Recrutement groupé de nouveaux diplômés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le recrutement groupé de nouveaux diplômés (新卒一括採用, shinsotsu ikkatsu saiyō?) est la coutume prise par les entreprises japonaises d'embaucher chaque année en une fois les futurs ou nouveaux diplômés.

Née au Japon durant l'ère Meiji pour recruter les nouveaux « cols blancs » ou salaryman, elle s'est fortement répandue et généralisée après la Seconde Guerre mondiale auprès des grandes entreprises japonaises face à l'importante demande de main d'œuvre durant le miracle économique japonais.

La décennie perdue qui a suivi l'éclatement de la bulle spéculative japonaise en 1990, et les réformes entreprises dans les années 2000 ont abouti à une remise en question de cette coutume liée au « modèle social » japonais, reposant sur l'harmonie industrielle et la politique d'emploi à vie avec avancement à l'âge. En effet, depuis 2002 l'emploi à temps plein s'est rétracté (de 4 millions en 10 ans) au profit du temps partiel et des freeters (qui ont augmenté sur 10 ans également de 6,5 millions)[1]. Les embauches de ce type sont ainsi moins nombreuses que par le passé, et les jeunes diplômés qui ne trouvent pas d'emploi par ce biais peuvent se retrouver en grande difficulté en devenant des NEET[2],[3].

En mai 2010, selon le Ministère de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie japonais, 106 397 nouveaux diplômés de l'université sur 541 000, soit 20 %, étaient sans emploi, un creux dû à la crise internationale de 2008-2009[4],[5]. Néanmoins, le 1er avril 2012, 94 % des nouveaux diplômés venant de quitter l'université fin mars étaient salariés[5]. Selon un sondage du site Mynavi (マイナビ, Mainabi?), en avril 2012, 33,5 % des étudiants qui finiront leur cursus en mars 2013 savent déjà quelle société les emploiera à la sortie[6]. Selon une étude du ministère, au 1er octobre 2012, 63 % des étudiants qui finiront leur cursus en mars 2013 avaient une promesse d'embauche[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Sugiyama, « L’économie et les finances publiques du Japon à l’heure du nouveau Premier ministre », le 20 octobre 2006 [PDF]
  2. (en) Andrew Pollack, « COMPANY NEWS; Japanese Graduates Finding Few Jobs », New-York Times, le 25 juin 1994
  3. (en) Youth Employment in Japan’s Economic Recovery: Freeters and NEETs, The Asia-Pacific Journal: Japan Focus, le 11 mai 2006
  4. (en) 20% of new university graduates in limbo, Yomiuri Shinbun, le 7 aout 2010
  5. a, b et c Japon: 63% des futurs diplômés de mars 2013 ont déjà une promesse d'embauche, AFP sur Google News, le 27 novembre 2012
  6. (ja) 13年大卒の内定率33・5% 震災反動で大幅改善, Tokyo Shinbun, le 15 mai 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]