Elle s'appelait Sarah (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elle s'appelait Sarah.

Elle s'appelait Sarah est un roman de Tatiana de Rosnay, paru en 2008, aux éditions Héloïse d'Ormesson pour l'édition française, traduite par Agnès Michaux.

C'est le neuvième roman de cet écrivain franco-britannique, et le premier qu'elle a écrit en anglais (sous le titre original de Sarah's Key - le titre français reprend un passage de la chanson de Jean-Jacques Goldman Comme toi[1]).

Il a été traduit en 38 langues[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Julia Jarmond est une journaliste américaine mère de Zoë, une fillette de 11 ans et mariée à Bertrand, un Français, elle vit à Paris dans les années 2000. Le roman est son histoire, parallèle pendant la première partie avec celle d'une fillette juive de 10 ans, Sarah, déportée en 1942 lors de la rafle du Vel' d'Hiv'.

Le journal américain dont Julia est la correspondante lui commande un article à l'occasion du soixantième anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv'. Julia étudie cette période qu'elle connaît peu, et va être amenée à fouiller le passé de sa belle-famille française et à rechercher les traces de Sarah.

Lors de la rafle, Sarah a caché dans un placard, fermé à clé, son petit frère, lui promettant de revenir le chercher - elle garde sur elle la clé du placard (d'où le titre original en anglais, La clé de Sarah, avec pour key le même double sens qu'en français). Mais la petite fille se retrouve prisonnière des jours, avec des milliers d'autres personnes, au Vélodrome d'Hiver, puis déportée à Beaune-la-Rolande.

Histoire du livre[modifier | modifier le code]

Tatiana de Rosnay commence à se documenter en 2001: « Je suis allée à Drancy, à Beaune-la-Rolande, j'ai rencontré des personnes qui ont vécu cette rafle de près, j'ai passé des moments très émouvants. » Elle explique avoir « ressenti le besoin de me réfugier dans ma langue maternelle pour évoquer ce passé terrible de la France. Le fait aussi d'être dans la peau d'une Américaine, Julia, a rendu nécessaire ce passage à l'anglais. »

Elle écrit le roman entre juillet 2002 et mars 2003, et le retravaille de janvier à mai 2005.

Le livre est refusé par l'ex-éditeur de la romancière, Plon, puis par Bernard Fixot. L'écrivain cherche ensuite un agent américain, qui ne trouve pas d'éditeur aux États-Unis. Plus tard, Tatiana de Rosnay rencontre l'éditrice Héloïse d'Ormesson, avec laquelle elle sympathise, et c'est « le très têtu Gilles Cohen-Solal » (coéditeur d'Héloïse d'Ormesson), raconte-t-elle, qui obtient le manuscrit[3],[4].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Le roman a été distingué à plusieurs reprises[5]:

  • En 2007, prix Gabrielle d'Estrées
  • En 2008,
    • Prix des lecteurs du livre de Poche - Le Choix des Libraires[6],[7]
    • Prix des lecteurs de Corse
    • Prix Chronos de littérature - lycéens, 20 ans et plus[8]
  • En 2009, prix La Mennais du lycée La Mennais[9] de Guérande (Loire-Atlantique).

Ventes[modifier | modifier le code]

Les ventes du livre en France et à l'étranger ont dépassé les deux millions d'exemplaires, indique en décembre 2009 son éditeur français[10],[11].

Sarah's Key s'est vendu à plus de 345 000 exemplaires en édition de poche aux États-Unis[12].

En France, l'édition en avant-première chez France Loisirs a réalisé 60 000 ventes[13].

Adaptation au cinéma[modifier | modifier le code]

Une adaptation au cinéma sous le même titre a été en projet pendant près de deux ans, projet auquel est associée l'actrice Kristin Scott Thomas[14]. Le tournage a duré de l'été à la fin de l'année 2009[15],[16],[17]. Le film est réalisé par Gilles Paquet-Brenner sur un scénario écrit par Serge Joncour[18]. Sa sortie en salles a eu lieu le 13 octobre 2010, après plusieurs avant-premières et passages dans des festivals.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre français fait-il référence à la chanson de Jean-Jacques Goldman ? Tatiana de Rosnay : "C'est une décision éditoriale des Editions Héloise d'Ormesson. Je trouve le titre français très beau, et il fait en effet penser à la chanson de Goldman qui s'appelle Comme toi et qui évoque l'Holocauste." FAQ du site de Tatiana de Rosnay.
  2. FAQ du site de Tatiana de Rosnay.
  3. Interview de Tatiana de Rosnay à l'occasion de la sortie de son dernier roman : "Elle s'appelait Sarah"
  4. Obiwi.fr
  5. Elle s'appelait Sarah. Prix obtenu(s) par cet ouvrage, prix-litteraires.net
  6. Prix des Lecteurs 2008
  7. Elle s'appelait Sarah, prix-litteraires.net
  8. Prix Chronos
  9. "Elle s'appelait Sarah", lauréat du Prix La Mennais 2009, 10 juin 2009
  10. Comment explique-t-on un succès éditorial à l’étranger?, interview d'Héloïse d'Ormesson, éditrice du livre, 14 avril 2009
  11. Un soir à la Closerie des Lilas, éditions Héloïse d'Ormesson
  12. (en) Target Can Make Sleepy Titles Into Best Sellers, Motoko Rich, The New York Times, 21 juillet 2009. Au 28 août 2009, le livre était depuis 28 semaines dans la liste des best-sellers catégorie "Paperback Trade Fiction" du New York Times.
  13. France Loisirs
  14. Kristin Scott-Thomas dans la tourmente, Premiere.fr, 19 juin 2009
  15. Kristin Scott Thomas attendue sur un nouveau tournage, Le Parisien, édition des Yvelines, 15 août 2009
  16. La rafle du Vél’ d’Hiv’ au bois de Vincennes, Le Parisien, édition de Paris, 26 août 2009
  17. La bande-annonce d'une grande année, Carlos Gomez, Le Journal du dimanche, 2 janvier 2010
  18. Sarah's Key" : the movie !/"Elle s'appelait Sarah" : le film !, site de la romancière Tatiana de Rosnay

Liens externes[modifier | modifier le code]