Abdelkader El-Khaldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abdelkader El Khaldi)
Aller à : navigation, rechercher

Abdelkader El Khaldi né à Mascara en 1896, est l'un des plus grands poètes algériens de melhoun. Mort en 1964, il est enterré à Oran [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Poète et interprète formé à la fois à l’école coranique et à l'école française dont il a obtenu le certificat d'étude primaire, Abdelkader El Khaldi s’imprègne des plus grands poètes du melhoum du terroir oranien et se familiarise, lors de son exil à Oujda, en 1912, avec les maîtres marocains du genre. Au début des années 1940, il quitte Mascara pour El-Harrach avant de s’installer définitivement à Oran en 1946. Poète fécond, il se signale par ses textes de poésie courtoise teintée d'érotisme, dans lesquels il célèbres ses nombreuses conquêtes dont Bakhta, la plus célèbre, a laquelle il consacre plus de cinquante poèmes. Ses amis, dont Hadj Hazout, lui demandèrent de leur présenter la belle Bakhta objet de son amour, furent surpris se trouver devant une petite femme, menue, très brune et sans charme aucun. Devant leur étonnement, il rétorqua :
« Il faudrait que je vous prête mes yeux pour voir celle de qui je suis amoureux. »

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Il fut, durant cinquante ans, la gloire de la poésie populaire algérienne dite « melhoun ». En tant que parolier et interprète, il a contribué d'une manière décisive à l'avènement de la chanson oranaise moderne. Il s'est inspiré des anciens maîtres algériens et marocains de la poésie populaire, notamment Mestfa Ben Brahim. Le diwan du Cheikh Abdelkader El khaldi, bien qu'incomplet encore, a été édité par les soins de Mohamed Elhabib Hachelef efficacement assisté par Mohammed Benamar Zerhouni, lui aussi fervent partisan de la sauvegarde de la poésie populaire algérienne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide bibliographique du Melhoun, par Ahmed-Amine Dellaï, L'Harmattan, 1996.
  • Dossier Abdelkader Khaldi, par Ahmed-Amine Dellaï et Rahmouna Mehadji, in Turath (Les Cahiers du CNRASC) no 4, 2002, Oran, Algérie, 161 pages.
  • Paroles graves et paroles légères ou Chants bédouins de l'Oranie (nouveau titre), par Ahmed-Amine Dellaï, anthologie bilingue(arabe-français), ENAG, Algérie, 2003-2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]