Franz Roh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Franz Roh (18901965), est un historien, photographe, et critique d'art allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roh est né à Apolda (Thuringe), Allemagne. Il suit des études aux universités de Leipzig, Berlin, et Basel. En 1920, il obtient une thèse à Munich pour ses travaux sur les peintures néerlandaises du XVIIe siècle.

Dès 1923 et jusqu'à la fin de sa vie, il réalise des collages, à partir, notamment d'images de gravures sur bois, d'illustrations et de reproductions photographiques. Ces œuvres sont finement produites et riches d'ambiguïtés sémantiques. En cela, elles rapprochent Franz Roh de Max Ernst, réalisateur lui-aussi de nombreux collages et avec lequel Franz Roh aura une correspondance soutenue. On y décèle ainsi une combinatoire surréelle, toujours ou presque soumise à l'inhabituel, au surprenant et même au monstrueux, qui peut se cacher dans un univers banal[1].

Dans son livre, paru à Leipzig en 1925, Nach-Expressionismus: Magischer Realismus: Probleme der neuesten europäischen Malerei ("Postexpressionnisme Réalisme magique : problèmes de la peinture européenne la plus récente)[2], il propose en sous-titre l'appellation de réalisme magique (déjà apparue sous la plume de Novalis), pour décrire quatre parmi sept nouvelles tendances esthétiques nouvelles, visibles dans la grande exposition de Manheim de 1925. La critique d'art adoptera l'appellation de nouvelle objectivité pour décrire ce "retour au calme" de la peinture, mais la publication d'une traduction espagnole du livre de Roh sous le titre Realismo mágico par José Ortega y Gasset, aura pour conséquence inattendue de voir l'appellation reprise par la critique littéraire latino-américaine après 1950 pour décrire une tendance majeure de la littérature du "Boum".

Pendant le régime nazi, Franz Roh est mis à l'isolement et emprisonné plusieurs mois au camp de concentration de Dachau, temps qu'il mettra à profit pour écrire le livre Das Verkannte Künstler: Geschichte und Theorie des kulturellen Mißverstehens (Le génie méconnu : histoire et théorie de la culture incomprise). Après la guerre, en 1946, il se marie avec l'historienne de l'art Juliane Bartsch.

Franz Roh meurt à Munich en 1965.

Collections, expositions[modifier | modifier le code]

Franz Roh, Collagen, Olaf Gulbransson Museum, Tegernsee, du 5 décembre 1999 au 13 février 2000

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Postexpressionnisme – Réalisme magique – Problèmes de la peinture européenne la plus récente, [« Nach-expressionismus. Magischer Realismus: Probleme der neuesten europäischen Malerei »], traduction, notes et présentation de Jean Reubrez, publié avec la coll. de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d'Histoire de Sciences Po, Dijon, France, Les Presses du réel, 2013, 240 p. (ISBN 978-2-84066-548-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Franz Roh, Collagen, catalogue d'exposition,
  • Joachim Kaak : Zwichen Histoire Universelle und Metamorphosen-Historie, Bayerische Staatsgemäldensammlungen, 1999
  1. 1
  2. Ce livre, désormais traduit en français, est résumé dans le chapitre « La théorie esthétique du Magischer Realismus de Franz Roh (1925) » in Charles W. Scheel, Réalisme magique et réalisme merveilleux. Des théories aux poétiques. Préface de Daniel-Henri Pageaux, Collection Critiques littéraires, L’Harmattan, 2005, p.37-42.

Liens externes[modifier | modifier le code]

{Tate Modern, Totalpanik II, collage}