Matali Crasset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Matali Crasset

Nom de naissance Nathalie Crasset
Naissance 28 juillet 1965 (49 ans)
Nationalité Drapeau de France Française
Activités Designer industriel

Nathalie Crasset, dite Matali Crasset[1], née le 28 juillet 1965 à Châlons-en-Champagne est une designer industriel française.

matali crasset développe, depuis les années 1990, un travail qui explore des domaines très variés, de l'hôtellerie à la musique életronique, de l'artisanat à la réflexion d'une ville. À partir d'une réflexion sur les codes qui régissent la vie quotidienne, son œuvre s'organise autour de principes tels que la modularité, l’appropriation, la flexibilité et le réseau.

matali crasset envisage le design comme une recherche. Elle travaille à partir d’une posture décentrée qui lui permet à la fois d’intervenir sur la vie quotidienne et de projeter des scénario pour le futur. Sa méthodologie est faite d’observations des pratiques ordinaires et de remises en cause des principes d’organisation habituels. A l’image de son objet emblématique la colonne d’hospitalité « Quand Jim monte à Paris », c’est à partir d’une observation fine des usages qu’elle invente de nouvelles ritualités. Portant un regard à la fois expert et toujours neuf sur le monde, elle questionnel’évidence des codes pour mieux s’en affranchir. Son travail consiste alors à chercher de nouvelles typologies et à formuler des logiques de vie inédites.Elle définit cette recherche comme un accompagnement, en douceur, vers le contemporain.

Ses territoires d’intervention sont multiples, toujours liés à des rencontres. Ellecollabore avec des acteurs variés, aussi bien l’artisan qui souhaite faire évoluer sa pratique qu’un particulier en quête d’un nouveau scénario de vie domestique, aussi bien l’industriel prêt à expérimenter que l’hôtelier qui veutdévelopper un nouveau concept (Hi Hotel à Nice ou Dar Hi à Nefta), aussi bien la petite commune rurale qui cherche à valoriser son dynamisme culturel et social que le musée qui souhaite se métamorphoser (SM’s à s’Hertogenbosch aux Pays-Bas). Elle rassemble des univers ordinairement bien distincts, del’artisanat à l’art contemporain, de l’industrie textile au commerce équitable,réalisant des projets de scénographie, de mobilier, d’architecture, de graphisme, des collaborations avec des artistes (Peter Halley), avec de jeunes entreprises d’édition de mobilier (Concrete by LCDA, Domeau & Pérès;) ou Ikea, avec des municipalités et des collectivités…

Cette expérience acquise au fil des années l’engage désormais dans des projets de plus en plus participatifs, au niveau local comme au niveau global, en milieu rural comme en milieu urbain. A partir de rencontres, d’ateliers de création, de réflexions et d’envies communes, elle travaille avec des porteurs de projets différents mais qui tous ont la conviction que les dynamiques collectives engendrent des scenarii plausibles de lien social.

C’est finalement autour de la question du vivre ensemble que s’organisent les fictions, les récits et le sens de son travail.

Sa coupe de cheveux marquée à la Jeanne d'Arc lui vaut le surnom de « Jeanne d'Arc du design »[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

matali crasset s'orientait initialement vers des études de marketing. C'est à la suite d’un projet autour d'un lancement de parfum, nécessitant de dessiner le flacon et le packaging qu'elle découvre son intérêt pour le design et prend la décision de se réorienter et de poursuivre ses études à l'ENSCI de Paris, dont elle sort diplômée le 19 décembre 1991.

En 1992, matali crasset collabore avec Denis Santachiara, concepteur et designer italien qui intègre dans son travail les nouvelles technologies en mettant en avant leur potentiel poétique. Elle se joint en 1993 à Philippe Starck, à l’époque directeur artistique de Thomson Multimédia, dont elle assure la responsabilité du projet hors de l'agence ; elle devient ensuite directrice du Tim Thom, design center de Thomson Multimédia.

1998 est l’année où elle crée son entreprise, matali crasset productions.

En 2001, elle réalise ses premiers projets d'architecture intérieure, l’agence de publicité Red Cell à Paris, sa maison-studio à Belleville, puis l’hôtel Hi à Nice (2003) et un pigeonnier pédagogique dans le Nord-Pas-de-Calais à Caudry.

De nombreuses expositions personnelles rendent compte de sa démarche, elle envisage exposition comme un territoire de projet prospectif, posant des questions, hypothèses autour de sa problématique de designer industriel. L'exposition est aussi pour elle un territoire de collaboration, par exemple l'exposition Living Room avec le duo français Mrzyk & Moriceau en 2006, l'exposition A rebours avec le peintre américain Peter Halley à la galerie Thaddaeus Ropac en 2007, galerie qui la représente depuis.

Sélection d'expositions personnelles[modifier | modifier le code]

matali crasset for Dornbracht : update/3 spaces in one, Galerie Ulrich Fiedler, Cologne, 2002

matali crasset : sunic, galerie Gandy, Prague, 2003

matali crasset : un pas de côté, mudac, Lausanne, 2003

matali crasset : unpacking design, Victoria & Albert museum, Londres, 2003

matali crasset : homemade, Grand Hornu, Hornu, 2003

matali crasset : soundscapes, Cooper Hewit National museum of design, New York, 2006

A rebours avec Peter Halley, galerie Thaddaeus Ropac, Paris, 2007

matali crasset : springtherapy, SM's, s'Hertogenbosch, 2006

Hyperactif / New Territorie au centre des arts d'Enghien-les-Bains, 2009

matali crasset, le blobterre de matali, Centre Pompidou, Paris, 2011

matali crasset : le voyage en uchronie, galerie Thaddaeus Ropac, Pantin, 2013

Elle est invitée d'honneur au Festival international du livre d'art et du film en 2011.

Ces créations sont présentes dans de nombreuses colectionss publiques en France : centre Pompidou, au musée des arts décoratifs de Paris[3], Centre National des Arts Plastiques, Fonds Municipal d'Art Contemporain de la Ville de Paris, FRAC Nord Pas de Calais, à l'étranger au MoMA[4], Art Institute Chigao, Mudac à Lausanne (Suisse), Indianapolis Museum of art, Grand Hornu (Belgique), MAK Wien (Autriche)...

Elle collabore à la revue Bil Bo K.

Décorations[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Recherches[modifier | modifier le code]

Scénonographies d'exposition d'art contemporain[modifier | modifier le code]

  • Superwarhol, commissaire : Germano Celant, Grimaldi Forum, Monaco,2003
  • Printemps de septembre, espace Chill out, Toulouse, 2003
  • Salon de Montrouge, commissaire : Stéphane Corréard, depuis 2009
  • expositions fleuves, cneai, Chatou, 2009

Architecture[modifier | modifier le code]

  • Le Nichoir (2011) et La Noisette (2012), maisons sylvestres, commande publique, Vent des Forets, Meuse.
  • Le pigeonnier Capsule, base de loisirs de Caudry, 2003. Œuvre réalisée dans le cadre du programme Nouveaux commanditaires de la Fondation de France, médiateur : artconnexion, nouveaux commanditaires : association colombophile La Défense
  • Hi Hotel, Nice, 2003[7]
  • SM's, musée d'arts décoratifs et d'art contemporain, s'Herogenbosch, 2005
  • HI beach plage privée du Hi hôtel à Nice sur la promenade des anglais
  • Tout'ouvert (salon de toilettage et mini-loft à Nice), Nice, 2006[8],[9]
  • Restaurant Les pastilles à Cap 3000, Saint Laurent du Var, 2009[10]
  • Nouvel Odéon, cinema, Paris, 2009
  • cantine de la Ménagerie de Verre, Paris, 2009
  • Maison des Petits, Cent quatre, Paris, 2009
  • DAR HI, 2010, écolodge à Nefta en Tunisie
  • Hi Matic, 2011. Hôtel au 71, rue de Charonne, 75011 Paris.
  • Sledge house, maison privée à Nice, 2011
  • Petit salon de la maison des Petits, extension, Cent quatre, Paris, 2013

Objets[modifier | modifier le code]

matali crasset collabore avec des éditeurs internationaux, Alessi, Campeggi, Danese, Domeau & Péres, Le Buisson, Ikea, Plust …

  • Plateau Din Set, 2005[11]
  • Lampe Evolute Danese, 2004[12],[13]
  • Sac Nido, 2006[14]
  • City brunch, 2004[13]
  • Okaidi, collection de vêtements pour enfants en 2013 et 2104
  • PS tray, Ikea, 2014

Mobiliers[modifier | modifier le code]

  • colonne d'hospitalité Quand Jim monte à Paris, Photo, Domeau & Pérès, 1995
  • Canapé Permis de construire ,Domeau & Péres 2000 [15]
  • Téo de 2 à 3, Domeau & Pérès, 1998[15]
  • Concentré de vie, canapa modulable, Campeggi
  • PS Wardrobe, penderie, Ikea, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Souvent écrit matali crasset, sans majuscules
  2. « Matali Crasset, Jeanne d'Arc du design », sur lepoint.fr,‎ 8 mars 2012
  3. Collections du Musée des Arts décoratifs
  4. Collections du MoMA
  5. Décret du 16 mai 2008 paru au Journal officiel de la République française du 17 mai 2008
  6. (fr) « MIXtree Salon d'interface musicale, 2005 », sur www.centrepompidou.fr
  7. (fr) « Hi Hotel », sur www.hi-hotel.net
  8. (fr) « Tout'Ouvert », sur www.toutouvert.fr
  9. (fr) « Tout'Ouvert, dossier de presse » [PDF], sur www.toutouvert.fr
  10. (fr) « Les Pastilles à Cap 3000 – Saint Laurent du Var », sur blog.matalicrasset.com
  11. (fr) « Le plateau Din-set »
  12. (fr) « Lampe Evolute Danese », sur www.stylepark.com
  13. a et b (fr) « matali crasset Product Designer », sur designmuseum.org
  14. (fr) « Matali Crasset se met au tricot », sur www.plurielles.fr
  15. a et b (fr) « Matali Crasset », sur www.domeauperes.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :