L'Entreprenant Monsieur Petrov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petrov et Shall We Dance.

L'Entreprenant Monsieur Petrov

Titre original Shall We Dance
Réalisation Mark Sandrich
Scénario Allan Scott
Ernest Pagano
Acteurs principaux
Sociétés de production RKO
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre film musical
Sortie 1937
Durée 116 min (1 h 56)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Entreprenant Monsieur Petrov (Shall We Dance) est un film musical américain de Mark Sandrich, sorti en 1937.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un danseur classique, Petrov, passionné par le jazz et les claquettes, tombe amoureux d'une jeune fille en regardant des photos d'elle. Il décide de la voir et se fait passer pour un Russe. Linda Keene (la jeune fille) est étonnée et surtout excédée à cause d'un de ses partenaires qu'elle déteste et qui l'a embrassée. Elle décide de partir pour New York rejoindre son fiancé Jim Montgomery (William Brisbane) malgré l'avis de son manager Arthur Miller (Jerome Cowan). Apprenant qu'elle embarque sur le Queen Ann, Petrov se hâte d'accepter la proposition de son imprésario Jeffrey Baird (Edward Everett Horton):partir pour l'Amérique où il donnera des représentations classiques. Sur le bateau, Petrov retrouve Linda Keene comme prévu et tente de la séduire. Alors qu'elle tombe sous le charme, une rumeur de mariage répandu par une danseuse de la troupe éconduite par Petrov circule. Comme le danseur se trouve toujours avec Linda Keene, on en déduit qu'ils sont mariés, ce qui brise leur relation amicale.

Linda décide de quitter le bateau à bord de l'avion postal et laisse Petrov désemparé. Ils se retrouvent dans le même hôtel et décident de se marier puis de divorcer afin de mettre fin aux conjectures. Le mariage se fait dans le New Jersey, où ils ne risquent pas d'être reconnus. Malheureusement, Denise (Ketty Galian), la danseuse qui a répandu la rumeur, revient voir Petrov et tente de découvrir s'il est marié. Linda, prenant Denise pour l'amante de Petrov part sur le champ et décide de demander le divorce. Entre temps, Petrov décide de monter un spectacle fusionnant classique et claquettes. Comme il a du mal à danser avec quelqu'un d'autre que Linda (et pour assurer le succès du spectacle, il fait fabriquer des masques à l'effigie de la jeune fille et les distribue à ses partenaires. Le grand jour arrive, Linda est dans la salle. Émue par l'idée de Petrov elle se rend dans les coulisses et enfile un des costumes. Elle surprend Petrov au milieu d'une scène et ils sont enfin réunis pour une ultime danse.

Musique[modifier | modifier le code]

La chanson They Can't Take That Away From Me, qui est devenue un standard de jazz, a été composée pour ce film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non-crédités :

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Ce film reprend la structure narrative de Top Hat (Le Danseur du dessus) au point qu'on pourrait presque le considérer comme un Top Hat 2. Le personnage principal tombe amoureux d'une jeune femme qui, d'abord séduite, se méprend ensuite sur son identité ou ses intentions et le fuit, l'obligeant à élaborer un stratagème pour lui prouver la réalité de son amour. Signe qu'il s'agissait de renouveler le succès du premier film, Paris y a remplacé Londres et New York, Venise, reprenant la dualité géographique de la narration, tandis que deux des rôles secondaires ont été à nouveau distribués aux acteurs Edward Everett Horton et Eric Blore, qui y assuraient le même contrepoint comique que dans la première histoire, en occupant des situations sociales similaires. Deux innovations chorégraphiques furent plus particulièrement notables : le voyage en paquebot permet d'insérer un numéro accompagné par des musiciens-mécanos noirs dans la salle des machines, ce qui est un hommage explicite au jazz afro-américain et aux claquettes et le film donna l'occasion d'un impressionnant numéro dansé sur patins à roulettes, quoi qu’après celui de Chaplin dans Les Temps modernes (1936), mais Charlot, lui, ne faisait pas de claquettes !

Lien externe[modifier | modifier le code]