Hans Blix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blix.
Hans Blix
Hans Blix à Vienne, en 2002.
Hans Blix à Vienne, en 2002.
Fonctions
1er président de la Commission de contrôle, de vérification et d'inspection des Nations unies
Prédécesseur Poste créé
Successeur Dimitris Perrikos
3e directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique
Prédécesseur Sigvard Eklund
Successeur Mohamed El Baradei
Ministre des Affaires étrangères de la Suède
Prédécesseur Karin Söder
Successeur Ola Ullsten
Biographie
Date de naissance (85 ans)
Lieu de naissance Uppsala (Suède)
Nationalité Suédoise
Diplômé de Université d'Uppsala
Université Columbia
Université de Cambridge
Profession Diplomate

Hans Martin Blix, né le à Uppsala (Suède) est un diplomate et homme politique suédois et un haut fonctionnaire international.

Il est le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de 1981 à décembre 1997. Il est responsable des inspecteurs chargés d'enquêter sur les stocks d'armes de destruction massives de l'Irak, en 2002, en tant que président de la Commission de contrôle, de vérification et d'inspection des Nations unies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a étudié à l'université d'Uppsala, à l'université Columbia, ainsi qu'à l'université de Cambridge, il a terminé son doctorat de droit international à la faculté de droit de l'université de Stockholm.

De 1962 à 1978, il est membre de la délégation suédoise à la Conférence du désarmement à Genève. De 1978 à 1979, il est ministre des Affaires étrangères de la Suède.

Il occupe le poste de Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de 1981 à 1997 ; à ce titre, il sera le premier occidental à se rendre sur le site de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et sera par la suite un des instigateurs du projet international de sécurisation du site[1].

Il est nommé président exécutif de la Commission de contrôle, de vérification et d'inspection des Nations unies (COCOVINU) en janvier 2000.

Il est responsable des inspecteurs envoyés en Irak à partir du dans le cadre de la résolution 1441 (2002) de l'ONU. Il ne confirme pas la présence d'armes de destruction massives aux mains de Saddam Hussein, thèse invoquée par George W. Bush en 2003 pour envahir l'Irak[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tchernobyl, 25 ans après.
  2. « L’implacable réquisitoire de Hans Blix », sur rfi.fr,‎ 8 avril 2004

Sur les autres projets Wikimedia :