Brome des toits

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brome (homonymie).


Le Brome des toits ou Brome des murs (Bromus tectorum L.) est une plante herbacée annuelle de la famille des Poacées, relativement commune, que l'on rencontre au bords des chemins, dans les friches et sur les vieux murs. C'est une plante rudérale et une mauvaise herbe.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une herbe à tiges dressées et à feuilles molles vert pâle, de 20 à 50 cm de haut. Elle présente des inflorescences en panicules penchant d'un seul côté composés d'épillets évasés vers l'extrémité comptant un dizaine de fleurs. Les fleurs sont vertes, parfois tirant sur le violet. Elle fleurit du printemps à l'été (entre mai et août).

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est originaire des régions tempérées de l'ancien monde : Europe, Afrique du Nord, îles Canaries, Asie occidentale et centrale (de la Turquie à l'Afghanistan), orientale (Chine, Sibérie), ainsi que du sous-continent indien.

Elle s'est naturalisée en Amérique du Nord et du Sud ainsi qu'en Australie.

C'est une plante qui affectionne les terrains secs et calcaires.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est utilisée en agriculture biologique pour ses qualités allélopathiques.

Le brome des toits arrive en fin de cycle au printemps, soit au moment où les cultures initient leur développement. À ce stade, c'est-à-dire au printemps et en été, le mulch que forme les restes secs de la plante contribue à limiter le développement d'une flore spontanée indésirable[1]. En laboratoire, les extraits de brome ont montré une forte action inhibitrice sur le développement des autres mauvaises herbes; une action comparable à celle de l'Artemisia annua et confirmée dans des essais effectués en serre[2]. Ces propriétés inhibitrices ont également été confirmées au champ, dans un essai utilisant des feuilles sèches de brome des toits comme mulch incorporé au sol[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. DELABAYS et al., 2000
  2. DELABAYS et al., 1998
  3. DELABAYS & MERMILLOD,2002

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :