Ion (Euripide)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ion (homonymie).

Ion (Ίων / Iōn) est une tragédie grecque d'Euripide, écrite entre 414 et 412 av. J.-C., dédiée à l'orphelin Ion à la recherche de ses origines.

Résumé[modifier | modifier le code]

A un non-initié, la tragédie que constitue Ion peut paraître peu accessible de par son articulation ainsi que par les rebondissements dont elle témoigne.

Ion narre l'histoire d'une jeune et vierge mortelle rendue mère par un dieu. Créuse, fille d'Erechthée, roi d'Athènes, fut séduite par Apollon. De cette union naquit un fils, qu'elle mit au monde secrètement, et qu'elle exposa dans la grotte même qui fut le théâtre de sa faute. Mercure, envoyé par Apollon, le fait enlever et le porte à Delphes, où la Pythie le trouve dans son berceau et le fait élever, son divin père ayant conçu pour projet de le faire servir dans son temple. Il demande à la Pythie de conserver précieusement le berceau dans lequel son fils fut trouvé ainsi que les objets qu'il comprenait, ses origines et son destin devant finir par être dévoilés au grand jour. Ce fils, parvenu à l'adolescence, devint gardien du temple de Delphes.

Parallèlement, et après l'abandon de son fils, Créuse épousa Xuthus, venu d'Achaïe au secours des Athéniens en guerre avec les Mégariens, devenant par un jeu d'alliances le nouveau roi d'Athènes, succédant ainsi à Erechthée. Mais une chose manque au bonheur des deux époux : ils n'ont pas d'enfants et ils ambitionnent donc de se rendre à Delphes pour y consulter l'oracle d'Apollon sur les moyens d'en avoir. Sur place, et bientôt rejointe par Xuthus, Créuse rencontre, sans le connaître, le jeune gardien du temple, son fils, élevé par la Pythie. À la suite d'une dialogue entre elle et ce dernier, clôt par l'arrivée de son époux, transparaissent la candeur du jeune homme, les nobles sentiments de son âme ainsi que tous ses questionnements quant à son origine. De son côté, Créuse semble empreinte de mélancolie et l'on pressent le fatal secret qu'elle cache au fond de son cœur, lequel ne se trahit que par de rares appels à Apollon, qui fut son complice, et qui semble l'avoir oubliée.

De son côté, Xuthus, qui a consulté l'oracle, est amené par la réponse du dieu à regarder le premier individu qu'il croisera à sa sortie du temps comme son fils. Immanquablement, c'est le gardien du temple, auquel Xuthus lui attribuera le nom d'Ion, qui est reconnu. Il l'adopte donc et se dispose à l'emmener à Athènes pour lui assurer le tronc après sa mort. Mais la jalousie de Créuse s'éveille alors contre Ion, qu'elle prend, orientée par l'un de ses compagnons, un vieillard ayant servi son père, pour le fruit des amours de son époux avec une rivale quelconque, sans doute quelque esclave étrangère avec laquelle il aurait eu une union après avoir appris que Créuse serait inféconde. Irritée contre Xuthus, qui a retrouvé les joies de la paternité sans les lui faire partager, elle s'arme contre ce fils adoptif des sentiments d'une marâtre.

Conspirant à sa mort, elle s'arme d'une goutte du sang de la Gorgone, présent de Minerve à l'un de ses ancêtres et transmis de génération en génération jusqu'à elle, un poison extrêmement puissant. C'est le vieillard qui est désigné pour apporter la coupe que doit boire Ion après avoir préalablement procédé au mélange funeste. Mais les dieux en décidèrent autrement. Inspiré par Apollon, un invité de l'assistance prononcera un mauvais augure, encourageant Ion et les autres convives à vider leurs coupes pour procéder à une libation sur la terre. L'irruption d'une troupe de colombes devait lever le voile sur la conspiration, l'une d'entre elles ayant succombé après avoir trempé son bec dans la liqueur empoisonnée. Le vieillard ne tardant pas à avouer le crime de Créuse, celle-ci est condamnée par les magistrats de Delphes, d'une voix unanime, à être précipitée du haut d'un rocher, pour expier un attentat commis dans un lieu saint, et contre une personne sacrée.

Ion se montre prompt à exécuter la sentence. Tentant de se défendre, Créuse ne sera sauvée que par l'intervention de la Pythie amenant le berceau dans lequel Ion fut trouvé. Il faut peu de temps à la mère pour le reconnaître et dresser à Ion, incrédule, la liste des trois objets ayant garni ledit berceau. L'apparition de Minerve et sa confirmation de la version de Créuse finira de convaincre le jeune homme. Ils tomberont ainsi dans les bras l'un de l'autre.

Minerve en profite pour annoncer alors aux protagonistes une destinée heureuse et une lignée prospère. Ion est l'auteur de la race ionienne, comme Dorus, autre fils de Créuse (désormais fertile) et de Xuthus, est l'auteur de la race dorienne. Les quatre tribus entre lesquelles se partageait la population de l'Attique avant la création des dix tribus établies par Clisthène, sont ainsi rapportée aux quatre fils d'Ion.

Les maux ainsi soufferts par les vivants, l'abandon par sa mère d'un enfant qu'elle pensait recueilli par le dieu, la condition servile du jeune homme issu pourtant d'une digne lignée, les accusations d'attentat du propre fils envers sa mère... ; tout cela sera donc lavé justement par l'intervention divine.