Emploi au Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'emploi au Japon est marqué par un faible taux de chômage et l'augmentation ces dernières années de l'emploi précaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Emploi régulier : permanent/à vie[modifier | modifier le code]

Au Japon, l’article 8 de la loi sur le travail à temps partiel définit l'emploi à plein temps pour une durée indéterminée comme un emploi permanent, dont le contenu et le localisation peuvent changer « durant toute la durée et jusqu’à la fin du contrat de travail »[1]. Ainsi, cet emploi permanent implique une absence de limite en matière de tâches, de nombre d’heures ou de lieu de travail, et les employés deviennent en quelque sorte membres de la « communauté » que constitue leur entreprise[1]. Cependant les employés permanents japonais ont peu de risque d'être licenciés : si leur poste n’a plus de raison d’être, ils sont censés être affectés à un autre dans la même entreprise, c'est pourquoi l'on parle au Japon d'emploi à vie (終身雇用, shūshinkoyō?)[1].

En conséquence, au lieu de rechercher des travailleurs ayant des qualifications précises, les entreprises japonaises préfèrent recruter une fois par an de nombreux jeunes sortant de l'université, selon leur enthousiasme et leurs aptitudes générales via un recrutement groupé de nouveaux diplômés[1]. De plus, ces salariés voient leur salaire augmenter avec l'âge : un principe appelé nenkō jōretsu (年功序列?) que l'on peut traduire par « principe de séniorité », soit un avancement à l'âge.

Faible taux de chômage[modifier | modifier le code]

Le marché du travail au Japon se caractérise par un faible taux de chômage[2]. Proche des 1 % dans les années 1960, le taux de chômage augmente progressivement dans les années 1970 pour atteindre un pic en 1986 et 1987 de 2,8 %[3]. Reparti à la hausse dans les années 1990, il atteint un plus haut historique à 5,4 % en 2002[3]. Passé sous le seuil des 4 % (pour la première fois depuis mars 1998) entre avril et août 2007, il remonte au mois de septembre à 4 %. Suite à la crise économique de 2008-2010, le taux de chômage a de nouveau dépassé la barre des 5 %, atteignant un taux historique de 5,7 % en juillet 2009[4]. En mai 2010, il était à 5,2 %, soit 3,7 millions de personnes[4]. En mai 2014, le chômage atteint son plus bas niveau depuis 16 ans, avec un taux de 3,5 %[5].

Cette situation de quasi plein emploi – le taux de chômage structurel est estimé à 3,7 % – a été réalisable grâce simultanément au retour de la croissance après le ralentissement économique des années 1990, à la mise en place d’une politique de flexibilité de la législation du travail envers laquelle les entreprises se sont montrées enthousiastes, et à l'augmentation des emplois précaires.

Article connexe : NEET.

Augmentation de l’emploi « non-régulier »[modifier | modifier le code]

À partir des années 1990, les entreprises ont réduit le recrutement d'employés à vie, et le marché du travail a été marqué par la progression régulière de l’emploi dit « non-régulier », qui englobe CDD, intérim, arubaito (freeter) et travailleurs à temps partiel, et qui s’oppose à l’emploi dit « régulier », qui comprend tous les contrats déterminés à temps plein[1]. En effet, l’emploi « irrégulier » représentait au deuxième semestre 2007 près d’un tiers (33,2 %) de la population active du Japon contre 17,6 % en 1987. Notons qu’une loi incitant les entreprises à ne pas discriminer les employés à temps partiel par rapport aux salariés à temps plein a été mise en place au début du mois d’avril 2008. De plus, un amendement de la loi sur les contrats de travail a été opéré en août 2012, afin qu'un contrat à durée déterminée renouvelé sur une période de cinq ans puisse aboutir à un contrat à durée indéterminée, sans que cela soit toutefois un emploi permanent[1].

Le salaire minimum est défini par les préfectures : en 2009, il y avait quarante-sept salaires minimums différents, d'une valeur moyenne de 713 yens de l'heure (environ 5,50 euros)[6].

Vieillissement de la population et diminution de la main d’œuvre[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, le vieillissement de la population, de par son effet sur la population active (-3,1 % en un peu plus de dix ans), oblige le gouvernement japonais à compléter sa politique de création d’emploi par des mesures incitant davantage une frange de la population en retrait du marché du travail, à savoir les jeunes, les seniors et les femmes, à (re)trouver une activité professionnelle et participer ainsi à la vie économique du pays.

En 2009, les directeurs généraux des entreprises japonaises avaient en moyenne 59 ans, contre 52 en 1980, selon une étude de Teikoku Databank[7]. Ces directeurs sont des hommes dans 94 % des cas[7].

Recherche d'emploi[modifier | modifier le code]

Pour les Japonais[modifier | modifier le code]

La forme du CV japonais est différente de celle du CV français ou anglo-saxon. Le CV japonais type est un formulaire de quatre pages que l'on se procure dans le commerce (papeterie) ou sur Internet et que l'on remplit à la main. Les rubriques à compléter sont : état civil, adresse, études suivies et formation, expériences professionnelles, passions, motivation du candidat. Les formulaires varient dans leur forme et dans certains cas il peut être fait mention de la profession des parents, du nombre de frères et sœurs et de son état de santé. Dans tous les cas, il est nécessaire de coller sa photo.

Toutefois, depuis peu, de nombreux candidats japonais présentent leur CV sous format informatique, de forme identique à celui manuscrit ou avec une mise en page se calquant sur le modèle utilisé en Occident (dans le cas de ce format, une photo scannée est acceptée).

Pour les étrangers[modifier | modifier le code]

Le Japon pratique une politique d'immigration très restrictive et n'accepte sur son sol que les étrangers les plus diplômés. Parler japonais est devenu une condition essentielle pour travailler au Japon mais ce n'est pas suffisant pour trouver un emploi. Il faut aussi pouvoir justifier d'une spécialisation supplémentaire[8]. Dans certains cas, cette expertise est même aussi importante que la maîtrise de la langue. Les formations les plus recherchées sont celles d'écoles de commerce ou d'écoles d’ingénieur. La maîtrise de l'anglais est évidemment indispensable.

En cas de recherche d'un employeur étranger, un acte de candidature spontanée (lettre de motivation accompagnée d'un CV) auprès du responsable de la structure au Japon est possible. Celui-ci est généralement étranger mais l’envoi d’un CV rédigé en langue anglaise est également conseillé, les structures de ressources humaines étant majoritairement japonaises. Des organismes aident les ressortissants de leur pays à trouver du travail au Japon comme la Chambre de commerce et d’industrie française du Japon (CCIFJ).

La recherche d'un employeur japonais est une tâche beaucoup plus ardue. Si la maîtrise de la langue japonaise n’est pas parfaite, il est déconseillé de faire acte de candidature spontanée. Le meilleur moyen de trouver un emploi au sein d'une entreprise japonaise est donc de mettre à profit ses relations et les contacts qu'on a établi au travers de conférences, colloques ou de toute autre occasion. Les étrangers, jusqu’alors employés par les entreprises japonaises pour leurs compétences linguistiques, peuvent aujourd'hui occuper des postes dans les domaines du marketing, du commerce international, du multimédia ou des relations publiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Keiichirō Hamaguchi, « Les problèmes spécifiques du système de l’emploi japonais », Nippon.com, le 14 août 2013
  2. Le marché du travail au Japon par le Service économique de l'Ambassade de France au Japon
  3. a et b (en)(ja) Population aged 15 years old and over by labour force status, Bureau des statistiques, Ministère japonais des Affaires intérieures et des Communications, [xls]
  4. a et b Anthony Rivière, « Le taux de chômage monte à 5,2 % au Japon », Aujourd'hui le Japon, le 29 juin 2010
  5. Japon : Chômage au plus bas depuis 16 ans, reprise en vue, Reuters sur Les Echos, le 27 juin 2014
  6. Patrice Novotny, « La victoire du PDJ est aussi la nôtre » estime le 1er syndicat japonais, sur Aujourd'hui le Japon, AFP,‎ 1er octobre 2009 (consulté le 2 octobre 2009)
  7. a et b « Les chefs d'entreprises japonais sont des hommes, plutôt vieux », sur Aujourd'hui le Japon, AFP,‎ 30 janvier 2010 (consulté le 30 janvier 2010)
  8. [PDF] Travailler au Japon par la Chambre de commerce et d'industrie française du Japon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]