Anita Sarkeesian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anita Sarkeesian

Description de cette image, également commentée ci-après

Anita Sarkeesian en 2011.

Naissance Vers 1984
Ontario, Canada
Nationalité Américaine
Canadienne
Diplôme
BA
Activité principale
Chroniqueuse
Bloggeuse

Anita Sarkeesian (née vers 1984) est une vidéo-blogueuse féministe américano-canadienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Anita Sarkeesian naît près de Toronto[1] dans une famille d'origine arménienne[2]. Elle obtient une licence (bachelor’s degree) en communication de l'université d'État de Californie à Northridge, ainsi qu'une maîtrise (master's degree) en sociologie et politique de l'université York. Son mémoire s'intitule I'll Make a Man Out of You: Strong Women in Science Fiction and Fantasy Television[3],[4],[5].

Feminist Frequency[modifier | modifier le code]

Fin mai 2009, Anita Sarkeesian créé le compte FeministFrequency sur YouTube et met en ligne sa première vidéo. Fin juin 2009, elle lance le site feministfrequency.com, dont le but est de « déconstruire la représentation des femmes dans les médias »[4],[6].

Son blog est spécialisé en sociologie des médias en traitant notamment de la représentation des femmes dans la culture populaire. Ses vidéos analysent l'usage de dispositifs narratifs et de clichés pour décrire les femmes dans la culture populaire.

En 2011, Sarkeesian réalise une série de six vidéos intitulée Tropes vs. Women[note 1] pour le magazine féministe Bitch[2]. Elle y critique la représentation des femmes au cinéma et dans les séries télévisées[7].

Tropes vs. Women in Video Games[modifier | modifier le code]

En 2012, la société de développement de jeux vidéo Bungie Studios invite Sarkeesian à s'exprimer sur la création de personnages féminins forts et indépendants, ce qui la motive à étudier le sujet plus en détail[7]. Elle lance un appel aux dons sur le site Kickstarter afin de réaliser une nouvelle série sur la représentation des femmes dans les jeux vidéo, baptisée Tropes vs. Women in Video Games. La campagne dépasse son objectif, fixé à 6 000 dollars, et permet de récolter près de 158 922 dollars[8],[9]. À la suite de son appel, elle est harcelée moralement (menace de mort, de viol, insultes sexistes, détournement de photos en images pornographiques)[9],[10]. Un internaute crée un jeu consistant à la battre jusqu'à la défigurer[11]. Il se justifie en avançant qu'il voulait attirer son attention, tout en l'accusant de refuser toute critique de son travail[12]. Sarkeesian reçoit également des témoignages de soutien[5],[13].

Sarkeesian est invitée à s'exprimer durant la conférence TEDxWomen 2012[6] et la Game Developers Conference 2013[14].

En août 2014, Sarkeesian annonce avoir contacté les autorités pour des menaces de mort et de viol portées contre elle et sa famille[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Anita Sarkeesian » (voir la liste des auteurs).

  1. . Le terme anglais Trope désigne tout un ensemble de techniques narratives, de dispositifs littéraires, de topoï et de clichés ou de mèmes, qui se retrouvent dans de multiples œuvres de l'esprit. Ainsi, la demoiselle en détresse ou le pistolet de Tchekhov (en) sont des tropes.
  1. (en) Oliver Moore, « Woman's call to end video game misogyny sparks vicious online attacks », The Globe and Mail,‎
  2. a et b (en) Emily Greenhouse, « Twitter’s Free-Speech Problem », The New Yorker,‎
  3. (en) Sophie Perrault, « My Interview with Feminist Frequencys Anita Sarkeesian », TextAppeal
  4. a et b (en) Anita Sarkeesian, « About Feminist Frequency », Feminist Frequency
  5. a et b (en) Angela Watercutter, « Feminist Take on Games Draws Crude Ridicule, Massive Support », Wired,‎
  6. a et b (en) « Anita Sarkeesian at TEDxWomen 2012 », Conférence TED,‎
  7. a et b (en) Sheelah Kolhatkar, « The Gaming Industry's Greatest Adversary Is Just Getting Started », Bloomberg,‎
  8. (en) Jesse Singal, « Taking on games that demean women », The Boston Globe,‎
  9. a et b Camille Gévaudan, « Des clichés qui touchent le fonds », Libération,‎
  10. Helen Lewis du The New York Times rapporte que Sarkeesian a reçu par courriel des images la montrant être violée par des personnages de jeux vidéos : Lewis, Helen (December 25, 2012). "Game Theory: Making Room for the Women", The New York Times.
  11. (en) Emma Woolley, « Why it’s important to talk about Tropes vs. Women In Video Games », Financial Post,‎
  12. (en) Carol Pinchefsky, « Feminist Blogger Is a Victim of a Vicious Videogame Retaliation », Forbes,‎
  13. Sophie-Pierre Pernaut, « Laci Green et Anita Sarkeesian victimes de harcèlement », MadmoiZelle,‎
  14. (en) Adi Robertson, « Turning the tables on trolls: 'Tropes vs. Women' creator talks harassment at GDC », The Verge,‎
  15. William Audureau, « Une féministe spécialiste des jeux vidéo victime de menaces de mort », Le Monde,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :