François de Clermont-Tonnerre (évêque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clermont-Tonnerre.
François de Clermont-Tonnerre
Image illustrative de l'article François de Clermont-Tonnerre (évêque)
François de Clermont-Tonnerre
Biographie
Naissance 1629
Décès 15 février 1701
Évêque de l’Église catholique
évêque de Noyon
Depuis le 1660
Autres fonctions
Fonction laïque
Membre de l'Académie française (1694)
Pair de France et conseiller d'État

Blason

François de Clermont-Tonnerre, comte de Noyon, né en 1629 et mort le 15 février 1701, est un évêque français, pair de France et conseiller d'État.

Fils cadet du comte François de Clermont-Tonnerre (1601-1679) et de Marie Vignier de Saint-Liebaut, il est reçu docteur en Sorbonne après des études chez les jésuites. Il est nommé évêque de Noyon en 1660. Il est élu membre de l'Académie française en 1694 et préside l'assemblée du clergé en 1695.

Il est l'auteur de plusieurs publications religieuses, dont une Règle de saint Benoît parue en 1687. Au moment de sa mort, il travaillait sur un Commentaire mystique et moral sur l'Ancien Testament.

« Ce prélat, écrit un historien de l'Académie, est presque uniquement connu par la haute idée qu'on l'accuse d'avoir eue de sa noblesse (dont personne ne contestait l'éclat) et de son mérite, qu'il croyait, dit-on, égal à sa noblesse[1]. » Et il note que D'Alembert a rapporté de lui quelques beaux gestes et traits d'esprit, dont celui-ci : « C'est lui qui fit cette jolie réponse à Louis XIV, qui lui représentait un soir que son grand âge le dispensait d'assister à son coucher : « Sire, le cœur ne vieillit point. »[2] »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tyrtée Tastet, Histoire des quarante fauteuils de l'Académie française depuis la fondation jusqu'à nos jours, 1635-1855, volume IV, p. 279, 1855.
  2. Cité par Tyrtée Tastet, Op. cit. p. 280.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]