Mae Marsh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsh.

Mae Marsh

Description de cette image, également commentée ci-après

Mae Marsh en 1916

Naissance
Madrid, Nouveau-Mexique
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 73 ans)
Hermosa Beach, États-Unis
Profession Actrice

Mae Marsh est une actrice américaine née le à Madrid, au Nouveau-Mexique[1] et morte le à Hermosa Beach, en Californie (États-Unis). Avec Lillian Gish, Blanche Sweet et Mary Pickford elle fait partie des premières vedettes féminines du cinémat muet, en plein essor dans les années 1910.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1894[1], ou 1895[2], Mae Marsh, de son vrai nom Mary Warne Marsh, est une actrice américaine dont la carrière couvre cinquante années d'histoire du cinéma. Elle débute sous la direction de David Wark Griffith et Mack Sennet, à la biograph company, dans les années dix, à la suite de sa sœur Marguerite, déjà actrice[3],[4],[5].

Elle n'a pas d'expérience théâtrale préalable, contrairement à la plupart des autres comédiennes, comme les sœurs Gish et Mary Pickford. Après avoir fait de la figuration ou joué de petits rôles (elle débute à 15 ans dans Ramona) sous la direction de Griffith, celui-ci lui donne enfin sa chance en 1912 dans Man's Genesis et dans The Sand of dee. Elle s'y révèle excellente au point que Mary Pickford la trouve meilleure qu'elle n'aurait pu l'être et encourage Griffith à engager des amateurs[6]. Elle participe ainsi à la prise de conscience que le jeu pour la caméra ne nécessite pas forcément la même formation, et la même pratique, que celui pour la scène[7]. Elle obtient, grâce à son naturel et sa sensibilité, des rôles de plus en plus importants. Lillian Gish dira de Mae Marsh qu'elle jouait à cette époque tous les rôles qu'elle aurait souhaité elle-même avoir et qu'elle le faisait mieux qu'elle n'aurait pu le faire[3].

En 1914, elle s'impose dans plusieurs premiers longs métrages de Griffith, comme Judith of Bethulia, The Avenging Conscience et Brute Force. Elle est aussi au cœur de la distribution des deux premières superproductions du cinéma américains, Naissance d'une nation et surtout Intolérance (1916). Elle y joue, dans la partie contemporaine, la jeune mère injustement accusée de meurtre[3],[4].

Elle quitte ensuite l'équipe de Griffith pour rejoindre la Goldwyn Company[3] mais sans y rencontrer beaucoup de succès[4],[8]. En 1923, elle est à nouveau engagée par Griffith, dans La Rose blanche (The White Rose), où elle livre une interprétation pleine de passion[4].

Sa carrière déclinera ensuite mais, contrairement à beaucoup d'acteurs du muet, elle continuera à tourner, jouant notamment plusieurs seconds rôles et caméos dans des films de John Ford. Elle meurt en 1968, aux États-Unis[4],[9].

Elle est la sœur de l'actrice Marguerite Marsh (1888-1925) et du directeur de la photographie Oliver T. Marsh (1893-1941).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Années 1910[modifier | modifier le code]

Polly of the Circus (1917)
Mae Marsh : publicité pour The Glorious Adventure


Années 1920[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) U.S. Census records for 1900, El Paso, Texas, Sheet No. 6
  2. David W. Menefee, The First Female Stars : Women of the Silent Era, Connecticut, Praeger, 2004, p. 113
  3. a, b, c et d Lillian Gish et Ann Pinchot, Le cinéma, mister Griffith et moi. éd Robert Laffont, Paris, 1987, p. 103-104 (éd. originale (en) The movies, Mr Griffith and me, 1969)
  4. a, b, c, d et e Dictionnaire du cinéma, éd. Larousse-Bordas, Paris, 1998, p. 496
  5. David W. Menefee, The First Female Stars : Women of the Silent Era, Connecticut, Praeger, 2004, p. 114
  6. David W. Menefee, The First Female Stars : Women of the Silent Era, Connecticut, Praeger, 2004, p. 115-116
  7. David W. Menefee, The First Female Stars : Women of the Silent Era, Connecticut, Praeger, 2004, p. 114-115 et 124
  8. David W. Menefee, The First Female Stars : Women of the Silent Era, Connecticut, Praeger, 2004, p. 119
  9. David W. Menefee, The First Female Stars : Women of the Silent Era, Connecticut, Praeger, 2004, p. 123-124
  10. (en) Arthur M. Eckstein, Peter Lehman, The searchers : essays and reflections on John Ford's classic western, éd. Wayne State University Press, 2004, p. 344 Extrait en ligne

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :