Marobod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec [[Pour l'évêque de Rennes, voir Marbode]].

Marbod (Maroboduus en latin, Μαροβόδου en grec) est un roi marcoman du premier quart du Ier siècle.

Né vers l'an 30 avant J.-C., roi en l'an - 9, il lutte activement contre les Romains, s'installe avec son peuple en Bohême actuelle après avoir refoulé les Celtes Boïens et combat les Chérusques du célèbre Arminius. Détrôné après une défaite contre ce dernier (en l'an 18 de l'ère chrétienne), il s'exile avec sa famille et des partisans en Italie, s'installant à Ravenne où il meurt en l'an 37.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

On sait peu de choses sur sa jeunesse, sinon qu'il a été envoyé comme otage à la cour impériale d'Auguste[1], ou il a vécu quelques années. Après son retour de Rome, à une date inconnue, il s'empare du pouvoir au sein de son peuple.

Boïohaemum[modifier | modifier le code]

En -9 avant J.-C., il est roi des Marcomans. Il décide alors de faire migrer son peuple en Bohème. À cette occasion, il est mentionné que son pouvoir s'étend également sur les Lugiens, les Didunes, les Butons, les Sudins et les Semmons[1]. Il crée en Bohème un état fort, doté d'une armée puissante, organisée à la romaine[2].

L'établissement à ses frontières d'un royaume puissant et avec lequel elle n'a pas de liens de clientèle constitue un danger potentiel pour Rome. En conséquence, Tibère est envoyé, à la tête d'une douzaine de légion, soumettre le royaume marcomans en 6 ap J.C.. Une révolte en Pannonie empêchera la stratégie romaine d'arriver à son terme, et Maroboduus et Tibère signent alors un traité entérinant plus ou moins la situation antérieure aux combats[2].

Le roi Marcoman suit, envers les romains, une politique stricte de non-agression et de neutralité[2], son peuple ne participe donc pas à la révolte d'Arminius et aux combats de la Bataille de Teutoburg. Une mission diplomatique d'Arminius auprès de Maroboduus, pour entraîner les Marcomans dans la révolte échoue.

Les relations entre les deux principales entités germaniques se dégradent alors. Les Semnones et les Langobardii en profitent pour quitter la clientèle des Marcomans et rejoignent le parti Chérusque. En 17 ap. J.-C. les armées des deux royaumes s'affrontent et Maroboduus est vaincu. Suite à cette défaite, il réclame l'assistance de Rome et le fils de Tibère, Drusus II, est envoyé comme médiateur entre les deux puissances barbares[3].

La chute[modifier | modifier le code]

Drusus II suscite alors un coup d'état au sein du peuple Marcoman. Il encourage un noble nommé Catualda, alors en exil chez les Gothons, à s'emparer du pouvoir[4]. Maroboduus, À son tour, prend le chemin de l'exil. Il est alors recueilli par Tibère et placé en résidence à Ravenne. Il y meurt dix-huit ans plus tard[4].

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Strabon, Géographie, Livre VII, Chap I, 3.
  2. a, b et c Velleius Paterculus, Histoire romaine, Livre II, 109.
  3. Tacite, Annales, Livre II, 44-47
  4. a et b Tacite, Annales, Livre II, 62-63