La Minute de vérité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir La Minute de vérité (série documentaire)

La Minute de vérité (titre italien L'ora della verità) est un film franco-italo-autrichien réalisé par Jean Delannoy et sorti en 1952.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Marié à Madeleine, le docteur Pierre Richard est appelé au chevet d'un jeune peintre, Daniel Prévost, qui vient de tenter de se suicider par le gaz. En lui donnant les premiers secours, il découvre à son chevet la photo du moribond en compagnie de Madeleine, tendrement enlacés… Le soir même, Pierre demande des explications à sa femme. Oui, elle a connu Daniel huit ans plus tôt, au cours d'une fête donnée pour la centième d'une pièce dont elle était l'interprète. Daniel insiste pour que Madeleine divorce afin de l'épouser. Mais la jeune femme a compris alors qu'elle aimait son mari et que sa vie familiale avait énormément d'importance pour elle. C'est pourquoi elle a rompu. Un coup de téléphone vient apprendre à Pierre que Daniel vient de succomber à l'hôpital. La nuit s'achève, et avec elle cette minute de vérité au cours de laquelle se sont affrontés Pierre et Madeleine. Cette mort va-t-elle marquer pour eux une renaissance ?

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  • Dans la version italienne, le rôle joué par Daniel Gélin est tenu par Walter Chiari.
  • Jean Gabin tourne pour la première fois sous la direction de Jean Delannoy. Avec ce film, Gabin retrouve Michèle Morgan neuf ans après Remorques.
  • Il s'agit du premier grand succès — bien avant celui de Touchez pas au grisbi — de la seconde carrière de Jean Gabin, totalisant plus de 3 millions d'entrées.
  • S'agissant d'une production Franco-Italienne, deux actrices transalpines ont participé à ce film : Léa di Léo (25 mars 1924 à Taranto en Italie) et Doris Duranti (25 avril 1917 - 10 mars 1995).
  • À noter, l'intrigue « miroir », quand Gabin, de mari trompé, devient mari trompeur, dans En cas de malheur. Dans le même contexte bourgeois, et de décalage de générations.
  • À noter que deux personnages du film portent les noms de futurs acteurs du cinéma français : Pierre Richard et Daniel Prévost.

Liens externes[modifier | modifier le code]