François Lefebvre de Caumartin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefebvre et Caumartin.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Fèvre de Caumartin.
François Lefebvre de Caumartin
Image illustrative de l'article François Lefebvre de Caumartin
Monseigneur François Lefebvre de Caumartin
Biographie
Naissance 16 décembre 1668
Décès 30 août 1733
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction Évêque de Blois
Évêque de Blois
1719 – 1733
Précédent David-Nicolas de Berthier Charles-Henri Phelypeaux Suivant
Évêque de Vannes
1718 – 1719
Précédent François d'Argouges Antoine II Fagon Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Vicaire général de l'archevêque de Tours
Fonction laïque
Garde des livres du cabinet du roi
Membre de l'Académie française
Membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason Jean-François-Paul Lefebvre de Caumartin.svg

François Lefebvre de Caumartin ou Jean-François-Paul Lefèvre de Caumartin (né le 16 décembre 1668 à Châlons-en-Champagne - décédé le 30 août 1733 (à 64 ans) à Blois) est un évêque catholique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis-François Le Fèvre de Caumartin, intendant de Champagne de 1667 à 1673, et frère de Louis Urbain Lefebvre de Caumartin et filleul du cardinal de Retz, il reçoit de ce dernier la charge de l'abbaye Notre-Dame de Buzay dans la paroisse de Rouans, à l'âge de sept ans, et préside un an plus tard les États de Bretagne. Il est élevé à Paris où il devient garde des livres du cabinet du roi et où il est élu membre de l'Académie française en 1694 et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1701. Il est vicaire général de l'archevêque de Tours, puis évêque de Vannes en 1718 et évêque de Blois de 1719 à sa mort.

Érudit de tendance janséniste et passionné de livres, bien que n'ayant lui-même rien produit, il laissa derrière lui une bibliothèque contenant près de 10 000 manuscrits et ouvrages imprimés. Il donna ses discours remarqués et parfois grinçants à l'image du discours de réception de François de Clermont-Tonnerre, évêque de Noyon, à l'académie, où après l'avoir tourné en ridicule pour plaire au roi, il tomba en disgrâce.

Selon le duc de Saint-Simon (Mémoires, 1, XIII), l'évêque de Blois « avait beaucoup d'esprit et de savoir. Il était jeune et frère de différent lit de Caumartin, intendant des finances, fort à la mode en ce temps-là, et qui les faisait presque toutes sous Pontchartrain, contrôleur général, son parent proche et son ami intime. »

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Nom de l'évêque et blasonnement
Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason Jean-François-Paul Lefebvre de Caumartin.svg
Les armes de Jean François Paul Lefèvre de Caumartin se blasonnent ainsi :

de gueules à la croix d'argent cantonnée de quatre croissants de même

Lien externe[modifier | modifier le code]