Mollicutes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Mollicutes sont une classe de bactéries de très petite taille (0,2 à 0,3 µm le plus souvent), dépourvues de paroi cellulaire rigide et caractérisées par un génome inhabituellement petit.

Le mot Mollicutes vient du latin mollis (qui signifie «doux» ou «souple»), et cutis (qui signifie «peau»).

Ce sont des parasites de divers animaux et plantes, vivant sur ou dans les cellules de l'hôte.

Leurs formes sont variables, mais la plupart produisent des stérols qui rendent leur membrane cellulaire un peu plus rigide.

Beaucoup peuvent se déplacer par glissement, et les espèces du genre Spiroplasma ont une forme hélicoïdale en tire-bouchon, leur permettant de se déplacer en tournant (à la manière des spirochaete).

Le genre le plus connu parmi les Mollicutes est Mycoplasma. Alors qu'autrefois le nom "Mycoplasma" désignait souvent les membres de la classe des Mollicutes, il doit maintenant exclusivement désigner les bactéries du genre Mycoplasma).

Certaines mollicutes (Mycoplasma et Ureaplasma surtout) provoquent des maladies chez les humains, quand ils infectent des cellules des voies respiratoires ou urogénitales. Ils peuvent être associés à des insectes ou acariens vecteurs (tiques par ex). Les Phytoplasma et Spiroplasma sont des agents pathogènes des plantes, associées à des insectes vecteurs ou à des acariens. Ces bactéries causent notamment des zoonoses tels que des pododermatites ainsi nommées car elles affectent le dessous des pattes ou les sabots.

Classification[modifier | modifier le code]

Ce que l’on appelle communément mycoplasme regroupe, dans le règne des Procaryota, des bactéries faisant partie de la division 3 des Tenericutes (tener cutis signifie « peau tendre »)
La classe des Mollicutes comprend les ordres

La famille des Mycoplasmataceae, qui concerne la médecine humaine et vétérinaire, comprend deux genres :

Origines, évolution[modifier | modifier le code]

Les mycoplasmes sont-ils des descendants d’une bactérie primitive qui aurait existé avant le développement du peptidoglycane ou ne seraient-ils que des formes dégénérées d’eubactéries qui auraient perdu leur paroi ?

L'hypothèse retenue actuellement d'après l'étude des séquences d'ARN ribosomique 16S est qu'au contraire les mycoplasmes sont des formes très évoluées et récentes, dérivées de bactéries à Gram positif à faible teneur en guanine + cytosine.

Les mycoplasmes auraient évolué à partir de ces ancêtres (certainement du genre Clostridium) par un processus comprenant des réductions successives de la taille du génome et une perte de la paroi. Clostridium innocuum et C. ramosum sont les espèces les plus proche phylogénétiquement.

Mycoplasma, en perdant de nombreux gènes qui lui sont devenus inutiles, est peut-être le plus petit organisme bactérien capable de se répliquer dans la nature. Mycoplasma genitalium, avec 580.000 paires de bases, a une taille de génome particulièrement petite. Les genres possédant les plus petit génome sont considérées comme phylogénétiquement les plus "récentes" parmi les mollicutes.

Pour maintenir leur mode de vie parasitaire, les mollicutes ont développé des mécanismes sophistiqués de colonisation de leurs hôtes et de résistance au système immunitaire de leur hôte.

Description et caractères bactériologiques[modifier | modifier le code]

La classe des Mollicutes rassemble des organismes procaryotes dépourvus de paroi et incapables de synthétiser le peptidoglycane.

Ce sont donc des micro-organismes polymorphes (sphérique ou piriforme au filament helicoïdal, ou ramifié). Ils sont généralement immobiles, mais certaines espèces peuvent se déplacer par « glissement », Ce sont généralement des bactéries à coloration Gram négatif, anaérobie facultatif.

Parce qu'ils n'ont pas de paroi, les β-lactamines sont inefficaces. L’absence de paroi leur confère une sensibilité osmotique et ne leur permet pas de prendre la coloration de Gram.

Ce sont de très petits procaryotes (0,3 µm).

Ils sont dotés d’un très petit génome (compris entre 600 et 2200 kpb selon les espèces) et d’un coefficient de Chargaff (pourcentage G+C) faible, compris entre 23 % et 39 %.

Culture[modifier | modifier le code]

Elle peut se faire sur milieu inerte mais certaines espèces se développent mieux sur cultures cellulaires. Sur milieux solides ils forment des colonies très typiques « en œuf sur le plat » avec une zone centrale opaque et une zone périphérique étendue.

La plupart des mycoplasmes ont des exigences nutritives très strictes, ils se développent sur des milieux complexes, riches, additionnés d’une forte concentration de sérum. Ils exigent le plus souvent du stérol ou des acides gras pour la croissance.

Les mycoplasma possèdent les enzymes nécessaires à la synthèse de leurs métabolites.

Ils peuvent dégrader une grande variété de sucres et d’acides aminés.

Leur métabolisme utilise des glucides ou de l’arginine pour le cas de Mycoplasma et de l’urée pour le cas d’Ureaplasma.

Habitats[modifier | modifier le code]

Les mollicutes sont des espèces parasites, commensales ou saprophytes des plantes, des insectes, des tiques, des animaux et de l’homme. Elles provoquent des maladies nommées « mycoplasmoses ».

L'habitat des Mycoplasma est représenté par la surface muqueuse du tractus respiratoire ou génital, les yeux, les glandes mammaires, les articulations des animaux ou de l'Homme.

Les mycoplasmes contaminent souvent les cultures cellulaires de laboratoire et sont difficiles à détecter et à éliminer.

Pathologies des mammifères ou de l'Homme[modifier | modifier le code]


Divers espèces sont associées à des parasitoses d'insectes ou de plantes, ou sont des commensales de ces espèces

  • Les espèces du genre Spiroplasma sont des parasites des végétaux (provoquent le jaunissement) et/ou pathogène de certains insectes.
  • Les espèces du genre Entomoplasma sont isolées de plantes et d'insectes.
  • Les espèces des genres Anaeroplasma et Asteroplasma sont isolées du rumen des bovins et des moutons.
  • Les membres du genre Acholeplasma sont isolés de l'intestin d'insectes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • {...}

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • {...}

Notes et références[modifier | modifier le code]