Femme ou Maîtresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Femme ou Maîtresse

Titre original Daisy Kenyon
Réalisation Otto Preminger
Scénario David Hertz
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1947
Durée 99 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Femme ou Maîtresse (Daisy Kenyon) est un film américain réalisé par Otto Preminger, sorti en 1947.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Daisy Kenyon, illustratrice de mode, est la maîtresse de Dan O'Mara, célèbre avocat, marié et père de deux enfants. N'ayant plus aucun espoir de l'épouser, Daisy considère leur amour comme révolu. Dan refuse de l'admettre. Elle rencontre, alors, Peter, un soldat dont la femme est morte cinq ans auparavant dans un accident. Lorsque ce dernier lui propose le mariage, Daisy accepte et perçoit, à travers cette décision, l'opportunité d'abréger sa relation avec Dan. Mais, l'avocat ne l'entend guère de cette oreille…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lourcelles définit cette comédie de mœurs, aussi sombre qu'austère, « comme une épure de type racinien » car l'action « n'obéit qu'au seul jeu des passions. »[1] « La passion chez ces êtres ultra-civilisés est loin d'être simple, car, constamment, mêlée de calcul, de froideur et d'hésitation », ajoute-t-il.
  • Le film nous apprend aussi à nous méfier des apparences : l'instabilité affichée du doux Peter (Henry Fonda) dissimule, en vérité, force et sérénité. A contrario, « la fausse assurance de l'avocat Dan (Dana Andrews) le rend parfois vacillant comme un enfant. »[2] Quant à Daisy Kenyon (Joan Crawford), brûlant de passion et pathétique, elle « s'épuise à tâtonner entre deux partenaires. »[2]
  • Au-delà, donc, d'une « classique rivalité amoureuse, Daisy Kenyon est une méditation à la fois douloureuse et apaisée, effaçant les partis pris théoriques et les symboliques morales. »[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire du cinéma, Les films, Bouquins, Robert Laffont, 1992.
  2. a et b J. Lourcelles : op. cité.
  3. Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier, 50 ans de cinéma américain, Fernand Nathan, 1995.

Lien externe[modifier | modifier le code]