Kamnik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kamnik
Vieille ville de Kamnik
Vieille ville de Kamnik
Administration
Pays Drapeau de la Slovénie Slovénie
Région Haute-Carniole
Maire Anton Smolnikar
Code postal 1240
Démographie
Population 29 246 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 33″ N 14° 36′ 42″ E / 46.2258314, 14.611695146° 13′ 33″ Nord 14° 36′ 42″ Est / 46.2258314, 14.6116951  
Altitude 380,5 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Slovénie (administrative)

Voir sur la carte Slovénie administrative
City locator 14.svg
Kamnik
Liens
Site web Site de la commune

Kamnik (en allemand : Stein in Oberkrain) est le nom d'une municipalité au centre-nord de la Slovénie. Elle comprend une grande partie des Alpes kamniques dont elle a donné le nom.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville de Kamnik, située au centre-nord, dans la région traditionnelle de la Haute-Carniole, à 23 kilomètres de la capitale Ljubljana. Située dans les Alpes kamniques dont elle a donné le nom, la ville de Kamnik est entourée de collines vertes et de sommets montagneux. Vers le nord, la ville est entourée de la montagne avec le sommet du Grintovec ; la partie méridionale longe les hauts-plateaux de Posavsko.

Selon le géographe Anton Melik, Kamnik est le plus large et le plus important site de la plaine de la rivière de Kamniška Bistrica qui fait partie du bassin de Ljubljana[1],[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Kamnik est de type continental, influencé par les Alpes kamniques, qui se traduit par des étés frais et des hivers très froids et enneigés. Les températures moyennes sont de -1 °C en janvier et de 19 °C en juillet avec une moyenne annuelle de 9 °C. Le niveau de précipitations s'élève en moyenne à 1 400 mm/an dans la région et le climat, influencé par les Aples kamniques, est très instable, ce qui se caractérise par des pluies bien plus soutenues au nord, près des montagnes, que vers l'est[3],[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Entre 1999 et 2008, la population de la commune de Kamnik a constamment augmenté pour atteindre une population proche de 29 000 habitants[5].

Évolution démographique[5]

1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
26 007 26 310 26 418 26 551 26 752 26 917 27 149 27 504 28 033 28 604

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison de naissance de Rudolf Maister

La zone de Kamnik fut peuplée dès la Préhistoire mais le nom de Kamnik apparut pour la première fois au XIe siècle, en 1061[6]. et fut mentionné comme ville en 1229. Important comptoir sur la route entre Ljubljana et Celje, la population de Kamnik s'est installée au départ à la confluence entre les rivières de Kamniška Bistrica et de Nevljica, le long d'une importante route marchande qui relie les comtés de Štajerska (actuelle Basse-Styrie) et Kranjska (Carniole), c'est-à-dire la principale voie commerciale entre la Hongrie et Trieste.

La période la plus prospère de la ville date du Moyen Âge, Kamnik comptait en effet quelques familles d'aristocrates parmi ses habitants et fut l'un des centres les plus influents pour les comtes bavarois. Les châteaux Mali Grad (Le Petit château), Stari Grad (Vieux château, aujourd'hui en ruines) et le monastère franciscain construits dans la ville témoignent de l'importance de la ville. Le palais Zaprice, construit en dehors de la ville, fut quant à lui édifié au XVIe siècle. Parmi ces comtes bavarois, les comtes d'Andechs, famille féodale importante en Europe, étaient propriétaires de la zone de Kamnik. D'origine franconienne, la famille arriva au sud de la Bavière avant de s'installer dans la région slovène. Pendant longtemps, Kamnik était le centre de leur vaste propriété qui s'étendait à l'aire de l'entière municipalité de Kamnik, de Kranj à Ločica. Leur fortune et leur importance s'exprimaient par l'argent qu'ils regroupaient au Mali Grad, où, après 1220, ils commencèrent à reproduire des pièces avec l'inscription Civitas Stein (ville de Kamnik). La ville médiévale de Kamik était protégée par des murailles, de nombreuses tours de défense et quatre portes de ville. Le commerce et l'artisanat ont permis à la ville de se développer, les marchands de Kamnik étant largement connus, à Trieste, Reka (municipalité de Cerkno) et Piran.

À partir du XIVe siècle, Kamnik devint le siège de la cour provinciale et elle fut temporairement la capitale de la Carniole et, plus tard, elle devient la ville de province la plus influente après Ljubljana. Au 17e siècle, Kamnik déclina au profit de Trojane, mieux située pour le commerce. Menacée par les Turcs, elle dut subir la peste, le séisme de 1511) et de nombreux incendies[6].

Jusqu'en 1918, la ville (au nom bilingue de STEIN IN KRAIN - KAMNIK) fait partie de la monarchie autrichienne (empire d'Autriche), puis Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), chef-lieu du district de même nom, l'un des 11 Bezirkshauptmannschaften en province de Carniole[7].

Industrie et tourisme[modifier | modifier le code]

L'industrie s'est développée à Kamnik à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, grâce notamment aux travaux de l'industriel Alojzij Prašnikar, avec l'ouverture en 1857 d'une cimenterie et en 1876, avec la fondation d'une station thermale en se reposant sur les méthodes de guérison de Sebastian Kneipp. Il permit en outre la connexion de la ville au train en 1891. Six ans plus tard, en 1896, l'usine de métallurgie Spalek fait des débuts prometteurs et devint alors Titan. Mais c'est après la Seconde Guerre mondiale que les progrès industriels sont les plus notables avec l'installation d'usines de traitement du bois, d'usines de métallurgie, de plasturgie, d'usines de traitement du cuir, de fabriques de vêtements, de moutarde, d'aliments en conserves. Mais avec le recul du secteur industriel, la plupart des entreprises font un dépôt de bilan ou se redirigent vers des unités plus petites. Aujourd'hui, l'industrie n'est plus le principal facteur de développement de la ville[8].

En effet, le développement de Kamnik repose sur le secteur tertiaire, en particulier sur le tourisme. La ville compte aujourd'hui deux musées, des galeries et de nombreuses autres institutions culturelles. Ce développement s'accentue en particulier aux alentours du centre-ville avec le développement de boutiques et de résidences[9].

La grande partie du vieux centre-ville est construit selon un style austro-hongrois et se caractérise par des rues étroites dont les façades médiévales des maisons témoignent de l'architecture baroque. La ville fut, en outre, le lieu de naissance du général et activiste politique Rudolf Maister.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Gorge de Veliki Predoselj

Située dans une région montagneuse restée intacte, la ville de Kamnik a de nombreux sites naturels.

Issue des Alpes kamniques, la rivière de Kamniška Bistrica prend sa source dans un petit lac artificiel[10] et coule à travers les gorges de Veliki Predaselj, profonde de 30 mètres et de Mali Predaselj qui en fait la moitié, coincées toutes les deux par une pierre naturelle à environ 550 m d'altitude[11]. Elle coule également à travers la chute d'eau d'Orglice, nommé ainsi selon certains par la présence de nids d'aigles (orli) dans la vallée de Kamniška Bela ; selon d'autres par le son qu'elle produit, semblable au son d'un harmonica (orglice)[12].

Situé le long de la route entre Kamniška Bistrica et Konec, l'un des nombreux rochers qui ont été déplacés par les glaciers, le Žagana peč (que l'on pourrait traduire littéralement par roche sciée) dont la fissure caractéristique qui sépare le rocher en deux, fait penser qu'il a été scié. D'une largeur de 20 m et d'une hauteur de 8 m, il s'agit d'un lieu intéressant pour les écoles d'alpinisme, les parois du rocher étant propices aux exercices d'escalade[13],[14]. Autre vestige de l'ancien glacier, le Lepi kamen (beau roc) est constitué de deux rochers d'une longueur et d'une largeur de 10 mètres environ[15].
Au pied du versant sud-ouest du sommet de Brana, à 920 m, se situe également un grand bloc glaciaire appelé Sivnica, le plus large des Alpes kamniques et qui, selon certains experts, serait aussi le plus large des Alpes du sud-ouest[16],[17].

Kamnik abrite la plus grande grotte horizontale des Alpes kamniques, riche en formes souterraines rares, les hérissons d'argonite. Elle abrite aussi des restes d'ossements d'ours, de martres et chauve-souris. La plus importante découverte est celle d'une nouvelle espèce de coléoptère qui a pris le nom de la ville de Kamnik, l'espèce Aphaenopidius Kamnikensis Drovenik[18],[19].

L'un des lieux qui composent la municipalité de Kamnik, Klemenčevo permet l'accès aux chutes d'eau de Korošak, composées de 9 chutes d'eau et de cascades se répartissant sur une altitude entre 730 et 1 050 m et dont la plus grande mesure 20 mètres de hauteur[20].

Patrimoine culturel et artistique[modifier | modifier le code]

Grâce à son histoire riche, Kamnik bénéficie d'un vaste patrimoine culturel bien conservé, avec ses châteaux, ses édifices religieux, ses musées et ses galeries.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'un des principaux sites de Kamnik est le Mali Grad (Le Petit château) dont la chapelle est le seul vestige du château médiéval dont la famille des puissants comtes d'Andechs ont fait l'acquisition pour la première fois. Construit aux alentours du XIe siècle selon certaines sources, la partie supérieure de la chapelle a une circonférence typiquement gothique avec des pendentifs tandis que la partie inférieure est de style baroque avec des portraits de saints[21]. L'édifice est aussi connu pour sa légende selon laquelle une comtesse, mi-femme, mi-serpent du nom de Veronika, veille sur un trésor caché dans les environs de Mali Grad[22]. Le personnage de Veronika apparaît notamment sur les armoires de la ville de Kamnik, avec une couronne sur la tête[23].

L'autre château, Stari Grad (Vieux château), aujourd'hui en ruines, se situe sur la montagne de Bergantova gora, à l'est de la ville de Kamnik. Possession des comtes Andeški à partir du début du XIIe siècle, les propriétaires se sont ensuite succédé jusqu'en 1576 avec le dernier propriétaire, Ahacij Turn[24].

Construit en 1492, près de l'ancienne église gothique de saint Jacques, le monastère franciscain est un autre site important de Kamnik. Malgré son histoire mouvementée, il reste aujourd'hui un site bien conservé est connu notamment par la chapelle du Saint-Sépulcre (l'une des dernières œuvres de l'architecte Jože Plečnik) et par sa riche bibliothèque franciscaine qui contient les premières éditions incunables de la traduction de la Bible par Jurij Dalmatin avec le Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible, aussi appelés livres de Moïse) parmi les plus de 10 000 autres volumes imprimés avant 1799[25].

En outre, Kamnik abrite de nombreux autres édifices religieux, notamment l'Église de l’Immaculée Conception, d'origine gothique, construite en 1207 qui fut de nombreuses fois restaurée en raison des incendies et des tremblements de terre avant qu'en 1734, on en construise une nouvelle sous l'initiative du prêtre Maksimilijan Leopold Rasp[26]. L'église baroque actuelle est décorée, sur le toit, par des statues en pierre et le clocher, séparé de l'église, est un vestige de l'église médiévale[27].

La ville possède trois mémoriaux : un à la mémoire des victimes de la Première Guerre mondiale, le gouvernement austro-hongrois ayant décidé qu'un hôpital pour les blessés du front de Soška (1917-1918) devait être établi dans la ville[28] ; un, au nord de la ville édifié en, en mémoire de Rudolf Maister qui naquit à Kamnik[29] et un troisième dans le parc Evropa, dédié à la libération de la ville, édifié en 1962 par le sculpteur slovène Drago Tršar[30].

Musées et galeries[modifier | modifier le code]

Toute l'année, des galeries sont organisées à Kamnik[31] dont la galerie Miha Maleš qui porte le nom d'un peintre académicien, natif de la municipalité et lauréat du prix Prešern[32], la galerie Peroz[31] et la galerie Majolika qui accueille les expositions d'artistes slovènes et étrangers[33].

Le Château Zaprice, abritant actuellement le musée intercommunal, est un château bâti au XVIe siècle par Jurij Lamberg qui réunit durant la Réforme protestante les luthériens de Kamnik[34]. Premier musée privé de Slovénie, le musée de Sadnikar a été fondé par le vétérinaire et collectionneur Josip Nikolaj Sadnikar en 1893 ; il y regroupe une collection de vieux outils du Moyen Âge, des objets profanes et d'église, de véritables tapis de Perse, des costumes nationaux originaux, des peintures d'artistes slovènes entre autres[35]. Parmi les autres musées de Kamnik, on compte la maison musée de Budnar[36], la cabane Preskar, seul exemple préservé de cabane ovale de haute montagne slovène[37] et le musée du rhinocéros pygmy[38].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sl)(en) About Kamnik, Kamnik's location. kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 28 juillet 2008.
  2. (sl)(en) About Kamnik, Lega Kamnika, Kamnik's location. kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 28 juillet 2008.
  3. (sl)(en) About Kamnik : Climate kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 28 juillet 2008.
  4. (sl)(en) About Kamnik : Climate, General information on the climate kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 28 juillet 2008.
  5. a et b (en) « Démographie de Juršinci » (consulté le 26 janvier 2009)
  6. a et b (sl)(en) About Kamnik : History of Kamnik, Medieval Kamnik kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 27 juillet 2008.
  7. Die postalischen Abstempelungen auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, Wilhelm KLEIN, 1967
  8. (sl)(en) About Kamnik : History of Kamnik, Development of Industry kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 28 juillet 2008.
  9. (sl)(en) About Kamnik : History of Kamnik, Kamnik today kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 28 juillet 2008.
  10. (fr) Curiosités naturelles : Petit lac à la source de la rivière Kamniška Bistrica. I feel Slovenia. Consulté le 29 juillet 2008.
  11. (fr) Curiosités naturelles : Veliki et Mali Predaselj. I feel Slovenia. Consulté le 29 juillet 2008.
  12. (sl)(en) Tourist sights : Natural heritage, Slap Orglice-waterfall kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 29 juillet 2008.
  13. (fr) Curiosités naturelles : Žagana peč. I feel Slovenia. Consulté le 29 juillet 2008.
  14. (sl)(en) Tourist sights : Natural heritage, Žagana peč kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 29 juillet 2008.
  15. (fr) Curiosités naturelles : Lepi kamen (beau roc). I feel Slovenia. Consulté le 29 juillet 2008.
  16. (fr) Curiosités naturelles : Sivnica. I feel Slovenia. Consulté le 29 juillet 2008.
  17. (sl)(en) Tourist sights : Natural heritage, Sivnica kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 29 juillet 2008.
  18. (fr) Curiosités naturelles : Grotte de Kamnik. I feel Slovenia. Consulté le 30 juillet 2008.
  19. (sl)(en) Tourist sights : Natural heritage, Kamniška jama (cave) kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 30 juillet 2008.
  20. (fr) Curiosités naturelles : Chutes d’eau Korošak. I feel Slovenia. Consulté le 31 juillet 2008.
  21. (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Mali grad kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 3 août 2008.
  22. (fr) Héritage sacré : Mali grad Kamnik. I feel Slovenia. Consulté le 3 août 2008.
  23. (en) « Kamnik (Municipality, Slovenia) », sur Flags of the World (consulté le 3 août 2008)
  24. (fr) Château : Stari grad (Vieux château). I feel Slovenia. Consulté le 3 août 2008.
  25. (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Sacral heritage : Franciscan Friary kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 3 août 2008.
  26. (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Sacral heritage : Church of Mary's Immaculate conception on Šutna kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 3 août 2008.
  27. (fr) Héritage architectural : Église de l’Immaculée Conception. I feel Slovenia. Consulté le 3 août 2008.
  28. (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Other monuments : Spomenik žrtvam 1. svetovne vojne (World War I Victim Memorial) kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 3 août 2008.
  29. (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Other monuments : Spomenik Rudolfu Maistru (Rudolf Maister Memorial) kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 3 août 2008.
  30. (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Other monuments : Spomenik osvoboditve (Liberation Memorial) kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 3 août 2008.
  31. a et b (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Galleries kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 5 août 2008.
  32. (fr) Héritage historique et culturel : Galerie Miha Maleš. I feel Slovenia. Consulté le 5 août 2008.
  33. (sl)(en) Tourist sights : Cultural heritage, Galleries : Majolika Gallery kamnik-tourism.si. Guide touristique de la ville de Kamnik. Consulté le 5 août 2008.
  34. (fr) Musée : Château Zaprice. I feel Slovenia. Consulté le 5 août 2008.
  35. (fr) Musée : Collection muséale de Sadnikar. I feel Slovenia. Consulté le 5 août 2008.
  36. (fr) Musée : La maison musée de Budnar. I feel Slovenia. Consulté le 5 août 2008.
  37. (fr) Musée : Cabane Preskar. I feel Slovenia. Consulté le 5 août 2008.
  38. (fr) Musée : The pygmy rhinoceros museum, Motnik. I feel Slovenia. Consulté le 5 août 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :