Loup (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loup (homonymie).

En musique, le loup est une perturbation d'un ordre établi. Plusieurs cas peuvent être répertoriés.

La quinte du loup[modifier | modifier le code]

Traditionnellement la quinte du loup est l'intervalle formé par les notes la\flat - mi\flat dans les instruments à claviers construits à la renaissance et pendant la période baroque (orgue et clavecin).

Fichier audio
Une quinte juste, suivie d'une quinte du loup (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

C'est une « quinte juste » au sens harmonique, mais accordée d'une façon très désagréable. Elle est en fait le résultat de l'accord successif des 11 autres quintes, dans la construction d'un tempérament. Cette quinte n'est jamais utilisée dans l'exécution musicale, ce qui limite fortement le champ des modulations. On peut raisonnablement penser que son appellation vient des battements très rapides qui l'accompagnent, et qui peuvent rappeler le hurlement du loup. On peut en effet constater qu'un intervalle s'écartant considérablement de la justesse acoustique hurle.

Les tempéraments qui contiennent une quinte du loup sont donc ceux dont le « cycle des quintes » ne serait pas fermé sans elle : essentiellement le tempérament mésotonique, et la gamme pythagoricienne. La plupart des autres tempéraments inégaux ont un cycle fermé permettant donc toutes les modulations (mais avec des changements de couleur), et peuvent ne pas avoir de quinte du loup en répartissant les commas sur plusieurs intervalles.

Il convient de noter l'existence relativement courante, mais pendant une époque d'un demi-siècle seulement, d'instruments à clavier munis de doubles-feintes, qui échappaient ainsi à cette fameuse quinte du loup en faisant croiser les deux branches du cycle au lieu de les refermer par l'enharmonie. Le « cycle des quintes » devenant ainsi une spirale ouverte, à plus de 12 sons, le do# étant différencié du ré\flat, le sol# du la\flat, etc. ce qui permettait d'étendre d'autant le champ des modulations, pas toutefois sans limite, à cause de la dérive du diapason qui résulte de ce genre d'expérience.

La corde qui « a un loup »[modifier | modifier le code]

Le loup, ce peut être une vibration ou battement parasite sur un corps sonore, telle qu'une corde défectueuse (fausse corde) ; cet effet est dû à une irrégularité physique de la corde, qui ne répond plus aux lois simples, et rentre simultanément dans des régimes vibratoires différents.

Voir aussi (articles connexes)[modifier | modifier le code]