Felix Hausdorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Felix Hausdorff dans les années 1910 ou 1920.

Felix Hausdorff (8 novembre 1868 - 26 janvier 1942) est un mathématicien allemand, considéré comme l'un des fondateurs de la topologie moderne. Il contribua aussi significativement à la théorie des ensembles, à la théorie de la mesure et à l'analyse fonctionnelle.

Il est l'auteur sous le nom de Paul Mongré de travaux philosophiques et littéraires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hausdorff naquit dans une famille juive assez aisée pour qu'il n'ait jamais de souci d'argent. Son père, Louis, (1843 - 1896), était un homme d'affaires, mais il a également laissé plusieurs traités, dont un sur les traductions en araméen de la Bible vues sous l'angle du droit talmudique.

Le jeune Hausdorff parut longtemps vouloir choisir une carrière artistique. Ce n'est que sur l'insistance de son père qu'il abandonna la musique, mais il aura toujours des artistes dans son cercle d'amis : Richard Dehmel, Hermann Conradi, Otto Erich Hartleben, Gustav Kirstein, Max Klinger, Max Reger et Frank Wedekind. Il était un grand connaisseur de la musique de Richard Wagner. D'ailleurs lui-même n'abandonna jamais complètement la littérature. Sa pièce Der Arzt seiner Ehre, satire du sens de l'honneur et de la manie du duel des officiers prussiens, eut beaucoup de succès. Il fit paraître un recueil de poèmes et de très nombreux essais philosophiques, empruntant par exemple à Nietzsche, dont il restait très critique, un point de vue sans dogme et sans système.

En 1899, Hausdorff épousa Charlotte Goldschmidt, la fille d'un médecin.

Hausdorff étudia les mathématiques à Leipzig, où ses maîtres furent Heinrich Bruns (de) et Adolph Mayer, puis y enseigna jusqu'en 1910, date à laquelle il devint professeur de mathématiques à l'université de Bonn. De 1913 à 1921, il enseigna à l'université de Greifswald, puis il revint à Bonn.

Quand le parti nazi arriva au pouvoir, Hausdorff pensa que le professeur d'université qu'il était ne serait serait pas inquiété. Cependant ses travaux de mathématiques furent dénoncés comme « juifs », inutiles et « non allemands », et il perdit son poste en 1935.

En 1942, Hausdorff, sa femme et sa belle-sœur allaient être internés à Bonn-Endenich (monastère dont les nazis avaient chassé les religieuses et qu'ils avaient transformé en camp de transit). Il écrivit à un ami :

« Cher ami Wollstein,

Quand vous recevrez ces lignes, nous trois aurons résolu le problème d'une autre façon — de la façon dont vous avez sans cesse essayé de nous dissuader. […] Ce qui est arrivé aux Juifs ces derniers mois suscite avec raison l'angoisse qu'on ne nous laissera plus vivre rien de vivable. [...] Pardonnez-nous […] notre désertion. Nous vous souhaitons, à vous et à tous nos amis, des temps meilleurs. »

Le soir du 25 janvier, ils se suicidèrent tous trois aux barbituriques. Le dernier souhait de Hausdorff ne se réalisa pas : Wollstein mourut à Auschwitz. Par contre sa fille Lenore (Nora) (1900 - 1991) survécut à la Shoah et mourut à Bonn.

Contributions aux mathématiques[modifier | modifier le code]

Hausdorff a contribué aux sujets suivants, dont plusieurs portent son nom :

Hausdorff donna en 1908 la première généralisation de l'hypothèse du continu de Cantor : son « hypothèse Aleph », équivalente à ce qu'on appelle aujourd'hui l'hypothèse généralisée du continu.

En 1909, étudiant les ensembles de suites de nombres réels munis d'un ordre partiel, il énonça ce qu'on appelle aujourd'hui le principe de maximalité de Hausdorff ; il fut le premier à appliquer en algèbre un principe de maximalité.

En 1914, dans son classique Éléments de la théorie des ensembles, il donna une définition abstraite des ensembles partiellement ordonnés. À l'aide de l'axiome du choix, il montra que tout ensemble muni d'un ordre partiel a un sous-ensemble maximal muni d'un ordre total. Le même ouvrage comporte une axiomatisation du concept topologique de voisinage ; c'est également là que sont présentés les espaces topologiques appelés maintenant espaces séparés (espaces de Hausdorff en anglais).

Toujours en 1914 et de nouveau sur la base de l'axiome du choix, il donna une décomposition « paradoxale » de la sphère à deux dimensions comme l'union disjointe des ensembles A, B, C et Q, où Q est dénombrable et où les ensembles A, B, C, et B \cup C sont congruents. C'est la source de la décomposition de la boule de l'espace à trois dimensions du paradoxe de Banach-Tarski.

C'est Hausdorff qui a introduit les concepts de distance de Hausdorff et de dimension de Hausdorff qui ont montré leur utilité dans la théorie des fractales.

Œuvres complètes[modifier | modifier le code]

L'édition des œuvres complètes est en cours. La bibliothèque de l'université de Bonn a reçu le legs d'environ 26 000 pages manuscrites de Hausdorff. L'équipe d'édition comprend 16 mathématiciens ou logiciens, 5 historiens des mathématiques et de l'astronomie et 3 philosophes et germanistes ; son coordonnateur scientifique est W. Purkert[2]. Fin 2011, six des neuf volumes prévus (comprenant l’œuvre philosophique et littéraire) sont parus chez Springer :

L'ouvrage le plus important est Éléments de la théorie des ensembles (1914)[3] ; il est dédié à Cantor[4]. 3-642

Hommages posthumes[modifier | modifier le code]

  • À Bonn, où il a enseigné, une rue porte son nom, de même qu'un centre de recherches rattaché à l'Université, le Hausdorff Center for Mathematics[5].
  • À Greifswald, également lieu de son enseignement, une plaque, 5 rue Goethe, rappelle sa mémoire, de même qu'une rue et un Centre international.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « Felix Hausdorff » (voir la liste des auteurs) et en allemand « Felix Hausdorff » (voir la liste des auteurs)

  1. Stefan Banach, « Sur le problème de la mesure », Fundam. Math., vol. 4,‎ 1923, p. 7-33 (lire en ligne) ;
    Id., « Sur la décomposition des ensembles de points en parties respectivement congruentes », Fundam. Math., vol. 6,‎ 1924, p. 244–277 (lire en ligne), Theorem 16
  2. Site officiel
  3. (en) W. Purkert, Felix Hausdorff - Paul Mongré(en), (de)
  4. (en) J. M. Plotkin, « Preface » à Hausdorff on ordered sets, n. 11, p. XII En ligne
  5. Site officiel

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « Felix Hausdorff », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).