Invasion soviétique de la Géorgie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Invasion soviétique de la Géorgie
Entrée de l'Armée rouge à Tbilissi le 25 février 1921.
Entrée de l'Armée rouge à Tbilissi le 25 février 1921.
Informations générales
Date 15 février -
Lieu Géorgie
Issue Victoire soviéto-turque, établissement de la République socialiste soviétique de Géorgie.
Belligérants
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg République socialiste fédérative soviétique de Russie
Drapeau de la Turquie Turquie
Flag of Georgia (1918-1921).svg République démocratique de Géorgie
Commandants
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg Anatoli Gekker
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg Mikhail Velikanov
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg Joseph Staline
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg Grigory Ordjonikidze
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg Filipp Makharadze
Drapeau de la Turquie Kazım Karabekir
Flag of Georgia (1918-1921).svg Giorgi Kvinitadze
Flag of Georgia (1918-1921).svg Giorgi Mazniashvili
Flag of Georgia (1918-1921).svg Valiko Jugheli
Forces en présence
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg 50 000 fantassins
2 500 cavaliers
50 avions
150 pièces d'artillerie
4 000 mitrailleuses
15 trains blindés
40 chars
Drapeau de la Turquie 24 000 fantassins
Flag of Georgia (1918-1921).svg 5 000 vétérans de la Garde nationale
10 000 cadets
20 000 volontaires
400 cavaliers
25 à 30 avions
100 pièces d'artillerie
2 000 mitrailleuses
8 trains blindés
15 véhicules blindés
Pertes
Flag of Russian SFSR (1918-1937).svg 5 500 tués
2 500 capturés
Drapeau de la Turquie 1 800 à 3 000 tués
500 capturés
Flag of Georgia (1918-1921).svg 3 200 soldats tués
3 800 à 5 000 civils tués

L’invasion soviétique de la Géorgie, également connue sous le nom de guerre soviéto-géorgienne[1] est une campagne militaire de l'Armée rouge menée du 15 février au qui visait à renverser le gouvernement social-démocrate de la République démocratique de Géorgie dans le contexte de la guerre civile russe.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le conflit a été le résultat de la politique expansionniste des Soviétiques, qui avait pour but contrôler les anciens territoires qui faisaient partie de l'Empire russe[2], jusqu'à ce que les événements turbulents de la Première Guerre mondiale et la révolution bolchévique avaient mis un terme à ce dernier. Les bolchéviques géorgiens ne disposaient pas d'un soutien suffisant dans leur pays natal pour s'emparer du pouvoir sans intervention étrangère[3],[4].

L'indépendance de la République démocratique de Géorgie avait été reconnue par la Russie dans un traité signé le , et l'invasion du pays n'avait pas même été universellement soutenue à Moscou, mais sous la pression de Joseph Staline et de Grigory Ordjonikidze (tous deux Soviétiques d'origine géorgienne), qui avaient obtenu le l'accord de Vladimir Lénine pour envahir la Géorgie, sous prétexte de soutenir les « paysans et les travailleurs révolutionnaires » dans le pays.

Déroulement de l'invasion[modifier | modifier le code]

Les chars britanniques Mark V acquis par l'Armée rouge au cours de la guerre civile russe contribuèrent à leur victoire lors de la bataille de Tbilissi.

Les forces soviétiques prennent la capitale géorgienne Tbilissi (ou Tiflis) après de violents combats et déclarent la République socialiste soviétique de Géorgie le . Le reste du pays est envahi dans les trois semaines suivantes, mais le régime soviétique ne sera véritablement établi qu'en . La partie du sud-ouest la Géorgie fut quant à elle occupée par la Turquie, ce qui menaça de développer une crise diplomatique entre Moscou et Ankara, conduisant à d'importantes concessions territoriales par les Soviétiques à la Turquie dans le traité de Kars.

Des révoltés géorgiens à l'occupation soviétique se regroupent dans le Comité pour l'indépendance de la Géorgie et lancent une insurrection en août-septembre 1924, connue sous le nom de « Soulèvement d'Août » mais celle-ci s'avèrera infructueuse et sévèrement réprimée par les autorités soviétiques. Le gouvernement de la République démocratique de Géorgie s'exila à Leuville-sur-Orge en France suite à l'invasion.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Article connexe : Affaire géorgienne.

Le pays voit l'instauration de la République socialiste soviétique de Géorgie qui est placée sous l'égide de Moscou et qui durera jusqu'en 1990, date de l'indépendance de la Géorgie suite à l'effondrement de l'URSS.

Le , le Parlement géorgien décrète le 25 février comme jour férié afin de commémorer l'occupation soviétique[5] et les centaines de milliers de victimes des répressions politiques qui en découlèrent, votant en faveur de l'initiative du gouvernement de Mikheil Saakachvili[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Советско-грузинская война 1921 г, consulté le 20 avril 2012
  2. (en) M. Kort, The Soviet Colossus, M.E. Sharpe, 2001, p.154. (ISBN 0-7656-0396-9)
  3. (en) Ronald Grigor Suny, The Making of the Georgian Nation, Bloomington et Indianapolis: Indiana University Press, 1994, p. 207. (ISBN 0-253-20915-3)
  4. (en) M. Sicker, The Middle East in the Twentieth Century, Praeger/Greenwood, 2001, p.124. (ISBN 0-275-96893-6)
  5. (en) Georgia to mark Soviet occupation every year TV-Novosti, 21 juillet 2010
  6. (en) February 25 Declared Day of Soviet Occupation, Civil Georgia, 21 juillet 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Andrew Andersen et George Partskhaladze (1/2009), La guerre soviéto-géorgienne et la soviétisation de la Géorgie (février-mars 1921). Revue historique des Armées, 254: 67-75
  • (en) Stephen Blank, The Soviet Conquest of Georgia. Central Asian Survey, 33-46:12.
  • (ru) Борисова, И.Д. Российско-грузинские межреспубликанские связи 1917–1922 гг. / И.Д. Борисова // PANDECTAE: сб. ст. преподавателей, аспирантов и соискателей каф. гос.-правовых дисциплин юрид. фак. ВГПУ. – Владимир: Изд-во ВГПУ, 2004.
  • (ru) "Оккупация и фактическая аннексия Грузии". Документы и материалы. Сост. А. Ментешашвили, ред. А. Сургуладзе, Тбилиси, 1990.