Felix, qui potuit rerum cognoscere causas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Felix qui potuit rerum cognoscere causas est un vers (no 490) du deuxième livre des Géorgiques, écrit au Ier siècle av. J.-C. par le poète latin Virgile. Il signifie : « Heureux qui a pu pénétrer la raison des choses ». Virgile pensait probablement au philosophe épicurien Lucrèce[réf. nécessaire].

Usages[modifier | modifier le code]

La phrase est souvent, à tort, écrite au présent, ce qui donne : « Felix qui potest rerum cognoscere causas », soit : « Heureux qui peut pénétrer la raison des choses ».

La seconde moitié de la phrase, « rerum cognoscere causas », est la devise de la London School of Economics, de l'Université de Sheffield, de l'Humberside Collegiate Institute, du quotidien allemand Der Tagesspiegel et du scientifique français Georges Cuvier. C'était également la devise de L'Observateur français à Londres, on la retrouve ensuite dans L'Observateur à Amsterdam[1].

En BD, la phrase complète est citée par Triple-Patte, le vieux pirate unijambiste, dans l'album Astérix en Corse (page 22), et par Barbe-Rouge dans l'album La Galère d'Obélix (page 41).

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]