Creux-du-Van

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Creux.
Réserve naturelle du Creux-du-Van
Image illustrative de l'article Creux-du-Van
Le Creux-du-Van vu par l'Est.
Catégorie UICN IV (aire de gestion des habitats/espèces)
Identifiant 31055
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Neuchâtel
Coordonnées 46° 56′ 04″ N 6° 43′ 25″ E / 46.9344, 6.723646° 56′ 04″ Nord 6° 43′ 25″ Est / 46.9344, 6.7236  
Superficie 15,5 km2

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Réserve naturelle du Creux-du-Van

Le Creux-du-Van est un cirque rocheux d'environ 1 400 mètres de large pour 200 mètres de hauteur[1]. Il se situe dans le Val-de-Travers (Canton de Neuchâtel, Suisse), dans le massif du Jura et constitue un site environnemental très connu dans les environs. Il est au cœur d'une réserve naturelle de 15,5 km2.

Géologie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

La formation du Creux-du-Van est liée à celle de la combe d'érosion à laquelle il appartient. L'origine de cette combe est due en partie à l'érosion progressive de la charnière fracturé de l'anticlinal du Soliat, où est située la combe, depuis le plissement de la Haute-Chaîne du Jura. L'érosion due au ruissellement a commencé à fracturer les roches par dissolution des calcaires, avant l'arrivée des glaciers quaternaires. Au cours de la dernière glaciation, l'extrémité de la combe recelait un petit glacier comparable aux glaciers actuels des sommets des Alpes. Par l'action mécanique du glacier (alternance gel-dégel), a favorisé une intense érosion et la formation du cirque actuel. Les débris calcaires furent évacués vers l'aval par le flux des glaces et ont formé la moraine qui s'étale au pied du crique et obstrue une partie de la vallée de l'Areuse, provoquant le colmatage lacustre du Val-de-Travers et la formation de gorges de l'Areuse[2].

Structure géologique[modifier | modifier le code]

Le Creux-du-Van est la terminaison de la combe axiale d'un anticlinal érodé. La falaise en hémicycle est composée de calcaires du Kimméridgien sur une hauteur de près de 150 m. La base de la paroi est constituée de marno-calcaires du Séquanien, surmontant une épaisse série marneuse de l'Argovien recouverte par les éboulis tapissant le versant au pied de la falaise. Le Creux-du-Van est une terminaison en boutonnière de la combe d'érosion qui continue vers le NE du cirque. L'anticlinal du Soliat, auquel appartient le Creux-du-Van, est relativement symétrique et coffré, au SO du cirque, en se déversant progressivement vers le Nord sur le synclinal du Val-de-Travers où ruisselle l'Areuse. Au niveau du cirque, le sommet de l'anticlinal est affecté par un repli synclinal et la fermeture de l'angle de la charnière a favorisé la fracturation des calcaires du Malm et leur érosion qui a créée le cirque du Creux-du-Van[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du cirque provient du celte « van » qui signifie rocher[Informations douteuses][2].

En 1870, Louis Guillaume (médecin et membre fondateur du Club jurassien et de la société d'histoire (1833-1924)) achète une partie du fond du Creux-du-Van pour en faire une réserve naturelle. En 1876, les membres du Club jurassien acquièrent près de 25 hectares de plus. Ils souhaitent en faire un territoire réservé à la nature sauvage jurassienne. En 1972, la réserve est agrandie et s'étend sur 15,5 km2. Elle inclut la Montagne de Boudry et les Gorges de l'Areuse jusqu'à la route cantonale Brot-Dessous - Fretereules[3].

Faune[modifier | modifier le code]

Un des attraits du Creux-du-Van est la présence de bouquetins, introduits par l'homme en 1965, actuellement au nombre de 17, peu farouches et facilement approchables. La réserve du Creux-du-Van constitue également le biotope de nombreuses autres espèces. Les chamois et les chevreuils y sont particulièrement prospères, et plusieurs hardes de sangliers y séjournent durant les mois d'hiver. Le lynx, le blaireau, et le grand tétras y sont également été observés.

Accès[modifier | modifier le code]

L'accès au Creux-du-Van peut se faire à pied pour les plus intrépides, ou en voitures pour les moins sportifs. Jusqu'au début des années 2000, les transports publics (CarPostal) desservaient le week-end le lieu dit "la Ferme Robert", au pied du cirque. Cette ligne a été abandonnée.

À pied[modifier | modifier le code]

  • Le sentier des quatorze contours est un itinéraire célèbre, à partir de Noiraigue (Val-de-Travers).
  • Le sentier du Single permet lui de gravir le cirque depuis le fond, à partir du lieu dit La ferme Robert.
  • D'autres sentiers, non-balisés, permettent par exemple de rejoindre le sommet du cirque via la crête du Dos d'Ane, ou encore depuis Fontaine Froide par le Pertuis de Bise, une brèche dans la paroi rocheuse.

En voiture[modifier | modifier le code]

Il est possible de parquer sa voiture à la ferme du Soliat, à 5 minutes du sommet du cirque. On y accède depuis Saint-Aubin-Sauges, ville du littoral neuchâtelois, ou depuis Couvet dans le Val-de-Travers. Un juste compromis entre la marche et la voiture est de se parquer dans le premier parking en quittant la route allant de Couvet à St-Aubin en direction du Creux-du-Van. Quelques sentiers pédestres balisés, via les petites Fauconnières ou en longeant la chemin blanc sont à disposition.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Panorama sur le cirque du Creux-du-Van

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géographie du canton de Neuchâtel, édition 1998
  2. a, b et c (fr) Vincent Bichet et Michel Campy, Montagnes du Jura • Géologie et Paysages, Besançon, NÉO éditions,‎ 2008, 304 p. (ISBN 978-2-9147-4161-3)
  3. Frédéric Cuche, Nature du Canton de Neuchâtel, Département de l'instruction publique et des affaires culturelles, 1998, p. 116.

Source[modifier | modifier le code]