Cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale ne doit pas être confondue avec une autre cathédrale de Saint-Pétersbourg.
Cathédrale Saint-Isaac
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg
La cathédrale Saint-Isaac
Présentation
Nom local Исаакиевский собор
Culte Église orthodoxe
Type Cathédrale
Début de la construction 1818
Fin des travaux 1858
Architecte Auguste Ricard de Montferrand
Style dominant Architecture néoclassique
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Commune Saint-Pétersbourg
Coordonnées 59° 56′ 03″ N 30° 18′ 24″ E / 59.934289, 30.306667 ()59° 56′ 03″ Nord 30° 18′ 24″ Est / 59.934289, 30.306667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pétersbourg

(Voir situation sur carte : Saint-Pétersbourg)
Cathédrale Saint-Isaac

La cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg, est une cathédrale orthodoxe russe bâtie sous les règnes des empereurs Alexandre Ier (1801-1825), Nicolas Ier (1825-1855) et Alexandre II (1855-1881). Elle a été inspirée par la cathédrale Saint-Paul de Londres.

C'est une des plus vastes cathédrales à dôme du monde avec 111 mètres de long, 97 mètres de large et 101,5 mètres de haut, soit 10 767 m2. C'est par ses dimensions, la troisième cathédrale d'Europe après Saint-Pierre de Rome et Saint-Paul à Londres. Chaque colonne positionnée à l'avant de la cathédrale pèse 114 tonnes ; il a fallu un total de 45 minutes pour les ériger à l'aide d'un système de palans.

Elle a été conçue pour accueillir 14 000 fidèles[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

l'Empereur Alexandre Ier a lancé un concours pour la construction de la cathédrale qui a été remporté par l'architecte français Auguste Ricard de Montferrand[2], un élève de Charles Percier. L’architecte français y a dédié toute sa vie pendant les 40 années de la construction. Celle-ci a donné naissance à une véritable école d’architecture expérimentale où l’on a essayé des techniques nouvelles[3].

L'édifice a été construit entre 1818 et 1858, avec des techniques d’ingénierie innovantes[4] puisque pour asseoir cet édifice de 300 000 tonnes, il a fallu placer des milliers de pilotis en bois dans le terrain marécageux du site, avant de mettre en place les 48 colonnes en granit.

Un autre exemple est la coupole entièrement métallique, de 28,5 mètres de diamètre, technique d’abord critiquée puis reprise dans les projets qui ont suivi (construction du premier pont métallique en 1842). Le mathématicien Gabriel Lamé et l’ingénieur Benoît-Paul Emile Clapeyron, ont calculé la dimension exacte de la coupole et son agencement dans la construction.

Outre 400 kilos d'or, 1 tonne de bronze, plus de 100 types de nuances de granit, de marbre, de malachite (16 tonnes, extraites de la mine de Nijni Taguil, non loin d'Ekatérinbourg) [5], 500 kilos de lazulite et de lapis-lazuli (extraits de la mine de Sar-e-Sang, province de Badakhchan en Afghanistan) ont été utilisés pour sa décoration[6].

Le sculpteur Henri Lemaire, (auteur du « Jugement dernier » du fronton de l’église de la Madeleine à Paris), est aussi l’auteur en 1841 de deux bas-reliefs de la cathédrale : « la Résurrection du Christ » et « Isaac de Dalmatie demandant à l’empereur Valens de cesser la persécution des chrétiens ». La cathédrale comporte aussi près de 300 statues. Les mosaïques couvrent une surface totale de 6 500 m2.

40 ans après le début de sa construction, la cathédrale a été inaugurée et consacrée le 30 mai 1858, jour de la fête de Saint Isaac de Dalmatie (en), qui était aussi le saint patron de Pierre le Grand[7], en présence de l'empereur Alexandre II[8].

Elle était le centre de la vie religieuse de Saint-Pétersbourg jusqu'au début des années 1920[8].

Après la révolution d'Octobre 1917, elle est pillée par les bolcheviks, ses objets de culte sont confisqués et ses cloches fondues[9].

La cathédrale est fermée sur ordre des autorités communistes en juin 1928 et transformée en 1931 en musée de l'athéisme jusqu'en 1937, où elle devient un musée d'histoire et de l'art[8].

En juin 1990, peu avant la chute de l'Union soviétique, les offices religieux ont repris dans la cathédrale, après une longue interruption forcée[8].

En 2013, une nouvelle cloche de 10 tonnes a été montée à l'un des clochers de la cathédrale[10].

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]