Casque en défenses de sanglier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un casque en défenses de sanglier. Musée archéologique d'Héraklion. Ce casque, daté de 1450 à 1400 av. J.-C., est originaire de Cnossos.

Un casque en défenses de sanglier est un casque de combat composé de défenses de sanglier, lui donnant une grande dureté grâce à l'ivoire. Issu de la Civilisation minoenne, il est décrit par Homère dans la guerre de Troie.

Description[modifier | modifier le code]

Le casque est composé de très nombreuses défenses de sanglier. Les défenses sont montées sur un morceau de cuir, dont l'intérieur est tapissé de feutre.

Chaque sanglier n'ayant que deux défenses, de très nombreux animaux sont requis pour constituer un casque,

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce casque est fabriqué par les Minoens ; divers exemplaires datés entre 1650 et 1150 av. J.-C. nous sont parvenus par les fouilles archéologiques. Le casque est également décrit par Homère et peint sur des fresques.

Le casque en défenses de sanglier dans l'Iliade[modifier | modifier le code]

Dans l'Iliade, Homère décrit le casque d'Odysseus en détail[1] :

Μηριόνης δ' Ὀδυσῆι δίδου βιὸν ἠδὲ φαρέτρην
καὶ ξίφος, ἀμφὶ δέ οἱ κυνέην κεφαλῆφιν ἔθηκε
ῥινοῦ ποιητήν· πολέσιν δ' ἔντοσθεν ἱμᾶσιν
ἐντέτατο στερεῶς· ἔκτοσθε δὲ λευκοὶ ὀδόντες
ἀργιόδοντος ὑὸς θαμέες ἔχον ἔνθα καὶ ἔνθα
εὖ καὶ ἐπισταμένως· μέσσῃ δ' ἐνὶ πῖλος ἀρήρει.
τήν ῥά ποτ' ἐξ Ἐλεῶνος Ἀμύντορος Ὀρμενίδαο
ἐξέλετ' Αὐτόλυκος πυκινὸν δόμον ἀντιτορήσας,
Σκάνδειαν δ' ἄρα δῶκε Κυθηρίῳ Ἀμφιδάμαντι·
Ἀμφιδάμας δὲ Μόλῳ δῶκε ξεινήιον εἶναι
αὐτὰρ ὃ Μηριόνῃ δῶκεν ᾧ παιδὶ φορῆναι·
δὴ τότ' Ὀδυσσῆος πύκασεν κάρη ἀμφιτεθεῖσα.

Et Mèrionès donna à Odysseus un arc, un carquois et une épée. Et le Laertiade mit sur sa tête un casque fait de peau, fortement lié, en dedans, de courroies, que les dents blanches d’un sanglier hérissaient de toutes parts au dehors, et couvert de poils au milieu. Autolykos avait autrefois enlevé ce casque dans Éléôn, quand il força la solide demeure d’Amyntôr Orménide ; et il le donna, dans Skandéia, au Kythérien Amphidamas ; et Amphidamas le donna à son hôte Molos, et Molos à son fils Mèrionès. Maintenant Odysseus le mit sur sa tête.

Jusqu'au XIXe siècle, cette description était considérée comme légendaire, et ne revêt guère d'importance. En 1870, l'archéologue allemand Heinrich Schliemann entreprend de retrouver les lieux décrits par Homère. Il découvre sur la butte d'Hissarlik une ville qu'il identifie à Troie et débute des chantiers de fouilles. Un casque en défense de sanglier, correspondant à la description de l’Iliade, est retrouvé[2].

Lorsqu'Homère écrit l'Iliade, le casque en défenses de sanglier est tombé en désuétude depuis trois siècles[3]. Dans son ouvrage Eine sagenhafte Kopfbedeckung, C. Laschinski émet l'hypothèse qu'Homère aie au moment de l'écriture de l'épopée un casque sous la main[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], Rhapsodie X.
  2. (en) R. Ewart Oakeshott, The Archaeology of Weapons : Arms and Armour from Prehistory to the Age of Chivalry, Dover Publications,‎ 1996, 47-48 p. (ISBN 0486292886)
  3. Everson, Warfare in Ancient Greece, 2004, p. 7.
  4. C. Laschinski, Eine sagenhafte Kopfbedeckung, 2006, pp. 4-5.