Horloge moléculaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En génétique, l'hypothèse de l'horloge moléculaire est une hypothèse selon laquelle les mutations génétiques s'accumulent dans un génome à une vitesse globalement proportionnelle au temps géologique. Elle permet ainsi théoriquement, en reliant le taux de mutation des gènes au rythme de diversification de leur espèce, d'établir une échelle d'ordonnancement, voire chronologique, d'évolution et de lien des espèces entre elles.

Histoire de cette théorie[modifier | modifier le code]

En 1962, Emile Zuckerkandl et Linus Pauling observent ce phénomène dans la partie du génome codant l'hémoglobine entre deux espèces données.
L'observation d'une telle constance du taux d'évolution le long de la phylogénie du monde vivant fut surprenante, compte tenu de la variation de plusieurs facteurs pouvant entrer en ligne de compte, tels que la variation du temps de génération ou variation de la pression de sélection.

La réconciliation de l'hypothèse de l'horloge moléculaire et de la théorie Darwinienne fut amorcée vers la fin des années 1960 par les travaux de Motoo Kimura, Allan Wilson et Vincent Sarich, et de l'élaboration de la théorie neutraliste de l'évolution.
Celle-ci postule que la vaste majorité des mutations génétiques accumulées et conservées sont neutres, c'est-à-dire qu'elles ne confèrent à l'individu subissant la mutation ni un avantage sélectif marqué ni un désavantage.

L'horloge moléculaire permit alors à de nombreux chercheurs de dater des événements de spéciations à l'aide de méthodes phylogénétiques de plus en plus développées.

Toutefois, alors que la quantité de données génétiques augmentait et que les méthodes statistiques se raffinaient, il devint de plus en plus clair que l'horloge moléculaire n'était pas valide, du moins dans certaines parties de la phylogénie des êtres vivants.

Depuis, plusieurs modèles ont été proposés afin d'assouplir l'horloge moléculaire par des modèles statistiques plus sophistiqués (maximum de vraisemblance, méthodes bayésiennes), dits d'horloge moléculaire relaxée.
Ces modèles ont pour avantage de donner des temps de divergence entre espèces plus précis, et plus en accord avec les données paléontologiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]