Le Mariage de Maria Braun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Braun.

Le Mariage de Maria Braun

Titre original Die Ehe der Maria Braun
Réalisation Rainer Werner Fassbinder
Scénario Rainer Werner Fassbinder, Pea Fröhlich, Peter Märthesheimer
Acteurs principaux
Sociétés de production Albatros Produktion
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre drame psychologique
Sortie 1979
Durée 120 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Mariage de Maria Braun (titre original : Die Ehe der Maria Braun) est un film allemand réalisé par Rainer Werner Fassbinder, sorti en 1979, dans la mouvance du Nouveau cinéma allemand.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Mariage de Maria Braun, réalisé en 1978, suit le destin d’une femme pendant les années de reconstruction que les références diégétiques situent entre 1943 et 1954. Le film se déroule pendant les derniers mois de la Deuxième Guerre mondiale. Maria Braun (Hanna Schygulla) épouse un soldat, Hermann (Klaus Löwitsch), qui doit repartir sur le front juste après leur mariage. La cérémonie se passe pendant que la ville est bombardée par les avions alliés.

Hermann disparait puis réapparait

Après la guerre, Maria apprend qu'Hermann est mort sur le front Est ; elle devient entraîneuse et s'éprend d'un soldat noir-américain, Bill (George Byrd). L'amour de Maria pour Bill augmente chaque jour un peu plus, jusqu'à ce qu'un jour Hermann apparaisse sur le pas de la porte de la chambre de Maria. Il espionne quelque temps les deux amants et est finalement découvert. Bill et lui en viennent aux mains. Dans le feu de l'action, Maria assomme Bill en lui cassant une bouteille sur la tête et par là-même le tue.

Maria est accusée de meurtre devant un tribunal américain. Mais, à la surprise générale, Hermann se déclare coupable. La scène suivante montre Hermann, prisonnier et condamné à une longue peine de prison.

La rencontre avec Oswald

Lors d'un voyage en train, Maria rencontre Karl Oswald (Ivan Desny), un industriel français, et lui fait les yeux doux. Peu après cette rencontre, Maria devient la secrétaire personnelle d'Oswald. À ce poste elle apparaît comme quelqu'un de très ambitieux. Avec Karl Oswald et son comptable (Hark Bohm), Maria forme le trio dirigeant de la firme.

Mais Maria a l'intention de séduire son patron et réussit son entreprise. L'aventure de Maria et Karl s'intensifie et accède au statut de relation longue. Pourtant Maria reste fidèle à l'amour qu'elle éprouve pour son mari. Et pendant cette période elle prend l'habitude de rendre visite en prison à Hermann. Plus tard Karl prend la décision d'aller lui aussi voir Hermann en prison, le bilan de cette visite reste assez flou, le spectateur ne comprend pas bien la raison qui pousse Karl à voir l'ex-mari de son amie.

Hermann part, Maria se meurt

Hermann sort enfin de prison, et Maria, qui était venue le chercher, apprend qu'il est déjà parti depuis peu. Elle reçoit peu de temps après une lettre dans laquelle Hermann lui dit qu'il a pris la décision de partir à l'étranger pour quelques mois afin de "redevenir un homme". Et comme symbole de sa confiance et de son amour il lui enverra chaque mois une rose.

Comme prévu elle reçoit chaque mois une rose de sa part. Aussi dans sa vie professionnelle est-elle chanceuse, pourtant elle ne se sent pas heureuse. Ce sentiment est tout à fait bien montré dans la scène où elle se montre à l'égard de la secrétaire d'Oswald à la fois sarcastique et imbue d'elle-même. Par ailleurs, sa mère lui expose l'idée que bien qu'elle réussisse tout ce qu'elle entreprend, elle n'extériorise aucune soif de vie, elle ne donne pas l'impression d'être en vie.

Oswald meurt, Hermann revient

Elle s'achète une maison dans laquelle elle vit seule. Pendant de nombreuses années elle s'imagine qu'Hermann va revenir et qu'ils vivront heureux ensemble. Nous avions en effet déjà appris que Karl était très malade et qu'il lui restait peu de temps à vivre. C'est à son travail que Maria apprend la mort de Karl.

Peu après Hermann est de nouveau là. Maria lui tombe dans les bras comme quelqu'un qui est à bout de force depuis longtemps déjà. Le notaire arrive chez eux pour ouvrir le testament de Karl, et leur apprend que toute la fortune de Karl leur est attribuée. Mais ils n'en profiteront pas longtemps car Maria meurt dans un accident.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Interprétation et critiques[modifier | modifier le code]

Fassbinder a imaginé l'histoire de Maria de telle manière qu'elle soit exemplaire pour la situation d'après-guerre. Il y glisse son œil sceptique à propos de la société allemande des années 1950. Comme la plupart des gens, Maria se préoccupe avant tout de son bien-être matériel, de sa réussite économique et professionnelle. Et réussit tout ce qu'elle entreprend. Pour Fassbinder quelles que soient les recettes que l'on met au point pour avoir une impression de vie, elles ne valent pas la vraie vie.

Dans les critiques faites au film on a beaucoup parlé du fait que Fassbinder avait très bien appréhendé le ton de l'époque. Il est parvenu à décrypter avec du matériau visuel les thèmes prédominants dans la vie de tous les jours dans l'Allemagne d'après-guerre : la recherche d'un être cher après la guerre, le marché noir, la relation aux soldats alliés et enfin la reconstruction du pays.

Plus particulièrement encore à l'étranger Le Mariage de Maria Braun est considéré comme le film qui a réussi à dépeindre la situation spirituelle de la population allemande juste après la Seconde Guerre mondiale.

« On a rarement vu autant de bons acteurs dans un film de Fassbinder » - FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung, Francfort-sur-le-Main)

Maria : le personnage principal[modifier | modifier le code]

Hanna Schygulla représente une Maria qui est très ambitieuse et qui profite de chaque opportunité mais qui pourtant parait encore être portée par les événements. Cette Maria semble avoir absolument tout pour être sensuelle et heureuse dans sa vie, pourtant le film est l'histoire de l'échec de sa vie.

Tout au long de l'expérience qu'elle fait de la vie, le spectateur peut seulement apprendre de l'orientation personnelle de Maria qu'elle a la volonté à toutes épreuves de faire sa vie avec Hermann. Pour cela elle attend qu'Hermann revienne de la guerre, puis elle attend qu'il sorte de prison. Enfin elle attend qu'il revienne de son voyage spirituel à l'étranger.

C'est typique pour la façon dont est décrite Maria qu'à l'époque il n'y avait rien à apprendre sur son moi intérieur, sur le fait qu'elle devient peu à peu une meurtrière. Que ce soit son mari qui paie pour son crime n'est jamais représenté dans le film comme le point de départ d'une certaine implication.

Il ne reste qu'au spectateur à estimer ce qui pousse Maria à se présenter comme une personne dénuée de sentiments. Est-ce parce qu'il y a des destructions survenues avec les années de guerre? Est-ce que l'environnement social dans lequel elle évolue a un effet défavorable sur elle? Vit-elle la situation générale d'après 1945 de façon à ce qu'elle puisse revenir à la raison?

Le Mariage de Maria Braun est un film qui par son arrangement du scénario filmique aspire au réalisme, mais pas par les personnages eux-mêmes.Au spectateur sont données des représentations stylisées. Alors que l'impression devrait régner dans un film réaliste et que chaque scène découle de ce qui précède, dans Le Mariage de Maria Braun le réalisateur reste derrière chaque scène, réalisateur qui a prétendu que toutes les attitudes de ses personnages voulaient dire quelque chose. Cela vaut tout spécialement pour le personnage de Maria : elle dévie dans sa manière de se comporter et de communiquer très souvent de ce que le spectateur attend.

C'est ainsi que Le Mariage de Maria Braun est considéré comme le contraire d'un film qui dépeindrait un « monde saint ». Il s'agit plutôt d'un film duquel sort un sentiment d'inquiétude. Le film montre des gens qui doivent chercher une nouvelle voie dans leur vie et aussi pour le spectateur le sentiment s'installe peu à peu que c'est un monde où on ne peut pas si facilement trouver cette voie.

La fin : l'énigme[modifier | modifier le code]

À la fin du film la question reste en suspens : Maria se suicide-t-elle ou s'agit-il d'un accident domestique quand une explosion due au gaz la tue chez elle ?

La plupart des critiques de film partent du principe que l'ouverture du testament de Maria doit conclure le film, qu'il doit y avoir eu une manigance entre Hermann et Oswald. Selon toutes les apparences Hermann s'est déjà expliqué sur le fait de laisser sa femme à Oswald pour ses dernières années à vivre et à cause de cet arrangement a dû être en arrière plan assez loin pendant quelques années.

Le Mariage de Maria Braun est finalement un film pour lequel une fin heureuse n'aurait pas pu convenir. Fassbinder voulait montrer un monde froid dans lequel beaucoup de gens n'arrivaient pas à trouver des solutions pour leurs propres problèmes. Ça n'était pas son avis, à la fin, d'exhiber une débandade étrange de toutes les implications.

Les spécificités du film[modifier | modifier le code]

Il y a quelques scènes dans lesquelles le fond sonore vient d'une radio. Parfois la musique est tellement forte que les dialogues entre les différents personnages sont couverts. il s'agit en fait d'une émission de radio, la voici :

demande à toutes les personnes qui auraient été en contact après la guerre avec le soldat disparu.
un discours de Konrad Adenauer dans lequel il explique qu'il ne faudrait envisager aucun réarmement pour l'Allemagne de l'Ouest
un autre discours dans lequel il défend ce réarmement.

Les dernières scènes du film sont superposées avec un célèbre reportage radio d'Herbert Zimmermann de la finale Hongrie-Allemagne de la coupe du monde de football de 1954. Dans la 2e moitié du film il y a souvent comme bruits de fond le son de martelage de la presse. On peut voir ce martelage comme un signe de la force de construction. Mais les bruits de crépitement peuvent aussi avoir pour effet l'écho des coups de feu de la Deuxième Guerre mondiale.

Des morceaux complets de bruits de fond veillent aux effets de distanciation. Le spectateur est dissuadé de s'identifier trop à la protagoniste et de se perdre dans l'action à travers son écran de télévision.

Le Mariage de Maria Braun fait partie d'une trilogie dans laquelle Fassbinder s'attaque à l'histoire de la nouvelle Allemagne de l'Ouest. Les autres parties de la trilogie sont Lola, une femme allemande (1981) et Le Secret de Veronika Voss (1982).

Récompenses[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Je suis la championne de l'illusion - un jouet du capitalisme de jour comme de nuit, un agent de la masse active, la Mata Hari du miracle économique » H. Schygulla
  • « L'erreur de l'homme c'est qu'il doit toujours rattacher son amour à un être unique. Quand on n'a pas de pommes de terre, on mange des rutabagas. Quand on n'a pas de rutabagas, on mange de la soupe. Mais avec l'amour ça doit toujours être un être à part. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]