1865; third edition 1870; fourth revised edition 1877; fifth edition 1896; sixth edition, edited by Richard Wachsmuth, Braunschweig: A. Vieweg & Sohn, 1913 (Facsimile reprints, Darmstadt: Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1968; Frankfurt am Main: Minerva, 1981; Hildesheim & New York: G. Olms, 1983, 2000 ISBN 3487019744; Hildesheim: Olms-Weidmann, 2003 ISBN 3487117517; Saarbrücken: Müller, 2007 ISBN 3836406063).
  • Humbertclaude Eric, La Transcription dans Boulez et Murail : de l’oreille à l’éveil, Paris, Harmattan, 1999 ISBN 273848042X
  • Fabien Lévy. 2004. "Le tournant des années 70 : de la perception induite par la structure aux processus déduits de la perception", in Le temps de l'écoute : Gérard Grisey ou la beauté des ombres sonores, pp. 103–133, L'Harmattan/L'itinéraire, Paris, 2004 (version comportant de nombreuses erreurs de la part de l'éditeur; une version corrigée se trouve à: http://www.fabienlevy.net/Documents/pdf/tournant70.pdf).
  • Moscovich, Viviana. 1997. "French Spectral Music: An Introduction". Tempo new series, no. 200 (April): 21–27.
  • Rose, François. 1996. "Introduction to the Pitch Organization of French Spectral Music." Perspectives of New Music 34, no. 2 (Summer): 6–39.
  • STÉVANCE, Sophie, Tessier...L'Itinéraire du timbre, Lillebonne, Éditions Millenaire III, 2006.
  • Avram, Ana-Maria. 1992. *Roumanie-Terre du neuvième ciel" Entretiens avec Harry Halbreich, Axis Mundi, Bucarest.
  • Avram, Ana-Maria. 2007. *La Musique Spectrale au Début du XXIe Siècle. Avec Harry Halbreich, Costin Cazaban, Sébastien Beranger, Ben Watson, Radu Stan, Rainer Boesch, Robert Reigle, Tim Hodgkinson" Éditions CREMAC
  • Joshua Fineberg.*Analyse, phénoménologie et ethnomusicologie dans la musique spectrale". 2003. Avec Tristan Murail, Ana-Maria Avram, Iancu Dumitrescu, Cornelia Fales, Robert Reigle.
  • Vingt-cinq ans de création musicale contemporaine : l’Itinéraire en temps réel, Paris, L’Itinéraire/L’Harmattan, 1998 (2ème édition) ISBN 2738467237

Articles connexes[modifier | modifier le code]