Salaire minimum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Revenu de base ni Revenu minimum.

Le salaire minimal, alias salaire minimum, est la rémunération minimale qu'un employeur doit attribuer à un employé pour un travail.

Des abattements au salaire minimal sont parfois prévus par des dispositifs législatifs ou réglementaires.

Terminologie[modifier | modifier le code]

« Minimal » est l'adjectif qualifiant ce qui constitue un minimum. L'expression "salaire minimum" est critiquée par certains linguistes[Qui ?] selon lesquels elle présente le défaut de juxtaposer deux substantifs (le salaire et le minimum) sur le modèle anglophone. Les formulations correctes seraient ici "minimum de salaire", "minimum salarial" ou "salaire minimal"[réf. nécessaire].

But[modifier | modifier le code]

Le salaire minimal ou "salaire minimum" vise à garantir un niveau de revenu aux employés et ouvriers. Il maintient une « concurrence loyale » aussi bien entre employés (dans leur participation au travail) qu'entre employeurs (éviter le « dumping social »). Il participe à la cohésion sociale d'un pays et à la redistribution des revenus. Si le principe du salaire minimum est admis dans les différentes philosophies, la fixation de son niveau fait l'objet de fortes dissensions en leur sein.

Pour les éconimistes libéraux, le salaire minimal correspond à une interdiction de travailler pour les employés dont le travail ne permet pas de produire cette valeur, et est la source principale de chômage dans les pays développés[1]. Les économistes estiment que le coût du salaire minimum (à différencier du revenu final) doit être fixé de manière à n'obtenir qu'un chômage de transition (appelé aussi chômage frictionnel). Les économistes pensent qu'un coût de salaire minimum élevé est une injustice que subissent les chômeurs. Ils estiment que les salaires définis librement en période de plein-emploi correspondent à la valeur du travail des employés et que, si l'on souhaite opérer une redistribution des revenus ou établir un revenu minimum des travailleurs élevé, il vaut mieux le permettre via un rééquilibrage des impôts et des charges imposées aux plus aisés. Ils estiment que cela crée moins d'injustices et d'exclusions qu'un salaire minimum élevé. Pour assurer un fonctionnement socialement optimal, les salaires doivent être proportionnels à la productivité des employés. Pour de nombreux économistes célèbres, le salaire minimum est un puissant frein à l’embauche, notamment Maurice Allais, Gary Becker[2], James M. Buchanan, Milton Friedman[3], Friedrich Hayek, Paul Krugman[4], Edmund Phelps, Paul Samuelson[5], George J. Stigler[6], Joseph Eugene Stiglitz[7], James Tobin

Pour les marxistes, le salaire minimal limite l'exploitation ouvrière. En effet, le salaire minimal empêche les forces du marché de fixer les salaires à leur niveau de subsistance, c'est-à-dire un niveau qui permet simplement la reproduction de la force de travail. Pendant la Grande Dépression, Trotsky écrivait :

« Sous peine de se vouer lui-même à la dégénérescence, le prolétariat ne peut tolérer la transformation d'une partie croissante des ouvriers en chômeurs chroniques, en miséreux vivant des miettes d'une société en décomposition. Le droit au travail est le seul droit sérieux que l'ouvrier ait dans une société fondée sur l'exploitation. [...] Le salaire, avec un minimum strictement assuré, suit le mouvement des prix. Aucun autre programme ne peut être accepté pour l'actuelle période de catastrophes. »[8]

Pour les marxistes, le minimum salarial est un instrument de justice sociale. Il permet de rémunérer les salariés les moins qualifiés à un « juste niveau » qui assure une subsistance correcte. Il permet de rééquilibrer le rapport de force entre patronat et syndicats salariés en faveur de ces derniers. C'est un instrument de pilotage économique d'un pays puisqu'il limite les déséquilibres du marché.

Cependant, le salaire minimal ne permet de suivre le mouvement des prix que pour les salaires les plus bas. Une échelle mobile des salaires permet que tous les salaires suivent l'augmentation des prix.

Dans la pratique[modifier | modifier le code]

Le salaire minimal, quand il relève d'une loi comme au Canada, est d'ordre public. Il s'impose aux salaires minimaux prévus par les conventions collectives quand celles-ci prévoient une rémunération horaire inférieure pour les salariés.

Dans certains pays comme l'Allemagne, la Finlande ou la Suède, il n'existe pas de salaire minimum interprofessionnel. Dans ce cas, ce sont les salaires minima négociés entre partenaires sociaux aux niveaux des branches professionnelles qui s'appliquent. Il existe donc autant de salaires minima que de branches professionnelles, ce qui donne une certaine souplesse à l'économie. Lorsqu'ils ne sont pas étendus par un arrêté ministériel, les accords de branches ne s'appliquent que dans les entreprises membres d'un syndicat professionnel ayant signé l'accord. En défaut de l'extension de la convention collective celle-ci n'oblige le patron qu'envers les salariés membre d'un syndicat signataire. Mais le principe de l'égalité de traitement mène en effet à un rajustement des salaires dans l'entreprise signataire.

Le minimum salarial peut être vu comme une prohibition (l'interdiction de travailler à un salaire inférieur), avec toutes les conséquences de restrictions libertaires et de travail dissimulé.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Salaire minimum mensuel en 2008

Dans les pays développés, les salaires minima (lorsqu'ils existent) peuvent être définis :

En 2009, pour 24 pays membres de l'OCDE, le salaire minimal s'élevait, en moyenne et pour les salariés à plein temps plein, à un peu plus d'un tiers du salaire moyen, avec une tendance à augmenter lentement au cours du temps. Le ratio était le plus faible au Mexique (environ 20 %) et aux États-Unis (27,0 %) et le plus élevé en Nouvelle-Zélande (51,6 %) et en France (48,0 %). Le salaire minimum représentait un peu moins de la moitié du salaire médian - lequel, n'étant pas affecté par les très hauts salaires, est nettement plus faible que le salaire moyen. Le ratio était également le plus bas au Mexique (environ 20 %) et aux États-Unis (37,1 %) et le plus élevé en Turquie (71,3 %) et en France (60,1 %).

Dans chaque pays, le ratio entre le salaire minimum et le salaire moyen - ou le salaire médian - varie quelque peu au cours du temps, tendant à baisser avec la hausse des salaires moyens et médians et à augmenter lors des revalorisations du salaire minimum. Ainsi, en 2000, le ratio entre salaire minimum et salaire moyen était le plus élevé en Irlande (58,5 %), en Australie (50,1 %), en Nouvelle-Zélande (45,2 %) et en France (45,1 %). De 2001 à 2005, l'Australie conservait le ratio le plus élevé, suivie de la France et de la Nouvelle-Zélande, laquelle prenait la tête de 2006 à 2009, suivie de la France, En 2000, le ratio entre salaire minimal et salaire médian était également le plus élevé en Irlande (67,5 %), suivie de l'Australie (58,2 %) et de la France (56,1 %). De 2004 à 2009, on trouve le ratio le plus élevé en Turquie, suivie de la France[9]

Canada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Salaire minimum au Canada.

Au Canada, le salaire minimal est sous la responsabilité des provinces et des territoires, conformément au partage des pouvoirs prévu par la constitution canadienne.

Les différents minimums s'échelonnent (pour le cas général, sachant qu'il peut exister des niveaux plus bas pour certaines catégories de personnel) de 8,00 dollars canadiens de l'heure (Nouveau-Brunswick, Colombie-Britannique) à 11 $/heure en Ontario depuis le 1er juin 2014[10] ; au Québec le salaire minimum est de 10,35 $/heure depuis le 1er mai 2014[11].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, un salaire minimal existe depuis 1938. Il existe un salaire minimal au niveau fédéral ; en outre, chaque État, et même chaque subdivision administrative (county, ville) peut fixer son propre salaire minimal, éventuellement pour certains secteurs économiques (par exemple : spécifiquement pour les contractants publics). C'est toujours le plus élevé des différents salaires minimaux existant qui s'applique (donc au moins le niveau fédéral partout aux États-Unis).

Depuis 2007, le salaire minimal fédéral est de 7,25 USD de l'heure[12].

Par exemple, Santa Fe, au Nouveau-Mexique, a un salaire minimal en 2009 de 9,92 $ de l'heure et San Francisco, en Californie de 9,79 $[12]. Il est de 8 $ de l'heure dans le Massachusetts et de 8,55 $ dans l'État de Washington[12]. Le nombre de personnes payées au salaire minimum (essentiellement des femmes) est en baisse ; entre 1997 et 2004, il a chuté de 2,8 millions aux États-Unis pour ne représenter que 1,4 % de la population salariée aujourd'hui.

Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : dibao.

Le dibao est le revenu minimal de subsistance attribué en Chine. Il a augmenté de près de 30 % en 2011 après plusieurs mouvements de grèves.

Japon[modifier | modifier le code]

Au Japon, le salaire minimal est défini par les préfectures : en 2009, il y avait quarante-sept salaires minimaux différents, d'une valeur moyenne de 713 yens de l'heure (environ 5,50 euros). Cependant, le parti démocrate du Japon désormais au pouvoir souhaite créer un salaire minimal national de 800 yens[13].

Maroc[modifier | modifier le code]

Le SMIG au Maroc serait le plus élevé d'Afrique, indique un récent rapport de l'organisation internationale du travail, sur les salaires en 2010-2011. Avec 2110 dirhams par mois, soit 10,64 dirhams par heure, le SMIG marocain arrive en première position au niveau des pays africains, suivi de l'Afrique du Sud[14]. A l'occasion de la fête du travail 2014 , le gouvernement a annoncé que le SMIG allait augmenter de 10%, soit 250 euros pour le secteur privée, et 300 euros dans la fonction publique. Cette hausse du Smig a été décidée pour pallier la hausse des prix de la consommation.

Définition officielle[modifier | modifier le code]

Le salaire minimum (sic) interprofessionnel garanti (SMIG) désigne à l'heure actuelle le salaire horaire minimal en vigueur au Maroc. Comme l'indique son nom, le SMIG s'applique à tous les corps professionnels à l'exception notable des agriculteurs, soumis à un régime spécifique, le SMAG pour salaire minimum agricole garanti.

Le SMIG est fixé par décret par le gouvernement. Une telle opération s'effectue généralement à la suite d'intenses tractations tripartites entre l'État, les organisations syndicales et le patronat.

Historique des augmentations[modifier | modifier le code]

Le SMIG était en 2008 fixé à 9,66 dhs/h, soit environ 1800 dhs/mois (brut).

En 2009 après de nombreuses négociations entre le gouvernement marocain et différents syndicats le SMIG s'est élevé à 10,64 dhs/h, soit 2110 dhs/mois.

Le 26 mai 2011, le gouvernement marocain a décidé d'augmenter de 15 % le SMIG répartie en deux tranches pour les secteurs de l'industrie, du commerce, des services et de l'agriculture, entrera en vigueur à partir du 1er juillet 2011 à raison de 10 % et à partir du 1 (5 %), a indiqué le ministre marocain de la Communication, porte parole du gouvernement marocain, Khalid Naciri, à l'issue d'une réunion du conseil du gouvernement marocain.

Ainsi, le SMIG dans les secteurs de l'industrie, du commerce et des services s'établira à 11,70 dirhams de l'heure à partir du 1er juillet 2011, puis à 12,24 DH/heure à partir du 1er juillet 2012. S'agissant du secteur agricole et forestier, le salaire journalier minimum se situera à 60,63 DH à compter du 1er juillet 2011 et sera de 63,39 DH à partir du 1er juillet 2012[15].

Donc entre 2008 et 2012 le SMIG est passé de 9,66 DH/h à 12,24DH/h soit 2337,84DH pour 191h travaillés par mois soit une augmentation de 26,7 %.

En 2014, la veille du 1er Mai, le gouvernement d'Abdelilah Benkirane a décidé d'augmenter le SMIG de 10 % en deux fois, 5 % en Juillet 2014 et 5 % en Juillet 2015[16].

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, il n'existe pas de salaire minimal généralisé. On connaît uniquement des salaires minimaux dans certaines branches. Ceux-ci sont fixés soit dans le cadre de négociations entre les partenaires sociaux, aboutissant à des conventions collectives de travail - c'est le cas dans le secteur de la construction et de l'hôtellerie - ou par l'autorité cantonale ou fédérale concernée, par le biais de contrats-types de travail - c'est le cas pour les employés de maison.

Le 18 mai 2014, le peuple s'est prononcé sur l'introduction d'un salaire minimum de 4'000 francs mensuels, au niveau fédéral et identique dans tous les secteurs d'activité. Cette initiative, intitulée « Pour la protection de salaires équitables », a été refusée par le peuple à plus de septante-trois pour-cent des suffrages[17].

Union européenne[modifier | modifier le code]

21 des 28 pays de l'Union européenne possèdent un salaire minimal légal (c'est-à-dire imposé par la loi). Les sept pays qui n'ont pas fixé de salaire minimal sont le Danemark, l'Allemagne (jusqu'à 2014), l'Italie, Chypre, l'Autriche, la Finlande et la Suède[18]. Le gouvernement allemand a décidé en printemps 2014 d'introduire un salaire minimum de 8,50€ bruts de l'heure à partir du 1er janvier 2015, mais une période de transition est prévue pour les secteurs qui seront encore sous le coup d'un accord de branche. Au plus tard en 2017, il concernera tout le monde, sauf les moins de 18 ans, les stagiaires et les chômeurs de longue durée, exemptés pendant les six mois suivant leur embauche[19].

Le pouvoir d'achat du salaire minimal est le plus élevé au Luxembourg, suivi des Pays-Bas, de la Belgique et de la France[20].

Salaire minimum légal en janvier 2007 (salaire mensuel brut)
Pays Montant Part des salariés à temps complet
le percevant en 2005
Luxembourg 1 570 € 11,0 %
Irlande 1 403 € 3,3 %
Royaume-Uni 1 361 € 1,8 %
Pays-Bas 1 301 € 2,2 %
Belgique 1 259 € NC
France 1 426 € 16,8 %
Grèce[21] 470 € (2012) NC
Espagne 624 € 0,8 %
Malte 585 € 1,5 %
Slovénie 522 € 2,8 %
Portugal 470 € 4,7 %
République tchèque 288 € 2,0 %
Hongrie 258 € 8,0 %
Pologne 246 € 2,9 %
Maroc 228.51 € (2015)[22] 65 %
Slovaquie 217 € 1,7 %
Lituanie 174 € 10,3 %
Lettonie 172 € 12,0 %
Algérie 182 € (2012) NC
Bulgarie 138 € (janvier 2012)[23] 16 %
Roumanie 114 € 9,7 %
Turquie 333 € NC
États-Unis (varie selon États) base : 7,25 USD / heure[12] 1,3 %
(source : Eurostat, 2007)

France[modifier | modifier le code]

En France, le premier salaire minimum, le SMIG, est créé en 1950 par une loi votée par le Parlement. Très faible au départ, ce salaire minimum est indexé sur l'inflation mais pas sur la croissance économique. Il ne s'applique pas au secteur agricole, et a un niveau différent selon les régions françaises.

Selon l'Institut supérieur du travail, dans son histoire du SMIC, c'est la Charte du travail promulguée le 4 octobre 1941 qui a ouvert la voie. Il y est parlé d'un « salaire minimum vital » et cette notion a nécessairement un caractère universel : le minimum vital est le même, pour tout le monde, quelle que soit la profession. Reste que le coût de la vie n'est pas partout le même, ce qui était beaucoup plus sensible alors qu'aujourd'hui. On avait donc divisé le pays en une vingtaine de « zones de salaire », avec chacune un taux différent du salaire minimum, mais tous les salaires minima procédaient dégressivement de celui de la zone 0 (Paris) selon un pourcentage fixé : zone -2,5 %, zone -4 %, etc. ce qui permettait de maintenir l'unité tout en respectant la diversité. Ce système des zones ne devait disparaître qu'en mai 1968 : il n'y avait alors plus que deux zones[24].

En 1968, il est remplacé par le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC). De portée nationale, le SMIC a augmenté plus vite que le salaire moyen au cours des années 1990. La progression plus modérée du salaire minimal par rapport au revenu médian au cours des dernières années ainsi que la création d'un groupe d'experts indépendants chargé de déterminer les évolutions souhaitables du SMIC participent de la volonté de faire baisser la proportion des travailleurs payés au SMIC afin d'atténuer l'effet trappe à bas salaire (pénalisation du coût du travail des moins qualifiés).

Le salaire minimal (SMIC) est revalorisé tous les ans au 1er janvier. Le 1er janvier 2012, il passe de 9,00 à 9,22 euros bruts de l'heure pour atteindre 1 398,37 euros bruts par mois, pour un temps de travail de 35 heures par semaine (environ 1 099 euros nets par mois)[25]. Le 1er juillet 2012, il est revalorisé à 9,40 €, le 1er janvier 2013 à 9,43 €, et le 1er janvier 2014, à 9,53 €.

Irlande[modifier | modifier le code]

En Irlande, le salaire minimal a été introduit en 2000. Depuis le 1er juillet 2007, il est de 8,65 € de l'heure[26].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, bien qu'ayant été créé en 1999, le salaire minimal a crû très rapidement pour atteindre en 2004 un niveau élevé, parmi les plus hauts au monde. Ce niveau est relativisé par un niveau également très élevé du salaire moyen et du coût de la vie au Royaume-Uni. Par ailleurs, l'existence de décotes de 15 % pour les jeunes de 18 à 22 ans, et de 40 % pour les mineurs de plus de 16 ans, limitent les effets d'un salaire minimum élevé.

Analyses économiques[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le salaire minimal, alias "salaire minimum", est un élément important du marché du travail car il empêche de fixer les salaires en dessous d'un certain seuil. À ce titre, il a un impact sur le niveau de l'emploi, le niveau de vie, de formation des salariés et le niveau de l'inflation.

Effets sur l'emploi[modifier | modifier le code]

Analyse néoclassique[modifier | modifier le code]

L'analyse néoclassique considère que l'existence d'un salaire minimal empêche les ajustements à la baisse des salaires qui permettent aux marchés de l'emploi de s'ajuster par les prix en cas de choc exogène. Lorsque ces ajustements ne sont pas suffisamment possibles, on voit apparaître dans une économie, un chômage structurel ou chômage classique. D'autres freins que le salaire minimal existent pour empêcher ces ajustements, comme la présence de syndicats forts défendant des conventions collectives, l'existence de lois sociales protégeant les salariés, et l'existence d'aides sociales monétaires (allocation chômage, revenu d'inactivité…).

L'analyse néo-classique insiste sur le fait que l'existence d'un salaire minimal empêche les entreprises d'embaucher des salariés dont la productivité ne permet pas de couvrir les cotisations sociales et le salaire minimal.

Dans la théorie des insiders-outsiders (inclus-exclus), le salaire minimal est un moyen pour les salariés de se protéger de la concurrence des chômeurs, en interdisant le « partage du gâteau » de la masse salariale en parts plus nombreuses, mais plus petites. L'existence d'un salaire minimum pénaliserait ainsi la partie de la population la moins bien formée, exclue du marché du travail par l'interdiction d'une faible rémunération du travail faiblement qualifié.

On peut remarquer que l'ensemble des néo-classiques ne récusent pas en bloc l'existence d'un salaire minimal, mais plutôt son niveau trop élevé qui induit le mécanisme présenté précédemment.

En effet, un salaire minimal suffisamment bas pour que la quasi-totalité des salariés soient payés plus n'a que peu d'incidence sur l'économie générale et ne peut pas lui nuire.

Analyse libérale[modifier | modifier le code]

Les libéraux estiment que le salaire minimal introduit des perturbations sur le marché du travail, et qu'il existe d'autres moyens plus efficaces d'assurer la redistribution des revenus dans l'économie. Le salaire minimum serait la principale cause du chômage dans les économies comme la France. Ainsi, le Prix Nobel d'économie Gary Becker a-t-il écrit qu'« augmenter le salaire minimum, c'est augmenter le chômage ». Il ajoute que les travailleurs peu qualifiés seront les premières victimes de ces hausses du salaire minimum : « un salaire minimum plus élevé réduira encore les occasions d'emploi des travailleurs peu qualifiés ».

Certains libéraux comme Milton Friedman prônent le remplacement du minimum salarial par un système d'impôt négatif, cause de moins de distorsions, plus juste. Il ne le conçoit cependant que couplé à un impôt à taux unique, comme il le développe dans Capitalisme et liberté.

Marxisme économique[modifier | modifier le code]

Selon la théorie marxienne (le salaire minimal n'existait pas à l'époque de Marx), l'existence d'un salaire minimal est analysé comme l'un des instruments étatiques ayant pour objectif d'émousser les revendications ouvrières et salariales.

En effet, en limitant l'exploitation, l'existence d'un salaire minimal rend moins évidente la nécessité de la révolution, en accordant des avantages immédiats aux exploités dans le cadre du capitalisme et de la démocratie bourgeoise.

En créant du chômage, un "salaire minimum" élevé tend à diviser le prolétariat entre ceux qui en bénéficient et ceux qui ne peuvent en bénéficier (les chômeurs). Cette division tend à rompre l'unité d'intérêt immédiat du prolétariat et freine les tentatives d'unification de celui-ci.

Au même titre que les lois sociales, le salaire minimal aurait pour objectif de tenter de résoudre par la voix démocratique les contradictions du capitalisme en repoussant à un avenir toujours plus lointain, la révolution.

Dans cette optique, le salaire minimal apparaît aux analystes marxistes comme une tentative de compromis avec la classe des exploitées pour tenter d"éviter que celle-ci réclame son dû.

Vision néo-keynésienne[modifier | modifier le code]

Pour les néo-keynésiens, l'analyse peut se résumer ainsi :

  • En période de plein-emploi, le salaire minimal est peut-être inutile, mais il n'est pas nuisible car il ne s'applique pas[travail inédit ?].
  • En période de chômage élevé, le salaire minimal assure un revenu stable, oblige les employeurs à rechercher d'autres ajustements que les revenus (formation, investissements…), mais au prix d'un surplus de chômage[travail inédit ?].
  • Le salaire minimal apparaît comme une sécurité pour les salariés les plus faibles (même si des mécanismes de protections autres qu'imposés par la loi peuvent être inventés), c'est un pilotage de politique économique et permet aux partis politiques de fidéliser ou de mobiliser un électorat[travail inédit ?].

Vision post-keynésienne[modifier | modifier le code]

Pour les théoriciens de la croissance endogène, dont les post-keynésiens sont proches (il existe des théoriciens de la croissance endogène dans beaucoup de courants de la pensée économique, courants parfois opposés), l'existence d'un salaire minimum a un effet positif à long terme sur le niveau de l'emploi en incitant les salariés à investir dans leur emploi, les entreprises à favoriser les gains de productivité, et l'État à former sa population. Les efforts conjoints des entreprises, des salariés et de l'État favorisent la croissance à long terme et donc le niveau de l'emploi. [travail inédit ?]

Les post-keynésiens récusent l'analyse néoclassique du marché du travail qui ne voit dans le salaire qu'un coût pour les entreprises.[travail inédit ?]

Ainsi, les salaires représenteraient également pour les entreprises des débouchés (l'entreprise pouvant produire uniquement si quelqu'un peut consommer la production, ce qui nécessite que la population ait un certain pouvoir d'achat).[travail inédit ?]

Pour les post-keynésiens, le salaire est un élément de motivation des salariés : plus les salaires sont élevés, plus le salarié est productif et s'investit dans son travail (on trouve également cette analyse chez les néokeynésiens, c'est la théorie du salaire d'efficience). Pour les entreprises, l'existence d'un salaire minimal permet donc de limiter l'absentéisme, la rotation des salariés et favorise la paix sociale. Les augmentations du minimum salarial soutiennent la consommation et donc les débouchés pour les entreprises (cet effet se réduisant du fait de la part croissante des importations dans la consommation nationale).[travail inédit ?]

Études empiriques[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début des années 1990, il existait un fort consensus sur l'idée que le salaire minimal, alias "salaire minimum", avait un effet négatif sur le niveau d'emploi.

En 1994, les économistes David Card et Alan Krueger publient une étude mettant un évidence un lien positif entre l'augmentation du salaire minimal et l'augmentation de l'emploi. En avril 1992, le salaire minimal dans le New Jersey est passé de 4,25$ à 5,05$ par heure (soit une augmentation de 18,8 %) alors qu'il est resté constant à 4,25$ dans l'état voisin de Pennsylvanie. Card et Krueger ont collecté des informations auprès des employeurs sur le niveau d'emploi dans la restauration rapide dans les deux états avant la réforme d'avril 1992 et à la fin de l'année 1992. La théorie économique standard aurait prédit une baisse du niveau d'emploi dans le New Jersey. Card et Krueger montrent au contraire une augmentation de l'emploi dans le New Jersey et mettent ainsi en évidence un lien positif entre le salaire minimal et le niveau d'emploi[27].

En France, l'étude de Guy Laroque et Bernard Salanié estime qu'« une augmentation de 10 % du SMIC détruirait environ 290 000 emplois [..] à long terme », mais les auteurs reconnaissent que « cette estimation est nettement plus élevée que celles qu’on peut trouver habituellement dans la littérature économique »[28].

Effet sur la formation continue[modifier | modifier le code]

La théorie du capital humain de Gary Becker prédit que le salaire minimal devrait augmenter le coût d'opportunité de la formation continue et donc diminuer le niveau de formation. En même temps, le salaire minimal augmente les incitations pour une entreprise à former ses salariés peu qualifiés. L'analyse empirique de Daron Acemoglu et Jörn-Steffen Pischke montre qu'il est peu vraisemblable que le salaire minimal diminue le niveau de formation continue[29].

Effet sur l'inflation[modifier | modifier le code]

Le salaire est un élément important d'une part, des revenus des consommateurs; et d'autre part des coûts de production des entreprises. À ce titre, le salaire minimal a un impact sur l'inflation; lorsqu'il augmente en favorisant une inflation par les coûts (si les gains de productivité des salariés rémunérés au salaire minimum sont inférieurs à la dite augmentation) ou en favorisant une inflation par la demande (si les capacités de productions sont insuffisamment élastiques par rapport à l'accroissement de la demande générée par la hausse du salaire minimum)[réf. nécessaire].

Concurrence internationale[modifier | modifier le code]

La généralisation des salaires minimaux à travers les pays développés s'est faite après la Seconde Guerre mondiale en même temps que le développement des échanges internationaux. La mondialisation accrue des échanges de biens à cette époque, a permis le décollage économique des pays d'Asie, à commencer par celui du Japon, entraînant dans son sillage de nombreux autres (Corée du Sud, Chine…). Ce décollage économique a accru la concurrence internationale dans les secteurs fortement dépendants de la main d'œuvre, comme le textile ou l'électronique (secteurs où de nombreux emplois ont été détruits en Europe et aux États-Unis). C'est un paradoxe car la mondialisation soutenue par le monde occidental lui révèle à quel point les systèmes de protection sociale qu'il a élaboré ne sont viables qu'en économie fermée et à remettre en question dans une économie ouverte mondialisée. Ce point est tout de même à nuancer dans la mesure où les grandes économies telles que les États-Unis ou l'Union Européenne sont, globalement, assez peu ouvertes sur le monde (taux d'ouverture compris entre 10 et 15 %) : logiquement, plus un pays est grand, moins il est ouvert, car les échanges se font avant tout à l'intérieur même du pays (seule la Chine déroge à ce principe)[travail inédit ?].

Lorsque l'on compare les salaires minimaux à travers le monde, on est frappé par leur étonnante hétérogénéité. Mais cette forte dispersion (du moins au sein des pays développés) est beaucoup plus faible lorsque l'on tient compte des parités de pouvoir d'achat entre les devises dans lesquels lesdits salaires minimaux sont exprimés[réf. souhaitée].

Il existe déjà un « salaire minimal mondial » mais pour une seule profession, celle de marin. Ce salaire, qui est exigible dans 48 pays à travers le monde, est géré par l'Organisation internationale du travail (OIT) et se décline en fonction des monnaies nationales en tenant compte de leur pouvoir d'achat local[réf. souhaitée].

Situation dans l’illégalité[modifier | modifier le code]

Lorsque le travailleur est dans l'illégalité (cas des immigrés clandestins), il ne peut pas travailler légalement ; il lui est difficile de refuser une rémunération inférieure au salaire minimal, en supposant même qu'il connaisse cette réglementation. En outre, il peut trouver cette rémunération très avantageuse selon les normes de son pays d'origine.

Certains secteurs économiques, notamment ceux à forte proportion de main-d'œuvre faiblement qualifiée (construction…), sont plus particulièrement sujets au travail illégal faiblement rémunéré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Milton Friedman, citations
  2. Gary Becker, « Augmenter le SMIC, c’est augmenter le chômage », Contrepoints, 26 août 2011.
  3. Milton Friedman, Capitalisme et liberté, LEDUC.S Éditions, 2010, p. 279-280.
  4. Paul Krugman et Robin Wells, Microéconomie, 2e éd., De Boeck, 2013.
  5. Paul Samuelson, L'Économique, 2 vols, 1982-1983.
  6. George J. Stigler, « The Economics of Minimum Wage Legislation », American Economic Review 36, no 3 (1946).
  7. Joseph Stiglitz, Economics, 1993.
  8. Programme de transition - Échelle mobile des salaires et échelle mobile des heures de travail - Léon Trotski, 1938.
  9. OECD.StatExtracts, « Marché du travail, Revenus, Salaires minimum en proportion du salaire moyen des salariés à plein temps ». Les mesures excluent les paiements pour les heures supplémentaires et les primes, dont l'importance varie entre les pays. Il faut également noter que le pouvoir d'achat du salaire minimal varie très largement entre les pays (voit OECD.StatExtracts, « Marché du travail, Revenus, Salaires minimum horaire en termes réels. En US$ taux de change).
  10. Ministère du travail de l'Ontario. http://www.labour.gov.on.ca/french/es/pubs/guide/minwage.php
  11. Commission des normes du travail, Gouvernement du Québec « Historique du salaire minimum ».
  12. a, b, c et d Chiffres 2009, voir (en) List of U.S. minimum wages sur wikipedia anglophone
  13. Patrice Novotny, « La victoire du PDJ est aussi la nôtre » estime le 1er syndicat japonais, sur Aujourd'hui le Japon, AFP,‎ 1er octobre 2009 (consulté le 2 octobre 2009)
  14. Le Maroc décide une augmentation de 15 % du SMIG dans différents secteurs
  15. (fr) Le Maroc décide une augmentation de 15 % du SMIG dans différents secteurs, sur www.afriquinfos.com
  16. http://www.medias24.com/POLITIQUE/11196-1er-maiBenkirane-a-tranche-les-syndicats-satisfaits-le-patronat-reserve.html
  17. Le salaire minimum à 4000 francs balayé par 73,6% des votants sur le site de la Radio télévision suisse
  18. Salaires minimaux, Eurostat.
  19. L'Allemagne instaure un Smic horaire à 8,50€ bruts
  20. Regnard, Pierre “Minimum Wages 2008", Eurostat, Statistics in Focus, No.105/2008, novembre 2008, 8 pp. ; OECD.StatExtracts, « Marché du travail, Revenus, Salaires minimum horaire en termes réels (en US$, taux de change).
  21. Les données se réfèrent à juillet 2006
  22. (fr) [1], sur www.leconomiste.com
  23. http://www.google.com/publicdata/explore?ds=ml9s8a132hlg_&met_y=minimum_wage&idim=country:bg&fdim_y=currency:eur&dl=fr&hl=fr&q=salaire+minimum+bulgarie
  24. L'histoire mouvementée du SMIC
  25. « Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) », sur Insee (consulté en 10 février 2012)
  26. (en) Minimum rates of pay in Ireland - Citizens Information
  27. (en) David Card et Alan Krueger, « Minimum Wages and Employment: A Case Study of the Fast-Food Industry in New Jersey and Pennsylvania », American Economic Review, vol. 84, no 4,‎ septembre 1994, p. 774-775
  28. Guy Laroque et Bernard Salanié, « Une décomposition du non emploi en France », Économie et Statistique, no 331,‎ 2000, p. 47-66 (lire en ligne).
  29. (en) Daron Acemoglu et Jörn-Steffen Pischke, « Minimum Wages and On-the-job Training », Research in Labor Economics, vol. 22,‎ 2003, p. 159-202 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature académique[modifier | modifier le code]

  • (en) Morgan O. Reynolds, « Understanding Political Pricing of Labor Services: The Davis-Bacon Act », Journal of Labor Research, vol. 3, no 3,‎ 1982, p. 295-309 (DOI 10.1007/BF02685191)
  • (en) Simon Rottenberg, The Economics of Legal Minimum Wages, Washington, American Enterprise Institute for Public Policy Research,‎ 1981
  • (en) George J. Stigler, « The Economics of Minimum Wage Legislation », The American Economic Review, vol. XXXVI, no 3,‎ 1946, p. 358-365 (lire en ligne)
  • (en) Finis Welch, Minimum Wages : Issues and Evidence, Santa Monica, RAND Corp,‎ 1978, 46 p. (résumé)
  • (en) D. Mark Wilson, Increasing the Mandated Minimum Wage : Who Pays the Price?, Washington, Heritage Foundation,‎ 1998 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]