Hino Nacional Brasileiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hino Nacional Brasileiro

Hymne national brésilien

Hymne national du Drapeau du Brésil Brésil
Paroles Joaquim Osório Duque Estrada
1909
Musique Francisco Manuel da Silva
1822
Adopté en 1922
Fichiers audio
Hino Nacional Brasileiro
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?
Fichier audio externe Hymne national brésilien sur le site du gouvernement brésilien.

Hino Nacional Brasileiro est l'hymne national du Brésil. Il a été écrit par Joaquim Osório Duque Estrada et composé par Francisco Manuel da Silva et a été adopté en 1922.

Durant la Coupe du monde de football de 2014, avant chaque match, et après avoir chanté l'hymne national accompagné de sa musique, les joueurs de la sélection brésilienne ont systématiquement entonné le second couplet de l'hymne a cappella avec tout le public brésilien présent dans le stade. Cette détermination affichée et emplie d'une émotion partagée entre les joueurs de la Seleçao et leurs supporters n'aura malheureusement pas suffi pour remporter le trophée suprême.

Paroles[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Paroles officielles (pt) Traduction en français

I
Ouviram do Ipiranga as margens plácidas
De um povo heróico o brado retumbante,
E o sol da Liberdade, em raios fúlgidos,
Brilhou no céu da Pátria nesse instante.

Se o penhor dessa igualdade
Conseguimos conquistar com braço forte,
Em teu seio, ó Liberdade,
Desafia o nosso peito a própria morte!

Ó Pátria amada,
Idolatrada,
Salve! Salve!

Brasil, um sonho intenso, um raio vívido
De amor e de esperança à terra desce,
Se em teu formoso céu, risonho e límpido,
A imagem do Cruzeiro resplandece.

Gigante pela própria natureza,
És belo, és forte, impávido colosso,
E o teu futuro espelha essa grandeza

Terra adorada,
Entre outras mil,
És tu, Brasil,
Ó Pátria amada!

Dos filhos deste solo és mãe gentil,
Pátria amada,
Brasil!

II
Deitado eternamente em berço esplêndido,
Ao som do mar e à luz do céu profundo,
Fulguras, ó Brasil, florão da América,
Iluminado ao sol do Novo Mundo!

Do que a terra mais garrida
Teus risonhos, lindos campos têm mais flores;
"Nossos bosques têm mais vida",
"Nossa vida" no teu seio "mais amores".

Ó Pátria amada,
Idolatrada,
Salve! Salve!

Brasil, de amor eterno seja símbolo
O lábaro que ostentas estrelado,
E diga o verde-louro desta flâmula
- Paz no futuro e glória no passado.

Mas, se ergues da justiça a clava forte,
Verás que um filho teu não foge à luta,
Nem teme, quem te adora, a própria morte!

Terra adorada
Entre outras mil,
És tu, Brasil,
Ó Pátria amada!

Dos filhos deste solo és mãe gentil,
Pátria amada,
Brasil!

I
Les rives calmes de l'Ipiranga ont entendu
L'appel retentissant d'un peuple héroïque.
Et le soleil de la liberté, de ses rayons fulgurants,
brilla dans le ciel de la Patrie en cet instant.

Si le garant de cette égalité,
Nous l'avons conquis par la force de nos bras,
En ton sein, ô Liberté,
Notre courage défiera même la mort !

Ô, Patrie bien-aimée,
Adorée
Salut, Salut !

Brésil, un rêve intense, un rayon vivifiant,
D'amour et d'espérance descend sur la terre,
Si dans ton ciel splendide, souriant et limpide,
L'image de la Croix du Sud resplendit.

Géant par ta propre nature,
Tu es beau, tu es fort, intrépide colosse,
Et ton avenir reflète cette grandeur.

Terre adorée,
Entre milles autres,
Tu es Brésil,
Ô, Patrie bien-aimée !

Des enfants de ce sol, la mère bienveillante,
Patrie bien-aimée,
Brésil !

II
Éternellement étendu dans un berceau splendide,
Au son de la mer et à la lumière du ciel infini,
Tu resplendis, ô Brésil, fleuron de l'Amérique,
Illuminé par le soleil du Nouveau Monde !

Que les terres les plus charmantes,
Tes beaux champs joyeux ont plus de fleurs.
"Nos forêts ont plus de vie",
"Notre vie" en ton sein "plus d'amours".

Ô, Patrie bien-aimée,
Adorée
Salut, Salut !

Brésil, d'amour éternel qu'il soit le symbole,
L'étendard étoilé que tu déploies ostensiblement,
Que proclame le vert et or de cette flamme :
Paix pour l'avenir et gloire au passé.

Mais si tu élèves le glaive de la justice,
Tu ne verras aucun de tes enfant fuir le combat,
Ni même, celui qui t'adore, craindre la mort !

Terre adorée,
Entre milles autres,
Tu es Brésil,
Ô, Patrie bien-aimée !

Des enfants de ce sol, la mère bienveillante,
Patrie bien-aimée,
Brésil !