Eudyptes moseleyi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gorfou de Moseley)
Aller à : navigation, rechercher

Eudyptes moseleyi est une espèce d'oiseaux de la famille des Spheniscidae, parfois considérée comme sous-espèce du Gorfou sauteur (Eudyptes chrysocome).

Une étude publiée en 2009 a montré que sa population mondiale avait diminué de 90 % depuis les années 1950 aussi est-il classé espèce en voie de disparition.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le Gorfou sauteur (Eudyptes chrysocome) a été divisé en deux espèces : Eudyptes chrysocome et Eudyptes moseleyi après une étude publiée en 2006 qui a démontré des différences morphologiques, génétiques et vocales entre les deux populations[2],[3]. Les datations moléculaires suggèrent que la divergence génétique avec la Gorfou sauteur a pu être causée par un changement dans la position du front subtropical au cours de la transition climatique du milieu du Pléistocène[4]. L'étude d'un fragment d'ADN mitochondrial, la région D-loop d'un Gorfou sauteur des îles Kerguelen a montré qu'il pouvait provenir d'un Eudyptes moseleyi de l'île de Gough, à 6 000 km et que les deux sont génétiquement distincts, bien que certains individus puissent se mêler dans les colonies de reproduction[5].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Plus de 99 % des individus de cette espèce se reproduisent sur les îles Île Inaccessible, Tristan da Cunha, Nightingale et Gough dans le sud de l'océan Atlantique[1].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Nourriture et alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit de krill et d'autres animaux comme des crustacés, et petits calmars, poulpes et poissons[1].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Il se reproduit en colonies implantées dans des lieux différents allant du bord de la mer aux pentes des falaises et parfois à l'intérieur des îles[1].

Population et menace[modifier | modifier le code]

La population actuelle est estimée entre 100 000 et 500 000 couples reproducteurs sur l'île Gough, de 18 000 à 27 000 couples sur l'île Inaccessible, et 3 200 à 4 500 sur Tristan da Cunha. Dans l'océan Indien, la population était estimée à 25 500 couples sur l'île d'Amsterdam et 9 000 couples sur l'île St Paul en 1993 et il n'y a eu aucune autre information sur les tendances démographiques depuis les années 1990. Les baisses sur les sites dans l'océan Atlantique montrent un déclin de 2,7 % par an[1]., la baisse de la population sur l'île Gough a été décrite comme équivalent à la perte de 100 oiseaux chaque jour depuis les années 1950[6].

Une étude publiée en 2009 a montré que sa population globale a diminué de 90 % depuis les années 1950, probablement en raison du changement climatique, des changements dans les écosystèmes marins et de la surpêche de calmars et de poulpes par l'homme[7]. D'autres facteurs possibles dans le déclin sont notamment les perturbations et la pollution de l'écotourisme et la pêche, la récolte des œufs, la prédation par les souris grises Mus musculus ainsi que la prédation et la concurrence des Otaries à fourrure subantarctiques (Arctocephalus tropicalis)[1].

Il est classé en voie de disparition en raison de la baisse de ses effectifs au cours des trois dernières générations (ou 30 ans)[1].

Déversement de pétrole de 2011[modifier | modifier le code]

Le , un cargo battant pavillon maltais, l’Oliva, s'est échoué sur l'île Nightingale, déversant des tonnes de brut lourd dans l'océan. L'équipage a été sauvé, mais le navire s'est cassé, laissant échapper une nappe de pétrole qui a entouré l'île, menaçant la population de gorfous[8]. Comme l'île Nightingale n'a pas d'eau douce, les pingouins ont été transportés à Tristan da Cunha pour nettoyage[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g BirdLife International (2008) Species factsheet: Eudyptes moseleyi. Retrieved 16 janvier 2009.
  2. Jouventin P., Cuthbert R.J., Ottvall R. (2006). Genetic isolation and divergence in sexual traits: evidence for the Northern Rockhopper Penguin Eudyptes moseleyi being a sibling species. Molecular Ecology 15:3413-3423.
  3. Banks J., Van Buren A., Cherel Y., Whitfield J.B. (2006). Genetic evidence for three species of Rockhopper Penguins, Eudyptes chrysocome. Polar Biology 30:61-67.
  4. de Dinechin, M., Ottvall R., Quillfeldt P. & Jouventin P. (2009). Speciation chronology of northern rockhopper penguins inferred from molecular, geological and palaeoceanographic data. Journal of Biogeography 36(4):693–702.
  5. de Dinechin M., Pincemy G., Jouventin P. (2007) A northern rockhopper penguin unveils dispersion pathways in the Southern Ocean Polar Biology. 31(1):113-115
  6. msnbc.com. Northern rockhopper penguins near extinction. Consulté le 16 janvier 2009.
  7. BirdLife International. Penguins are walking an increasingly rocky road. Consulté le 16 janvier 2009.
  8. (en) « MS Oliva runs aground on Nightingale Island », The Tristan da Cunha Website (consulté le 23 mars 2011)
  9. BBC News Oil-soaked rockhopper penguins in rehabilitation

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]