La Peste écarlate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Peste écarlate
Auteur Jack London
Genre roman d'aventure
Version originale
Titre original The Scarlet Plague
Langue originale Anglais
Pays d'origine États-Unis
Version française
Traducteur Louis Postif
Date de parution 1912
Série Florent

La Peste écarlate (The Scarlet Plague) est un roman futuriste de Jack London paru en 1912.

Résumé[modifier | modifier le code]

En 2073, le monde est revenu à l'état de nature sauvage, suite à un étrange fléau qui a ravagé la planète et qui a provoqué une mort presque immédiate de ses habitants. Cette peste écarlate, ainsi nommée car elle provoquait une coloration rouge de la peau, a totalement bouleversé l'ordre naturel et a quasiment rayé l'homme de la surface du globe. Seuls quelques individus, mystérieusement épargnés, ont survécu à la pandémie et ont réussi à recréer une forme de société, sans passé et sans culture. Un vieillard, interrogé par ses petits-enfants, tente de faire comprendre l'ancien monde à des êtres incapables de se figurer celui-ci. Représentant d'une forme d'intellectualité désormais incongrue, ayant sombré lui-même dans une demi-sénilité, l'ex-professeur James Howard Smith évoque un monde englouti, sa miraculeuse survie, l'effroi de la solitude jusqu'à sa rencontre avec la tribu des Chauffeurs, la difficile soumission à des êtres dépourvus de toute intelligence et régnant désormais en brutes... Mais un espoir subsiste: dans une grotte, Smith a entreposé des ouvrages, vestiges de la civilisation autrefois triomphante, et la clé de l'alphabet, afin qu'un jour, un homme relève de ses cendres la puissance de l'esprit humain.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]