Bourg-Saint-Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bourg-Saint-Pierre
Blason de Bourg-Saint-Pierre
Héraldique
L'hospice du Grand-Saint-Bernard.
L'hospice du Grand-Saint-Bernard.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Entremont
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Bourg-Saint-Bernard
Communes limitrophes :
Bagnes, Liddes, Orsières, Étroubles (Italie), Ollomont (Italie), Saint-Oyen (Italie), Saint-Rhémy-en-Bosses (Italie)
Président(e) Gilbert Tornare
Code postal 1946
N° OFS 6032
Démographie
Gentilé Bordillon
Population 194 hab. (31 décembre 2013)
Densité 2,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 00″ N 7° 12′ 28″ E / 45.95, 7.2077777777845° 57′ 00″ Nord 7° 12′ 28″ Est / 45.95, 7.20777777778  
Altitude 1 632 m
Superficie 9 009 ha = 90,09 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Bourg-Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bourg-Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bourg-Saint-Pierre
Liens
Site web www.bourg-saint-pierre.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bourg-Saint-Pierre est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district d'Entremont. Le col du Grand-Saint-Bernard et l'hospice homonyme se trouvent sur le territoire de la commune.

Étape de pèlerinage[modifier | modifier le code]

Bourg-Saint-Pierre est une des étapes de la Via Francigena, chemin de pèlerinage menant à Rome. Elle est mentionnée à ce titre par Sigéric de Cantorbery, en 990, avec la mention XLIX Petrecastel. (numéro d'étape en partant de Rome).

Monument[modifier | modifier le code]

Une dette napoléonienne[modifier | modifier le code]

En mai 1800, Bourg-Saint-Pierre a servi de quartier général à l'Armée française de réserve pour la campagne d'Italie, commandée par le premier consul Napoléon Bonaparte et le général Louis-Alexandre Berthier avec leurs 46'292 hommes, lors du passage du col du Grand-Saint-Bernard . Les troupes françaises ayant procédé à d'importantes réquisitions de matériel et de services, comme dans d'autres régions du Valais, les autorités communales ont toujours prétendu n'avoir reçu aucun denier en compensation.

Selon le journal Le Confédéré, dans l'article traitant de la nouvelle liaison en car postal Martigny-Aoste, daté du 3 juillet 1953, Napoléon Bonaparte aurait laissé le message suivant au président Max : « J'ai reçu, citoyen, votre lettre du 20 may. Je suis très satisfait du zèle qu'ont montré tous les habitants de Saint-Pierre et des services qu'ils nous ont rendus. Faites faire une estimation des dommages qu'aurait causés le passage de l'armée et je vous indemniserai de tout. Ceci n'est que justice et je désire de plus pouvoir faire quelque chose d'avantageux à votre commune. » Et le Confédéré de préciser dans son article à travers la plume de Victor Dupuis, « Mais l'original repose aux archives de Bourg- Saint-Pierre comme document d'une promesse qui n'a jamais été tenue. Ce qui est bien dans la tradition classique de tous les conquérants militaires ! »[4].

C'est donc en 1984 que le président de la République française, François Mitterrand, fait don à la commune d'un médaillon de 80 centimètres de diamètre représentant le passage du col par Napoléon Bonaparte afin de clore symboliquement ce contentieux[5],[6].

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2013 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Les services du passage du Saint-Bernard établis à Bourg-Saint-Pierre, document réro (réseau Romand), pages 48
  4. Une liaison nouvelle, Martigny Aoste et retour, Le Confédéré, 3 juillet 1953.
  5. Imhoof Rodolphe S. Bourg Saint-Maurice contre la France, un contentieux relatif à une dette napoléonienne. In: Annuaire français de droit international, volume 30, 1984. pp. 231-237.
  6. http://bboeton.wordpress.com/2009/05/31/comment-mitterrand-honore-la-dette-de-bonaparte/

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :