Frontlines: Fuel of War

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frontlines
Fuel of War
Éditeur THQ
Développeur Kaos Studio

Date de sortie Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 25 février 2008
Drapeau européen 29 février 2008
Genre Jeu de tir subjectif
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Xbox 360, Windows
Média DVD-ROM
Contrôle Manette de jeu, Clavier et souris

Évaluation PEGI: 16+

Frontlines: Fuel of War est un jeu vidéo de tir en vue à la première personne développé par Kaos Studio et édité en France par THQ.

Il est disponible sur PC et Xbox 360 depuis le 29 février 2008.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Frontlines propose une vision inquiétante de l'état du monde vers 2024, date à laquelle les réserves mondiales de pétrole sont quasiment épuisées. Tout débute par une pénurie énergétique vers 2012. Avec la raréfaction fulgurante des réserves de pétrole, la vie est devenue difficile pour les différentes sociétés. Afin d'éviter, ou du moins de retarder, leur effondrement, de mettre leur ressources en commun et de se partager les réserves énergétiques, notamment le pétrole, les principales puissances se sont regroupées dans deux grandes alliances :

  • L'Alliance de l’Étoile Rouge, qui regroupe principalement la Russie et la Chine
  • La Coalition Occidentale, qui regroupe essentiellement les États-Unis et l'Europe.

La création de ces alliances provoque une Seconde Guerre Froide, qui débouche sur la Troisième Guerre mondiale, quand l’Étoile Rouge attaque un complexe pétrolier de la Coalition au Turkménistan, avant d'envahir ce pays.

Le joueur incarne un membre de la 125e Force de Frappe de la Coalition Occidentale, surnommée Les Chiens Errants, une unité d'élite qui pour le coup, est accompagné d'un reporter de guerre, Andrew Princeton.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu propose d'incarner un soldat des "Chien Errants", une unité de l'OTAN chargé de prendre part au combat contre l'alliance de l'Étoile Rouge pour le contrôle des dernières ressources pétrolières au Moyen-Orient.

Pour y parvenir, le jeu met à disposition du joueur un arsenal très complet : pistolet, fusil d'assaut, à pompe, de sniper, mitrailleuse lourde ou encore lance-missiles. L'originalité de cet arsenal est l'utilisation de drones de combat.

Ces drones sont aussi simples d'utilisation que mortels. Ils se déclinent en 3 catégories : reconnaissance, kamikaze et assaut. Les drones de reconnaissances permettent d'espionner ennemis et objectifs (drone hélicoptère), les drones kamikazes sont prévus pour détruire objectifs, véhicules, voire poches de résistance grâce à leur charge explosive embarquée. Les drones d'assaut sont conçus pour attaquer des positions ennemis grâce à leur mortier et autres miniguns.

Cependant le joueur n'a pas accès à l’entièreté de l'arsenal et doit se spécialiser. Il existe plusieurs catégories :

L'utilisation des divers types de drones demande un autre type de spécialisation dont chacune compte 3 grades :

  • Soutien au sol : un technicien IEM peut perturber l'utilisation des drones et des véhicules ennemis (ou alliés).
  • Technicien drone : la grade 1 donne accès à un hélico kamikaze. Le grade 2 permet d'utiliser soit un robot à chenilles équipé d'un minigun dévastateur (OTAN), soit une espèce de voiture radiocommandée prévue pour se glisser sous les véhicules ennemis et les faire sauter. Et enfin le grade 3 donne au joueur de l'OTAN la possibilité d'utiliser le même robot à chenilles (cette fois équipés de 4 petits mortiers) et au joueur de l'Alliance de l'Étoile Rouge un petit hélico armé de 6 petits lances-roquettes.
  • Soutien aérien : la grade 1 permet de déclencher une frappe aérienne, le grade 2 tout un tapis de bombes et le grade 3 met à disposition du joueur de l'OTAN un hélicoptère de combat (TRÈS bien armé). Le joueur Russo-chinois peut lui compter sur une bombe aérosol, le plus gros engin explosif non-nucléaire jamais conçu.

L'utilisation des drones pendant la campagne solo ne subit aucune restriction, donc aucun(s) choix de grade(s).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]