Monster (film, 2003)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monster.

Monster

Réalisation Patty Jenkins
Scénario Patty Jenkins
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Sortie 2003
Durée 109 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Monster est le premier long métrage réalisé par Patty Jenkins en 2003. Ce film relate de façon romancée la vie d'Aileen Wuornos.

Argument[modifier | modifier le code]

Aileen (Charlize Theron) zone depuis des années et survit en se prostituant. Un jour, elle rencontre dans un bar Selby (Christina Ricci), une jeune lesbienne un peu immature, dont elle tombe vite amoureuse. Les deux jeunes filles tentent alors d’échapper à leur quotidien : Selby veut s’évader d’une famille rigide et envahissante et Aileen souhaite trouver un travail. Pourtant, parce que la situation financière n’est pas facile, Aileen retourne se prostituer. Une nuit, elle se fait agresser par un client qu’elle parvient in extremis à tuer. Un premier crime. D’autres, alors, suivront.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur RS Doublage[1]

Réception[modifier | modifier le code]

Monster a reçu dans l'ensemble des critiques élogieuses dans les pays anglophones: sur le site Rotten Tomatoes, il obtient 82 % d'avis favorables avec 150 commentaires positifs et 33 commentaires négatifs et une note moyenne de 7.2/10 [2] et sur le site Metacritic, une moyenne de 74/100 basé sur 35 commentaires positifs et 5 commentaires mitigés. La majorité de la critique salue la performance de Charlize Theron.

En France, le film reçut également un bon accueil de la part de la presse en obtenant une moyenne de 3.7/5, sur Allociné, qui a recensé toutes les critiques de la presse[3].

Analyse du personnage central[modifier | modifier le code]

« Le scénario de Monster est inspiré d’une histoire vraie, mais les scènes de violence ne conduisent jamais le spectateur mâle à s’identifier au comportement des hommes. Par contre, le public dans son ensemble réagit selon des critères d’humanité aux réactions meurtrières de la jeune femme. S’il admet l’exécution de ce père de famille aux désirs incestueux qui demande à Aileen de l’appeler « papa » lorsqu’il la pénètrera, s’il comprend aussi pourquoi elle laisse en vie le pauvre type complexé qui la remercie de bien vouloir le branler, en revanche il la condamne – et elle-même ne saura supporter ce qu’elle a commis – pour l’assassinat d’un homme vieillissant qui la prend en voiture pour la conduire là où elle veut aller, sans aucune arrière-pensée lubrique. Aileen se sent pourtant forcée de l’abattre car un geste malencontreux a fait découvrir à cet homme honnête et fidèle qu’elle est armée. Elle ne veut pas risquer qu’il la signale à la police et elle le tue malgré ses supplications bouleversantes, ses dernières paroles vont pour sa femme qui l’attend et qui a besoin de lui. Aileen a franchi la ligne rouge, elle est devenue une tueuse en série, persuadée que son amour pour Selby, une fragile lesbienne aux parents autoritaires, justifie tout, y compris les crimes. Mais Selby n’hésite pas à la trahir pour se sauver elle-même. Quand enfin elle comprend que son amie a sombré dans la folie, elle contacte la police et tend un piège à Aileen pour la pousser à des aveux téléphoniques qui la mèneront tout droit sur la chaise électrique…[4] »

Récompenses[modifier | modifier le code]

Elle a également obtenu le prix Broadcast Film Critics Association Awards, le Chicago Film Critics Association Award, le Dallas-Forth Worth Film Critics Award, le Golden Stellite, le Sierra Award au Las Vegas Film Critics Society et le prix Independent Spirit.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Bande Originale[modifier | modifier le code]

Brian Transeau dit BT a composé la bande originale du film, voici les titres :

  1. Childhood Montage
  2. Girls Kiss (Hooking 1)
  3. The bus Stop
  4. Turning Tricks
  5. First Kill
  6. Job Hunt
  7. Bad Cop
  8. Call me daddy
  9. I don't like rough
  10. Ferris wheel (Love theme)
  11. Ditch the car (selby discovers)
  12. Madman speech
  13. Cop Killing
  14. News On TV
  15. Courtroom

Musique entendue dans le film :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, m-à-j le 14 octobre 2013
  2. http://www.rottentomatoes.com/m/1128647-monster/
  3. http://www.allocine.fr/film/revuedepresse_gen_cfilm=48372.html
  4. Marie-France Briselance et Jean-Claude Morin, « Le Personnage, de la “Grande” histoire à la fiction », Paris, Nouveau Monde éditions, 2013 (ISBN 978-2-36583-837-5), 326 pages, citation pages 61-62

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]