Christian de Boisredon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christian de Boisredon, (Famille Alefsen de Boisredon),entrepreneur social, conférencier et producteur, est le fondateur de Sparknews

Ancien consultant en stratégie et conduite du changement chez BearingPoint (ex Arthur-Andersen), Christian de Boisredon est le fondateur de Sparknews, une entreprise sociale qui source les projets innovants et positifs (via sa plateforme vidéo Sparknews.com) et les partage à travers ses opérations éditoriales internationales en fédérant les grands médias. L’Impact Journalism Day fédère par exemple 40 journaux leaders comme Le Monde, La Stampa, Times of India…, dans 40 pays pour publier des suppléments dédiés aux solutions qui changent le monde (lus par 100 millions de lecteurs).

Christian de Boisredon est également co-auteur d’un best seller « L’espérance autour du monde » (éd. Pocket 2004), récit du premier tour du monde à la rencontre des entrepreneurs sociaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Tour du Monde de l'Espérance[modifier | modifier le code]

Né en 1974, Christian de Boisredon a réalisé à 24 ans un tour du monde à la rencontre des hommes et des femmes qui font avancer le monde : « Le Tour du Monde de l'espérance »[1]. À la suite de cette aventure, le livre qu'il a écrit avec ses deux compagnons de voyage (L'espérance autour du Monde, ed. Pocket) est devenu un best seller[2] et traduit en plusieurs langues. Ce projet a été le premier tour du monde à thème de ce type et il a initié la vague de tours du monde engagés qui a suivi dont "80 hommes pour changer le monde" et "Passeurs d'Espoirs"..

Reporters d'Espoirs[modifier | modifier le code]

Alors qu'il est consultant en stratégie et en conduite du changement chez BearingPoint (ex Arthur Andersen), il cofonde en 2003 l'association Reporters d'Espoirs [3],[4]. À titre d'exemple, Le directeur de la rédaction de Libération invite en 2008 Reporters d'espoirs comme rédacteur en chef de l'un de leurs numéros. Résultat : ce numéro sera la meilleure vente de l'année et Libération reproduira l'opération plusieurs fois avec succès[5].

Christian de Boisredon préside et dirige au quotidien Reporters d'espoirs pendant les premières années, puis confie la direction générale à Patrick Busquet en 2007. En 2009, Christine Rodwell (ex AFP Londres) prend la suite, puis en 2010 Jean-Marc Bordes (ex-rédacteur en chef pour TF1 et France 2 notamment), puis Martial Bernard. En 2007, Christian de Boisredon confie également la présidence exécutive à Pierre Nougué pour se concentrer sur son projet de fiction cinéma. En 2011, il démissionne du conseil d'administration.

Production cinéma[modifier | modifier le code]

En 2006, Christian de Boisredon se lance avec son associé dans la production d'une fiction inspirée de l'histoire du Professeur Muhammad Yunus, le père du Microcrédit. Deux mois plus tard, ce dernier reçoit le Prix Nobel de la paix, ouvrant les portes d'Hollywood aux producteurs français[6]. Les rejoint dans l'aventure Phyllida LLoyd, ayant réalisé déjà le plus grand succès de l'histoire du cinéma jamais réalisé par une femme et le 5e plus gros succès mondial de 2008 (Mamma Mia!, 600 millions de dollars de recettes) et Iron Lady, avec Meryl Streep. David Thompson, l'ancien patron de BBC Films et Tessa Ross (patronne de Film 4 et initiatrice/coproductrice notamment de Slumdog Millionaire ) les rejoignent également[7],[8]. Le film devait sortir en 2013 mais reste en stand-by pour des raisons politiques au Bangladesh.

La société de production CAN DO Films développe ou coproduit également d'autres projets porteurs de sens dont "Imagine" avec dans le rôle principal Alexandra Maria Lara (The Reader). "Imagine" est sorti en France en 2013.

Sparknews[modifier | modifier le code]

Dans la même veine que Reporters d'Espoirs (initié par Christian en 2003), Christian de Boisredon fonde en 2011 Sparknews[9], avec une vocation très internationale. Sparknews est une entreprise sociale organisé en 3 pôles : sourcing/veille, agence de presse et conférences/conseil[10],[11].

Activités[modifier | modifier le code]

Sparknews.com[modifier | modifier le code]

L'idée consiste à rassembler sur un site vidéo tous les reportages des médias du monde entier (CNN, BBC, TF1, Al Jezirah, Brazil TV, youtube, dailymotion…) qui traitent de solutions, initiatives, portraits d'entrepreneurs sociaux etc.

l'Impact Journalism Day[12][modifier | modifier le code]

Pour le deuxième Impact Journalism Day (20septembre 2014), Sparknews a réuni près de 40 journaux leaders de 4 continents pour publier un supplément de 8 pages dédié aux solutions. L'audience cumulée de l'opération représente 100 millions de lecteurs. Les journaux participants sont notamment : Le Monde[13],[14], The Sunday Times, The Times of India, La Stampa[15], Le Soir, Asahi Shimbun, El Tiempo, La Nacion, El Heraldo, Al Hayat, Folha de Sao Paulo, Excelsior, El Watan[16], The Straits Times[17],[18], The Daily Nation, The Nation, City Press[19],[20], Politiken, L'Actu et Mon Quotidien, Gazeta Wyborcza, La Presse[21], The News International, Le Soleil[22].

La prochaine édition associera les TV et les radios en plus des journaux.

Des conférences[modifier | modifier le code]

Sparknews organise et anime des conférences illustrées notamment par des vidéos courtes et inspirantes (pour des organisations et des entreprises). Sparknews, a également une activité de conseil, notamment pour inspirer les entreprises dans leur démarche d'innovation sociale ou pour créer des ponts entre des projets innovants et des entreprises.

Sparknews intervient dans le cadres d'événements internationaux (GEN News Summit, Convergences, Positive Economy Forum; Zermatt Summit...) et auprès d'entreprises (BNP, EDF, AXA, Véolia, Crédit Agricole... mais aussi des PME...)

La soirée de lancement de Sparknews a eu lieu le 31 mai 2012 dans le cadre du News World Summit, réunissant 400 rédacteurs en chefs étrangers réunis cette année à Paris par le Global Editors Network[23].

Explication du choix du nom "Sparknews" : "To spark" signifie "susciter" car ces reportages suscitent l'action. Spark, c'est aussi "l'étincelle", comme ces reportages qui sont les catalyseur permettant à des projets "d'exploser" et d'essaimer dans le monde entier.

Divers[modifier | modifier le code]

Ancien membre d'Ingénieurs sans frontières (en Asie), Christian de Boisredon a également été enseignant et éducateur auprès de jeunes des banlieues[24].

Jeux internet sociaux à impact social : Le projet de film a également donné l'idée d'un jeu sur internet. Ce jeu, HappyLife sur Facebook, développé par HumanoGames (fondé par Stéphane Buthaud), permet à plusieurs centaines de milliers de joueurs de développer un petit business et de découvrir les principes du microcrédit. La deuxième partie du jeu permettra aux joueurs de réellement prêter de l'argent à des micro-entrepreneurs grâce à une interface avec des organismes comme Babyloan ou Kiva.

Christian de Boisredon intervient souvent dans les médias, ou pour des conférences (HEC, Science-Po, Centrale Paris, Université d'Oxford, ESCP, OCDE, Convergences 2015, Global Editors Network, classes préparatoires, lycées ou en entreprise).

En 2014, il apparaît dans le documentaire "La Part du colibri", sur l'optimisme dans les médias, réalisé par de Baptiste Gapenne et William Buzy[25].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'espérance autour du Monde (avec Fougeroux et Rosanbo, préfacé par Dominique Lapierre) Presses de la Renaissance, 2000 et Pocket, 2004)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview sur France Info de Aïda Touihri (25/11/07): http://www.france-info.com/spip.php?article41588&theme=81&sous_theme=155
  2. Article Le Figaro Expliquez-Vous, par V. Giolito (14/10/03) + Portrait de C. de Boisredon dans le livre Un Métier pour la planète…et surtout pour moi de Elisabeth Laville et Marie Balmain, ed. Village Mondial, 2007 [1]
  3. Interview de Christian de Boisredon, Président de Reporters d'Espoirs, 14/10/2003 Le Figaro [2]
  4. Article de l'Express Et si on décidait… d'avoir le moral ? par JS Stehli (31/01/2005)[3] + Interview de Christian de Boisredon dans Communication Sans Frontières [4] + Article Union de la Presse Francophone [5]
  5. Voir édito du libération du 24 décembre 2008
  6. Article de La Croix par D. Gerbaud (02/03/07)[6]
  7. Hollywood reporter (14/05/09)[7]
  8. Variety (14/05/09)[8]
  9. Article de A-S Novel dans Le Monde le 23/06/2013[9]
  10. Article dans L'Express, le 21/06/2012[10]
  11. Article dans l'Expansion, le 19/12/2011[11]
  12. Edito de Christian de Boisredon dans le Times of India, le 22/06/2013 [12]
  13. Edito de Christian de boisredon dans Le Monde, le 22/06/2013 [13]
  14. Impact Journalism Day dans Le Monde, le 22/06/2013 [14]
  15. Edito de Christian de Boisredon dans La Stampa (Italie), le 22/06/2013 [15]
  16. Impact Journalism Day de Sparknews dans El Watan, le 22/06/2013 [16]
  17. Edito de Christian de Boisredon dans The Straits Times (Singapour), le 22/06/2013 [17]
  18. Edito de Warren Fernandez pour l'Impact Journalism Day, éditeur du Straits Times (Singapour), le 22/06/2013 [18]
  19. Edito de Christian de Boisredon dans City Press (Afrique du Sud), le 22/06/2013 [19]
  20. Edito de City Press pour l'Impact Journalism Day, le 22/06/2013 [20]
  21. Edito de Christian de Boisredon dans La Presse (Canada), le 22/06/2013 [21]
  22. Edito dans Le Soleil (Sénégal) pour l'Impact Journalism Day, le 22/06/2013 [22]
  23. Article dans Télérama, le 31/05/2012[23]
  24. Portrait dans le livre Aventure d'entreprises, Étienne Pluvinage, éd. Envie de Bouger, 2007[24]
  25. http://www.lapartducolibri.fr

Lien externe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]