Hexathelidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Hexathelidae sont une famille d'araignées mygalomorphes[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution

Les espèces de cette famille se rencontrent en Océanie, en Asie du Sud-Est, en Asie de l'Est, en Asie du Sud, en Afrique centrale, dans le Sud de l'Amérique du Sud, en Europe du Sud et en Afrique du Nord[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

Les Hexathelidae sont des araignées terrestres, qui construisent des toiles typiques en forme de tunnel, qu'elles vont tapisser de soie. A l'entrée du terrier, un tapis de fils irréguliers s'étendra tout autour afin de prévenir l'araignée de l'approche d'une proie éventuelle; cependant chez certaines Hadronyches, la toile sera fermée par un opercule. Chez Hadronyche formidabilis, le terrier peut même être dans le creux d'un arbre, à plusieurs mètres du sol. Il arrive que plusieurs terriers de mygales soient réunis sur une même aire créant ainsi de véritables colonies. Les mâles quittent souvent leurs terriers afin d'aller à la recherche de femelles ce qui les conduit parfois à l'intérieur des maisons ou des garages. Les Hexathelidae sont de véritables fouisseuses, et elles creusent des terriers à même le sol ou dans les troncs d'arbres (Hadronyche formidabilis par exemple). Ces araignées vivent dans des climats tempérés ou sub-tropicaux, et elles aiment l'humidité. En Australie par exemple, il est fréquent de rencontrer Atrax robustus dans les maisons ou les jardins. L'urbanisation de la ville à même semble-t-il été accompagnée par l'accroissement de la présence de ces animaux.

Description[modifier | modifier le code]

Comme toutes les araignées, elles ont quatre paires de pattes ambulatoires, une paire de pédipalpes (ou pattes « mâchoires »), deux crochets venimeux (chélicères) s'articulant de bas en haut (orthognathe). Elles ont également les deux paires de poumons sur la face ventrale de l'abdomen.

Les Hexathelidae sont de taille moyenne à grande (entre 2 et 5 cm pour les grandes femelles Atrax robustus). Elles sont de couleurs sombres, pouvant aller du brun ou noir. Le céphalotorax est pratiquement dépourvu de poils ce qui lui donne cet aspect brillant, les yeux sont peu espacés. Chez Atrax, le céphalotorax est plus long que large, alors qu'il est aussi long que large chez Hadronyche et Macrothele. L'abdomen est pourvu d'un léger duvet et est généralement de forme ovoïdale. Les filières sont au nombre de quatre et sont très longues au niveau de la paire supérieure. Mais elles peuvent être courtes chez certaines espèces. Le labium est généralement pourvu de cuspules et les chélicères sont pourvues d'une rangée de fortes dents. Il est notable que les tarses des pattes sont dépourvues d'épaisses scopulae.

Elles sont surnommées funnelweb spiders par les anglophones.

Comportement[modifier | modifier le code]

Les Hexathelidae sont des araignées particulièrement agressives[réf. nécessaire]. Elles n'hésitent pas à faire face si elles se sentent menacées ou dérangées. Ce sont de formidables prédateurs, et la puissance de leurs chélicères leur permettent de venir à bout de leurs proies avec une grande facilité. Elles s'introduisent parfois dans des habitations humaines et cela conduit parfois à des morsures accidentelles, quand l'araignée trouve refuge dans une chaussure par exemple.

Venimosité[modifier | modifier le code]

Les Hexathelidae sont les mygales les plus venimeuses. Atrax robustus est d'ailleurs la mygale dont le venin est le plus violent dans le monde des mygalomorphes. Hadronyche et Macrothele ont également des venins puissants. Le venin de Atrax robustus est à base de robustoxine, il est notable que le venin du mâle est 5 fois plus dangereux que celui de la femelle. C'est un venin neurotoxique qui a la particularité d'être particulièrement virulent chez les primates (l'homme et le singe) alors qu'il sera inoffensif sur un lapin. Le venin des Hadronyche est composé d'une toxine assez proche de la robustoxine, la versutoxine. Le venin provoquera divers symptômes tels que tachycardie, problèmes respiratoires, crampes musculaires, tout ceci pouvant conduire au décès de la personne mordue. Cependant les cas d'envenimations se terminant ainsi sont rares et un antipoison à base d'anticorps de lapin a été mis au point.

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Cette famille est connue depuis le Trias[2].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Cette famille rassemble 113 espèces dans 12 genres[1].

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon World Spider Catalog (version 14.5, 2014)[3] :

Selon The World Spider Catalog (version 14.5, 2014)[2] :

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Simon, 1892 : Histoire naturelle des araignées. Paris, vol. 1, p. 1-256 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]