Francesco Manfredini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manfredini.

Francesco Manfredini

Naissance
Pistoia, Drapeau de l'Italie Italie
Décès (à 78 ans)
Pistoia, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Compositeur
Style baroque
Activités annexes Violoniste
Lieux d'activité Italie, Monaco
Maîtres Giuseppe Torelli,
Bartolomeo Girolamo Laurenti,
Giacomo Antonio Perti
Descendants Giuseppe Manfredini,
Vincenzo Manfredini

Œuvres principales

Concerto de Noël op. 3 n° 12
Six sonates pour 2 violons et violoncelle

Francesco Onofrio Manfredini (cité aussi sous Francesco Maria Manfredini) (baptisé le à Pistoia - † le ) était un violoniste et compositeur italien de musique baroque du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Manfredini est issu d'une famille de musiciens, et son père était tromboniste à la cathédrale de Pistoia dès 1684. Francesco reçut son premier enseignement de chant et de musique probablement du maître de chapelle de sa ville natale, Sebastiano Cherici. Très jeune il part pour Bologne afin de rejoindre la cathédrale de San Petronio en tant qu'enfant de chœur et élève de l'école de musique. C’est là qu'il étudie le violon avec Giuseppe Torelli (*1658 - † 1709), et la composition et le contrepoint (disciplines qui à l'époque se recoupaient) avec Bartolomeo Girolamo Laurenti (*1644 – † 1726) et Giacomo Antonio Perti (*1661 - † 1756). Mais en 1696 intervient la dissolution de l’orchestre (cappella musicale) de San Petronio. Peu avant 1700 Francesco Manfredini se rend donc à Ferrare où il deviendra premier violon de l'Eglise dello Santo Spirito. En 1703 l'orchestre de San Petronio de Bologne est reconstitué et Manfredini le réintègre. En même temps, il est admis en 1704 en tant que violoniste (suonatore) dans la prestigieuse Académie des Philharmoniques de Bologne (Accademia Filarmonica), dont il deviendra membre titulaire. Sa première publication, les 12 concertini opus 1, date de cette même année[1].

Lors d'un séjour à Venise en 1711 le Prince Antoine Ier Grimaldi l'engage comme maître de chapelle à Monaco. Dans le cadre de ses nombreuses attributions Manfredini y produit diverses compositions musicales, dont la plus marquante est la série de 12 concertos opus 3, datée de 1718 et dédiée au Prince Antoine. Manfredini reste en contact avec Bologne puisque c'est là qu'est publié ledit opus 3, et qu'en 1719 et 1720 ses deux premiers oratorios y sont joués (San Filippo Neri trionfante et Tomaso Moro).

Manfredini regagne sa ville natale Pistoia en 1727 (?), au poste de maestro da cappella (maître de chapelle) de la cathédrale San Filippo. Il cesse apparemment de voyager et décède dans sa ville natale.

Le langage musical de Manfredini est considéré comme très bolognais et est proche de l'expression de ses maîtres, Torelli, B.G. Laurenti, Perti, et d'autres membres de l’école liée à San Petronio. Toutefois, les œuvres de Manfredini auraient moins de force et de personnalité en comparaison aux œuvres de Torelli. La principale œuvre de Manfredini est son concerto pour Noël de l’opus 3, et son œuvre instrumentale la plus intéressante est la collection de six sonates (publiées à Londres en 1764).

Francesco et son épouse Rosa degli Antonii eurent onze enfants. Parmi eux le compositeur et castrat Giuseppe Manfredini et le compositeur et théoricien de la musique Vincenzo Manfredini (*1737 - † 1799).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nous ne connaissons qu'une quantité limitée des œuvres de Francesco Manfredini, dont celles qui furent imprimées et de rares manuscrits.

Musique instrumentale[modifier | modifier le code]

  • 12 Concertini per camera a violino e violoncello o tiorba, op. 1, Bologne, Marino Silvani, 1704 (RISM M 338).
  • Sonate en trio, in : Corona di dodici fiori armonici, Bologne, Peri, 1706.
    (Sonate publiée dans un livret intitulé : Corona di dodici fiori armonici tessuta da altretanti ingegni sonori a tre strumenti, collection de 12 sonates composées par autant de compositeurs, soit : G.A. Alberti, G. Alberti, P. Bertinozzi, F. Farnè, G.N. Laurenti, P.P. Laurenti, F. Manfredini, C.A. Mazzolini, G. Prandi, P.G., Sandoni, G. Torelli et T. Vitali.)
  • 12 Sinfonie da Chiesa a due violini col B. per l’organo e una viola a beneplacito, con una Pastorale per il SS.Natale, op. 2, Bologne, Marino Silvani, 1709 (RISM M 339).
  • 12 Concerti a due violini e basso continuo obbligato, e due altri violini, viola e B. di rinforzo ad arbitrio, con una Pastorale per il SS. Natale, op. 3, Bologna, 1718.
    (Parmi ces concertos figure le célèbre n° 12 pour deux violons et cordes, Concerto de Noël.)
  • Six Sonatas for two violins and violoncello with a through Basso for the harpsichord, (Londres, posthum. 1764).
  • Concerto a 4 con oboe e violini, manuscript, (A-Wn).
  • Concerto con una o due trombe, manuscript, 1711, (I-Bsp).
  • Concerto per violino solo, 2 violini, viola, violoncello, clavicembalo, manuscript, (GB-Mp).

Oratorios (tous perdus) et autres œuvres vocales[modifier | modifier le code]

Les indications de date et de lieu se réfèrent à des représentations avérées de l’œuvre.

  • San Filippo Neri trionfante nelle grotte di San Sebastiano di Roma, livret : Giambattista Neri, (Bologna, 1719, et Pistoia, 1725).
  • Tomaso Moro, G. B. Neri, (Bologna, vers 1720, et Pistoia, 1727).
  • La profezia d'Eliseo nell'assedio di Samaria, G. B. Neri, (Pistoia, 1725).
  • Salomone, assicurato nel soglio, livret : D. Canavese, (Pistoia, 1725).
  • La cantate d'église (cantata sacra) Il doppio sacrifizio del Calvario, (Pistoia, 1725).
  • Discacciamento d'Adamo e d'Eva dal Paradiso terrestre, (Pistoia, 1726).
  • Il sacrifizio di Gefte, G. B. Neri, (Pistoia, 1728).
  • Il core umano combattuto da due amori, divino e profano, G. B. Neri (Pistoia, 1729).
  • Golia ucciso da Davidde, (Pistoia, 1734).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) G. Rospigliosi, Notizie dei maestri e artisti di musica pistoiesi, Pistoia, 1878.
  • (it) Umberto Pineschi, Precisazioni biografiche su Francesco Manfredini, in : Bolletino storico pistoiese, 3ème ser., iii (1968), 135–6.
  • Georges Favre, Un prince mélomane au XVIIIe siècle: la vie musicale à la cour d'Antoine Ier, Prince de Monaco (1661–1731), in : Revue de Musicologie, LVII (1971), pp. 134–49.
  • (en) Jean Grundy Fanelli, The Manfredini Family of Musicians of Pistoia, 1684-1803, in : Studi musicali, 26 (1997), pp. 187–232.
  • (en) Jean Grundy Fanelli, A Chronology of Operas, Oratorios, Operettas, Cantatas and Miscellaneous Stage Works with Music performed in Pistoia 1606–1943, Bologne, 1998.
  • (it) L. Fagni, Vicende della vita pistoiese di Francesco Manfredini, 1724–1762, diss., Università di Firenze, Florence, 1967.
  • (en) Anne Schnoebelen, The Concerted Mass at San Petronio in Bologna, ca. 1660–1730: a Documentary and Analytical Study, diss., University of Illinois, 1967.
  • (en) Gregory Richard Barnett, Bolognese instrumental music, 1660-1710: spiritual comfort, courtly delight and commercial triumph, Ashgate Publishing, Aldershot, 2008.
  • (de) F. Gierling, Francesco Manfredini, in : Die Musik in Geschichte und Gegenwart, vol. VIII, Friedrich Blume, Ludwig Finscher ed., Kassel, 1960, coll. 1579-80.
  • (en) Michael Talbot, Francesco Manfredini, in : The New Grove Dictionary of Music and Musicians, vol. XI, Macmillan, Londres, 1980, p. 615.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Barnett