Cycas du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Cycas revoluta, appelé aussi sagoutier, sagou du Japon, cycas du Japon ou encore petit rameau aux Antilles françaises, est une plante originaire des îles Nansei et des îles Ryūkyū au Japon et de la côte chinoise. Le cycas n'est pas une fougère bien qu'il ressemble à une fougère arborescente, ni un palmier bien qu'il en ait le port. C'est une plante à graines (spermatophyte) ayant conservé des caractères archaïques évidents, tels que des gamètes mâles mobiles.

Description[modifier | modifier le code]

Le Cycas revoluta est un arbuste pouvant mesurer jusqu'à 7 mètres de haut[1], doté d'un gros tronc (plus exactement d'un stipe) et d'une tige souterraine. Il peut vivre assez longtemps. Les plus vieux spécimens atteignent 6-7 mètres de haut à l'âge de 50-100 ans. C'est une plante dioïque (avec des pieds mâles et des pieds femelles distincts).

Les nombreuses feuilles (de 40 à 100) sont disposées en couronne à l'extrémité du stipe. Ce sont des feuilles pennées mesurant de 70 à 200 cm de long sur 20-25 cm de large[2] lorsque la plante atteint l'âge de se reproduire. Elles portent de nombreuses folioles linaires, à l'apex pointu, de 10-20 cm de long sur 4-7 mm de large et à marges révolutées (enroulées). Le pétiole de 6-20 cm de long est bordé de 6-18 épines de chaque côté.

Les inflorescences se forment au centre de la touffe de feuilles. Les pieds mâles portent un gros cône mâle érigé de 30-60 × 8-15 cm, formé d'écailles allongées avec sur leur face inférieure des sporanges où se forment les grains de pollen qui seront dispersés par le vent ou les insectes. Les pieds femelles portent au centre des feuilles réduites, veloutées et de couleur beige, avec quelques ovules à leur base.

Lorsque le grain de pollen tombe sur l'ovule mûr, il rencontre une gouttelette de liquide visqueux qui en séchant l'entraine dans la chambre de l'ovaire. Il ne se forme jamais de tube pollinique. Le développement de l'embryon commence dès la fécondation mais celle-ci intervient très tardivement, six mois après la pollinisation.

Les graines sont volumineuses, légèrement aplaties, protégées par une couche externe charnue vivement colorée en rouge. Elles ne sont toutefois pas incluses dans un fruit : les cycadacées sont des gymnospermes, plantes à "graines nues".

Écologie[modifier | modifier le code]

Le Cycas revoluta est originaire du Japon (îles Ryūkyū) et de la province côtière du Fujian en Chine. Il avait jadis une large répartition dans l'est du Fujian mais en raison des prélèvements des collecteurs et de la destruction des habitats, il était devenu très rare dans les années 1960 et on ne sait pas s'il existe encore aujourd'hui des populations sauvages[réf. nécessaire].

Dans les îles du sud du Japon, il colonise les plaines rocailleuses et les falaises abruptes. On peut aussi admirer quelques beaux spécimens centenaires, de plusieurs mètres de haut, dans les temples bouddhiques et les sanctuaires shinto[3] où les moines les protègent.

Systématiques et nomenclature[modifier | modifier le code]

Le sagou du Japon a été décrit par le botaniste suédois Carl Peter Thunberg en 1782.

Étymologie : revoluta du latin revolutus enroulé, allusion aux marges des folioles révolutées.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le cycas est cultivé comme plante ornementale. Le Cycas revoluta est appelé « petit rameau » dans les Antilles françaises, car on utilise ses feuilles en lieu et place des palmes ou du buis pour le « dimanche des Rameaux ».

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le cycas du Japon est une plante particulièrement toxique. Il synthétise un glucoside très toxique pour les herbivores[4] (la cycasine) et un acide aminé neurotoxique, la bêta-N-méthylamino-L-alanine. Douze heures après une ingestion de feuilles par un animal, celui-ci va commencer à vomir, avoir des diarrhées, des saignements de nez, et d'autres symptômes pouvant conduire jusqu'à la mort[5].

Toutefois les tiges de cycas riches en amidon sont consommées en milieu tropical mais elles doivent être bouillies longuement pour annihiler les effets neurotoxiques de la cycasine. Au Japon, l'arbre est activement propagé et sert à fabriquer un faux sagou (le vrai sagou est tiré des palmiers) qui est utilisé moulé en pâte pour être consommé tartiné sur du pain[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Cycas sur Universalis.
  2. Le Cycas sur nature Jardin
  3. a et b Yves Delange, Traité des plantes tropicales, Actes Sud,‎ 2002
  4. Suspected cycad (Cycas revoluta) intoxication in dogs, Botha CJ, Naude TW, Swan GE, et al.| J S Afr Vet Assoc | 1991
  5. Dr. Muller-Esneault, DVM. "Cycas Revoluta: The Sago Palm, or Cycad Toxicity." http://www.critterology.com/articles/cycas-revoluta-sago-palm-or-cycad-toxicity 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :