Marvin Peterson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peterson.

Marvin Peterson

Description de cette image, également commentée ci-après

Marvin Peterson en 1976.

Informations générales
Surnom Hannibal Lokumbé
Nom de naissance Charles Marvin Peterson
Naissance 11 novembre 1948 (65 ans)
Smithville (Texas)
Genre musical jazz (avant-garde)
Instruments trompette
Années actives 1970-1990
Labels Enja
Influences Gil Evans, B. B. King, Coltrane, Sun Ra, Cecil Taylor[1]

Marvin Peterson est un trompettiste et compositeur américain de jazz.


Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Peterson nait en 1948 dans la petite ville texane de Smithville et grandit dans un environnement musical avec une mère pianiste et une sœur chanteuse. Dans son enfance il s'initie à la batterie et au cornet à piston. De 1962 et 1965, il poursuit des études de musique, étudiant la théorie musicale et l'harmonie puis deux ans plus tard il suit des cours à l'Université de North Texas jusqu'en 1969[1],[2].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

En 1970, il choisit de s'installer à New York, son jeu plein de vigueur lui permet de collaborer aux côtés de musiciens talentueux comme les batteurs Elvin Jones et Roy Haynes ou les saxophonistes Archie Shepp et Pharoah Sanders. Il se fait remarquer aux cotés du pianiste Gil Evans en tant que soliste, enchainant les tournées et les enregistrements avec le groupe jusqu'au milieu des années 1980[3].

En 1974, Peterson forme son propre groupe, Sunrise Orchestra et fait paraitre cette année-là son premier album Children of the Fire, en référence au label disparu Sunrise[4]. Il continue à collaborer avec Evans avec qui il enregistre des albums majeurs, l'accompagnant sur des tournées en Europe, aux États-unis et au Japon. Il dirige aussi ses propres groupes, collabore avec d'autres musiciens en particulier avec le saxophoniste ténor George Adams avec notamment une participation au festival de Berlin en 1976. Il lui arrive de jouer également en solo au cours des années 1970 et jusqu'au milieu des années 1980, Peterson poursuit ses représentations avec ses formations et à quelques occasions en solo[1]. En 1984, il intègre le quartet du saxophoniste Don Weller et du batteur Bryan Spring, effectuant une tournée en Grande Bretagne avec ce quartet.

Un séjour auprès de tribus kényanes dans les années 1970 le marque profondément et il introduit souvent par la suite dans ses compositions des éléments de la musique africaine. C'est le cas en particulier avec African Portraits, un grand oratorio pour orchestre symphonique qu'il enregistre en 1995 avec une première au Carnegie Hall[2]. Il est interprété à plusieurs reprises par le Chicago Symphony Orchestra, accompagné par des chœurs et instruments africains.

Style[modifier | modifier le code]

Peterson se révèle par la parfaite maîtrise de son instrument et par un jeu de trompette puissant souvent dynamique parfois frénétique, capable de jouer sur un très large spectre, dans la pure tradition du jazz Nouvelle-Orléans à celui de Coltrane[1],[3].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

En leader

Enregistrement Nom de l'album Label et notes.
1974 Children Of The Fire Sunrise Records.
1975 Hannibal MPS Records. Album studio.
1978 Naima Eastworld.
1981 The Angels of Atlanta Enja Records.
1993 One with the Wind Muse Records.

Collaborations

Enregistrement Leader Nom de l'album Label et notes.
1971 Roy Haynes Hip Ensemble Mainstream Records.
1972 Pharoah Sanders Black Unity Impulse! Records.
1973 Gil Evans Svengali Atlantic Records.
1974 Sam Rivers Crystals Impulse!.
1977 Billy Hart Enchance Horizon Records & Tapes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Ian Carr, Digby Fairweather, Brian Priestley, The rough guide to jazz, Rough Guides,‎ 2004, 927 p. (ISBN 978-1-843-53256-9), p. 620.
  2. a et b (en) Leonard Feather, Ira Gitler, The Biographical Encyclopedia of Jazz, Oxford University Press,‎ 2007, 744 p. (ISBN 978-0-195-32000-8), p. 419.
  3. a et b Philippe Carles, André Clergeat, Jean-Louis Comolli, Le Nouveau Dictionnaire du jazz, Robert Laffont,‎ 2011, 1457 p. (ISBN 2-221-11592-9), p. 997.
  4. (en) Chris Kelsey, « Marvin « Hannibal » Peterson -biography », sur allmusic.com (consulté le 28 octobre 2012).