Marc Lépine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marc Lépine, né Gamil Gharbi le 26 octobre 1964 à Montréal au Québec, et mort dans cette même ville le 6 décembre 1989 (à 25 ans), est l'auteur de la tuerie de l'École polytechnique de Montréal survenue le 6 décembre 1989. Ce jour-là, il abat quatorze femmes, dont treize étudiantes et une secrétaire et se suicide ensuite, laissant une lettre[1] dans laquelle il explique son acte par des motifs antiféministes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc Lépine est né d'une mère québécoise et d'un père algérien, Rachid Liass Gharbi, qui ne considérait pas les hommes et les femmes soient égaux et a abusé physiquement et mentalement de sa femme et de son fils Marc[2]. Alors que Marc a sept ans, ses parents se séparent et celui-ci vit ensuite avec sa mère.

Durant l'hiver 1980-1981, il tente d'entrer dans les Forces armées canadiennes, mais, selon sa lettre de suicide, il n'est pas admis en raison de son attitude « antisociale ». En 1982, Marc remplace son nom de Gharbi pour celui de Marc Lépine[réf. nécessaire].

Il débute ses études collégiales en sciences pures en 1982, mais change après la première année pour un programme de technologie de l'électronique, qu'il abandonne au dernier semestre sans donner d'explication[3],[4],[5]. Lépine est admis à l'École polytechnique de Montréal en 1986, à la condition qu'il complète deux cours supplémentaires au collège. Il en complète un des deux durant l'hiver 1989[6],[7],[8].

La brève biographie que la police a publiée de lui après les événements le décrit comme un être intelligent, mais troublé[9].

Film Polytechnique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Polytechnique (film).

La tuerie de l'École polytechnique de Montréal a fait l'objet d'une adaptation cinématographique réalisée par Denis Villeneuve et sortie en salles le 6 février 2009. Marc Lépine – le tueur dans le film – est incarné par l'acteur Maxim Gaudette.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre de suicide de Lépine
  2. (en) CTV.ca News Staff, « Mother of Marc Lepine finally breaks her silence », CTV,‎ 25 septembre 2006 (consulté le 2007-01-01).
  3. (en) Rod McDonnell, Elizabeth Thompson, Andrew McIntosh et William Marsden, « Killer's father beat him as a child; A brutal man who didn't seem to have any control of his emotions », The Gazette,‎ 9 décembre 1989, A1.
  4. (en) Greg =Weston et Jack Aubin, « The making of a massacre: The Marc Lepine story Part II », Ottawa Citizen,‎ 8 février 1990, A1.
  5. Suzanne Colpron, « Marc Lépine était un premier de classe », La Presse,‎ 9 décembre 1989
  6. (en) Teresa K. Sourour, Report of Coroner's Investigation,‎ 1991 (lire en ligne).
  7. (en)Walter Buchignani, « Amid the tragedy, miracles of survival », The Gazette,‎ 8 décembre 1989, A3.
  8. (en) Heidi Rathjen et Charles Montpetit, December 6th: From the Montreal Massacre to Gun Control, Toronto, McClelland & Stewart,‎ 1999 (ISBN 978-0-7710-6125-7).
  9. (en) Wendy Hui Kyong Chun, « Unbearable Witness: towards a Politics of Listening », Journal of Feminist Cultural Studies, vol. 11, no 1,‎ 1999, p. 112–149

Articles connexes[modifier | modifier le code]