Comma pythagoricien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cycle des quintes et comma pythagoricien

Le comma pythagoricien[1], parfois appelé comma diatonique[2] est l'intervalle existant entre 7 octaves et 12 quintes pures. Il vaut environ 23,46 cents, soit presque un huitième de ton[3]. Cet intervalle apparaît dans la construction de l'accord pythagoricien.

Calcul[modifier | modifier le code]

Le comma pythagoricien est égal à l'intervalle entre[4] :

  • 12 quintes pures, de rapport de fréquence (3/2)^{12} = 531441/4096 \approx 129,75 ;
  • 7 octaves, de rapport 2^7 = 128.

L'écart entre 12 quintes et 7 octaves est donc de seulement (129,75-128)/128 = 1,36 %.

Construction[modifier | modifier le code]

L'existence et la valeur du comma pythagoricien s'expliquent à l'aide des deux tableaux ci-dessous. Le tableau de gauche fournit les rapports de fréquences des sons distants, l'un par rapport au précédent, d'un intervalle de quinte pure (rapport 2/3), suivant la succession des notes du cycle des quintes. Le tableau de droite indique les rapports pour des sons distants d'intervalles d'octaves pures (rapport 1/2). La note la plus basse, Do, est choisie de manière arbitraire, et n'a pas d'influence.

Il convient de signaler qu'on parle ici de quintes « pures » de rapport 2/3 exactement, et non de quintes « justes » (c’est-à-dire ni augmentée ni diminuée).

Note  Quinte  Rapport de fréquences valeur
Do 0 1 / 1 =  1 / 1
Sol 1 2 / 3 =  1 / 1,5
2 4 / 9 =  1 / 2,25
La 3 8 / 27 =  1 / 3,375
Mi 4 16 / 81 =  1 / 5,0625
Si 5 32 / 243 =  1 / 7,59375
Fa♯ 6 64 / 729 =  1 / 11,390625
Do♯ 7 128 / 2187 =  1 / 17,0859375
Sol♯ 8 256 / 6561 =  1 / 25,62890625
Ré♯ 9 512 / 19683 =  1 / 38,443359375
La♯ 10 1024 / 59049 =  1 / 57,6650390625
Mi♯ 11 2048 / 177147 =  1 / 86,49755859375
Si♯ (~ Do) 12 4096 / 531441 =  1 / 129,746337890625
Note   Octave   Rapport de fréquences. 
Do 0 1 : 1
Do 1 1 : 2
Do 2 1 : 4
Do 3 1 : 8
Do 4 1 : 16
Do 5 1 : 32
Do 6 1 : 64
Do 7 1 : 128

L'intervalle entre les deux dernières notes correspond à un rapport de fréquences d'environ 128/129,75 (très précisément : 524288/531441 = 128/129,746337890625 = 1/1,0136432647705078125). C'est cet intervalle qu'on nomme comma pythagoricien, celui entre do et le si♯ obtenu par montées de quintes successives, alors que ces deux notes sont considérées équivalentes en solfège.

Douze quintes pures (2/3) valent 8423,5 cents alors que sept octaves n'en valent que 8400. Dans le tempérament égal, la différence (le comma pythagoricien) est également répartie entre les douze quintes du cycle : chaque quinte s'écarte alors d'environ -2 cents de la pureté.

Quinte pure :  1200\cdot\log_2\left({3\over 2}\right)\approx 701,95500 cent.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Dans la pratique on essaie d'accorder les instruments à sons fixes en répartissant le défaut minime que constitue le comma pythagoricien entre plusieurs intervalles, chaque partie devenant moins perceptible. (Il y a eu aussi des tentatives de réaliser des instruments produisant plus de 12 intervalles élémentaires par octave, par exemple en divisant les touches chromatiques, afin de distinguer les dièses et les bémols). Grâce à la remarquable quasi-équivalence entre les commas pythagoricien et syntonique, la plupart des tempéraments inventés au cours de l'histoire se chargent de repartir essentiellement le comma pythagoricien dans le cycle des quintes, mais, pour autant, l'essentiel de ces tempéraments travaillent à une plus grande justesse des tierces (dont la fausseté s'illustre par le comma syntonique) tout en gardant les quintes acceptables. La différence entre ces deux commas est le schisma, très petit intervalle de 2 cents, dont on tient parfois compte dans la réalisation de certains tempéraments au clavecin.

Exemples[modifier | modifier le code]

Deux sons alternent, séparés par un comma pythagoricien

Un la pur au début, puis se rajoute un son, un comma pythagoricien au-dessus. Remarquer les battements

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rameau parle du « comma maxime »
  2. Asselin 2000, p. 37
  3. Michels 1988, p. 89
  4. (fr) Frédéric Platzer, Abrégé de Musique, Ellipses, 1998, (ISBN 2-7298-5855-5), pages 63-65

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Yves Asselin, Musique et tempérament, Éditions JOBERT,‎ 2000, 236 p. (ISBN 2-905335-00-9)
  • Ulrich Michels, Guide illustré de la musique, Fayard,‎ 1988, 286 p. (ISBN 2213021899)