Hrastnik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hrastnik
Administration
Pays Drapeau de la Slovénie Slovénie
Région Basse-Styrie
Maire Miran Jerič
Code postal 1430
Démographie
Population 9 833 hab. (2012)
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 00″ N 15° 06′ 00″ E / 46.1333, 15.146° 08′ 00″ Nord 15° 06′ 00″ Est / 46.1333, 15.1  
Superficie 5 860 ha = 58,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Slovénie (administrative)

Voir sur la carte Slovénie administrative
City locator 14.svg
Hrastnik

Hrastnik est une commune du centre de la Slovénie située dans la région de la Basse-Styrie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les montagnes proches se nomment Kum (1 220 m), Mrzlica (1 122 m) et Kopitnik (910 m). Tout comme pour la proche commune de Trbovlje, la zone est connue pour ses mines de charbon. L’économie est également orientée sur l’industrie verrière.

Villages[modifier | modifier le code]

Les villages qui composent la commune sont Boben, Brdce, Brnica, Dol pri Hrastniku, Čeče, Gore, Hrastnik, Kal, Kovk, Krištandol, Krnice, Marno, Plesko, Podkraj, Prapretno pri Hrastniku, Studence, Šavna Peč, Turje et Unično.

Démographie[modifier | modifier le code]

Entre 1999 et 2008, la population de la commune de Hrastnik est restée relativement stable avec une population supérieure à 10 000 habitants[1].

Évolution démographique[1]

1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
10 754 10 616 10 508 10 456 10 399 10 391 10 432 10 326 10 294 10 351

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville de Hrastnik est jumelée avec:

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La zone proche de la montagne Kopitnik est une zone naturelle protégée mais ouverte au public. Elle abrite des espèces comme le chamois et le grand Tétras.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Démographie de Hrastnik » (consulté le 25 janvier 2009)