Marcel Bleibtreu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bleibtreu.

Marcel Bleibtreu, né le 26 août 1918 à Marseille et mort le 25 décembre 2001, est un syndicaliste français. Il est à partir de 1953 (année de la scission de la IVe Internationale fondée quinze ans plus tôt sous l'égide de Léon Trotski) l'un des principaux dirigeants du mouvement trotskiste international.

Militant trotskiste dès 1934, il participe à l'action clandestine pendant la guerre tout en poursuivant des études de médecine. Il est de 1946 à 1954 un des dirigeants du PCI et s'occupe surtout de son hebdomadaire, La Vérité.

La scission de la IVe Internationale[modifier | modifier le code]

Logo de la 4e Internationale.

Après la guerre, la majorité du PCI dirigée par Marcel Bleibtreu, Michel Lequenne et Pierre Lambert refuse en 1953 les thèses du secrétaire de la IVe internationale, Michel Pablo. Par la suite Lambert se retourna contre Bleibtreu, qui fut exclu du PCI, malgré le rôle qu’il avait joué dans la lutte contre les thèses de Pablo.

Marcel Bleibtreu dirige successivement les revues Trotskysme (1955-1956), Tribune marxiste (1957-1960), La Nouvelle Revue marxiste (1961) et L'Action (1963). Il milite dans la Nouvelle Gauche (1956) qui se fond en 1957 dans l'Union de la gauche socialiste (UGS) puis le Parti socialiste unifié (PSU) en 1960. Il y dirige la tendance « socialiste-révolutionnaire » et siège au bureau politique national jusqu'en 1963. Il quitte le PSU en 1964 et reste militant, mais en dehors des organisations. Médecin pédiatre, il s'engage aussi en faveur de la Protection maternelle et infantile.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article nécrologique, Le Monde, 30-31 décembre 2001.