Hammam Guergour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hammam Guergour
La localité de Hammam Guergour vue depuis la station thermale
La localité de Hammam Guergour vue depuis la station thermale
Noms
Nom algérien حمام القرقور
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Sétif
Daïra Hammam Guergour
Code ONS 1950
Démographie
Population 15 853 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 19′ 00″ N 5° 04′ 00″ E / 36.316667, 5.066667 ()36° 19′ 00″ Nord 5° 04′ 00″ Est / 36.316667, 5.066667 ()  
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Sétif.
Localisation de la commune dans la wilaya de Sétif.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Hammam Guergour

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Hammam Guergour

Siège de daïra, Hammam Guergour est une localité montagneuse située entre les chaîne des Babors et des Bibans dans la wilaya de Sétif.

Elle est célèbre par sa source thermale d'eau chaude à 44°C. radioactive.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hammam Guergour est situé à 5 kilomètres de Bougaa par la N74, à 20 km au nord de Khelil par la W64a, à 55 km au nord-ouest de Sétif et un peu plus de 50 kilomètres au sud-est de Béjaïa par la N75 egalement, à la sortie des gorges traversées par l’ oued Bousellam. Le village se trouve à une altitude de 600 à 1050 m, sur une assiette dominées notamment par les djebels Kraim el-Rar et Tafat culminant à plus de 1600 mètres. Il est scindé en deux par l'oued et les deux rives sont reliées par deux ponts; un pont piétonnier et un pont mécanique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première source thermale fut découverte par la cavalerie romaine et la prospérité de la future station est attestée par des fouilles menées en 1937-1938 qui ont mis au jour quatre grandes piscines et salles de repos. En 7 ap. J-C, un bourg s’établit au nord des gorges de l’oued Boussellam et en 193 le municipe fut créé et prit le nom d’Adsava Municipum ; Sava étant le nom romain de l’oued qui creuse la vallée. En 419, la cité est entièrement détruite suite à un tremblement de terre.

Hammam Guergour a consenti à la pénétration musulmane. Le témoignage de cette époque est la présence des palmiers, signes de la pénétration arabe dans la région. Au XVe ou XVIIe siècle, un saint marabout sidi el Djoudi Belhadj, venu on ne sait de Seguiet el Hamra ou d’Andalousie, y enseigna, fonda une zaouïa, et eut de nombreux disciples.

Avant 1947, Hammam Guergour était un centre rural caractérisé par des habitations modestes, faites de pierres, autour de la mosquée, sans latrines et sans égouts, mais elle était connue de par le siège de la zaouia de Sidi el Djoudi et par l’existence des premiers bains publics réalisés par les descendants du saint homme dans les années 1930. A la fin des années 1940, début des années 1950, des travaux de captage et d’analyse des eaux ont été menés et vont permettre d’implanter un centre thermal à sidi el Djoudi. Ce centre sera incendié en 1958 par les combattants de l’ALN dans le cadre de la lutte contre le colonialisme français pour la libération de l’Algérie.

A l’indépendance du pays, c’est la mairie de Bougaa qui va gérer les bains traditionnels qui ont été reconstruits et aménagés en 1965 jusqu’à ce qu’au milieu des années 1970, dans le cadre du développement thermal dans le pays, le gouvernement décide la construction d’un complexe thermal au niveau de l’ancien site romain qui surplombe la ville.

La cité va connaître un développement sans cesse croissant et s’étendre de manière spontanée vers la rive ouest de l’oued Bousselam en raison des contraintes géographiques. En 1978, une mosquée est construite sur l’emplacement même de l’ancienne zaouia de sidi el Djoudi.

La population s'est diversifié depuis l'indépendance de l'Algérie, la station thermale a attiré de nombreux algériens. On y trouve des berbérophones, mais la langue dominante reste l'arabe algérien.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Guergour viendrait d’un bruit d’eau, d’un gargarisme provenant des entrailles de la terre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la région est semi-aride. Les étés sont chauds et secs ; les hivers froids et humides. La région, montagneuse, reçoit en moyenne 700 mm de pluie annuellement.

Économie[modifier | modifier le code]

Hammam Guergour est connue pour sa source thermale d’eau chaude (44°c), qui la classe au troisième rang mondiale par son taux de radioactivité (122 millimicrocuries/l). Aujourd’hui une station thermale accueille les curistes toute l’année.

Notes et références[modifier | modifier le code]

La station thermale de Hammam Guergour
  1. « Wilaya de Sétif : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Achour Cheurfi , "Dictionnaire des localits algériennes", Casbah Editions, Alger 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]