Josef Rheinberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Josef Rheinberger

alt=Description de l'image Rheinberger.jpg.
Nom de naissance Josef Gabriel von Rheinberger
Naissance 17 mars 1839
Vaduz, Drapeau du Liechtenstein Liechtenstein
Décès 25 décembre 1901 (à 62 ans)
Munich, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale compositeur
Activités annexes pédagogue
Formation Conservatoire de Munich
Maîtres Johann Georg Herzog, Julius Emil Leonhard, Julius Joseph Maier, Franz Lachner
Enseignement Conservatoire de Munich
Élèves Engelbert Humperdinck, Ermanno Wolf-Ferrari, Wilhelm Furtwängler, Horatio Parker, George Chadwick
Conjoint Franziska von Hoffnass
Distinctions honorifiques Croix de chevalier de l'ordre de St Grégoire
Croix de commandeur de l'ordre de la couronne de Bavière
Docteur honoris causa de l'université de Munich

Josef Gabriel von (anobli en 1894) Rheinberger (* Vaduz, 17 mars 1839 - † Munich, 25 décembre 1901) compositeur et pédagogue allemand, originaire du Liechtenstein.

Biographie[modifier | modifier le code]

Déjà à l'âge de 7 ans, il tenait l'orgue dans sa ville natale, et à 12 ans il entrait au conservatoire de Munich, où bientôt il surpassait ses camarades d'études, en produisant de nombreuses œuvres. À 19 ans on lui confia un poste d'enseignement du piano, et plus tard de l'orgue et de la composition, poste dont il s'acquitta presque jusqu'à la fin de sa vie.

Sans faire beaucoup de battage, il fit tout naturellement partie des compositeurs célèbres de son temps. Depuis 1877 maître de chapelle de la cour du roi de Bavière, Louis II, il joua un rôle principal dans la musique d'église catholique en Allemagne. Il composa en latin des messes et des motets, en suivant les préceptes des réformateurs céciliens. Comme professeur de composition, il était mondialement connu et eut comme élèves Engelbert Humperdinck, Ermanno Wolf-Ferrari, Wilhelm Furtwängler et toute une génération de jeunes compositeurs américains, comme Horatio Parker, George Chadwick. Il reçut de nombreuses distinctions : la, la croix de commandeur de l'ordre de la couronne de Bavière, et le titre de docteur honoris causa de l'université de Munich.

En 1867, il épousa la poétesse Franziska von Hoffnass (Fanny) qui écrivit plusieurs des textes de ses œuvres vocales, en particulier la cantate de Noël, l'étoile de Bethléem.

Postérité[modifier | modifier le code]

Il fait partie des compositeurs de la deuxième moitié du XIXe siècle qui, après être tombés dans l'oubli, sont à nouveau redécouverts par les chercheurs et les musiciens. Son œuvre est très diversifiée : 197 numéros d'opus : piano, orgue, musique de chœur sacrée et profane, lieder, musique de chambre, symphonies, ouvertures de concert, musiques de scène et opéras. Il se définissait comme un classique convaincu, dont les modèles étaient Bach et Mozart. Il reste le grand maître et représentant de la culture musicale de la fin de la période classico-romantique. Pour rendre hommage à son œuvre, fut fondée en 2003 la Société internationale Josef Gabriel Rheinberger.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

  • Messes : Cantus Missae en Mi b maj pour deux chœurs a cappella, op. 109, (1878); Messe en Fa pour chœur et orgue, op. 159 ;
  • Cantate de Noël Der Stern von Betlehem op. 164 ;
  • Stabat Mater en sol m avec cordes et orgue, opus 138 ; un autre Stabat ;
  • Cinq Hymnes pour baryton, chœur et orgue, opus 140 ;
  • Hymne d'après le psaume 84, avec harpe et orgue, op. 35 ;
  • Requiem Ré min ; deux autres Requiem ;

Musique profane[modifier | modifier le code]

  • Quatre sonates pour piano : Do maj op. 47; Ré ﹟maj op.99; Mi b maj op. 135; Fa # min op. 184 ;
  • Quatre trios avec piano ;
  • Quintette à cordes La min op. 82 ;
  • Symphonie Fa maj
  • Chœurs ;
  • Opéras: Die sieben Raben ; Türmers Töchterlein ;
  • Singspiele ;
  • Sonate pour clarinette et piano en mi bémol mineur, op. 105a
  • Abendlied, op. 69 no 3 ;
  • Nonette en La majeur, Op. 139

Musique pour orgue[modifier | modifier le code]

  • 20 sonates ;
  • 2 concertos pour orgue et orchestre : Fa majeur op. 137, et Sol mineur op. 177 ;
  • Préludes et fugues
  • Trios, op. 49 (1868 /70)
  • Méditations,
  • Suite ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Exemples sonores[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Partitions gratuites[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]