Louis Tristan L'Hermite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tristan L'Hermite.

Louis Tristan L'Hermite dit Tristan L'Hermite et parfois le « prévôt Tristan », mort vers 1478 ou 1479[1], est un officier français qui a servi successivement les rois de France Charles VI, Charles VII et Louis XI, notamment comme maître de l'artillerie puis comme prévôt des maréchaux, chargé de la haute police et de la discipline des armées du roi.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Né en Flandre au début du XVe siècle dans une famille d'origine modeste, il entre jeune dans la carrière des armes. Écuyer d'Arthur III de Bretagne, connétable de France, il combat les Anglais en Guyenne et en Normandie. Nommé capitaine de Mussy-l'Évêque en 1431[2], il devient maître de l'artillerie en 1436[3].

À partir de 1434, il occupe la fonction de prévôt des maréchaux, une fonction qu'il conserve de manière discontinue jusqu'à sa mort[1]. Sa bravoure lors du siège de Fronsac lui vaut d'être fait chevalier par Jean de Dunois en juin 1451.

Il devient conseiller de Charles VII vers 1453 puis devient familier de Louis XI qui le nomme grand prévôt de l'hôtel du roi. C'est sur ses conseils, alors qu'il commande sous la troupe chargée de la sécurité et du service personnel du roi, que Louis XI nomme des gentilshommes chargés de représenter en province le prévôt des maréchaux[4].

Avec Olivier Le Daim, il sera l'un de ses plus fidèles conseillers et l'un des plus fermes exécutants de la politique royale. Mort vers 1479, il est enterré dans la chapelle du couvent des Cordeliers de Châtellerault.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Tristan L'Hermite apparaît dans le roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, dans Quentin Durward de Walter Scott[5] et dans l'opérette The Vagabond King de Rudolf Friml[6]. Au cinéma, il est incarné par Walter Kingsford dans Le Roi des gueux réalisé par Frank Lloyd, sorti en 1938[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Roger Gaussin, Louis XI, un roi entre deux mondes, éd. Nizet, 1976, p.132
  2. Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, éd. Mouton & Co, 1972, p. 411
  3. Bernard Édouard de Mandrot et Charles Samaran, Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et François Sforza : 1465, éd. Renouard-Laurens, 1920, p. 240
  4. Hubert Lafont et Philippe Meyer, Le nouvel ordre gendarmique, éd. du Seuil, 1980, p.195
  5. Walter Scott, Quentin Durward, éd. Edinburgh University Press, 2001, p. 501, extrait en ligne
  6. George Jean Nathan, Theatre Book of the Year 1943-44, éd. Fairleigh Dickinson Univ Press, 1975, p. 16, extrait en ligne
  7. Christmas in July: The Life and Art of Preston Sturges, éd. University of California Press, 1992, p.491 extrait en ligne