Vollèges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vollèges
Blason de Vollèges
Héraldique
Vue de la commune de Vollèges
Vue de la commune de Vollèges
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Entremont
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Vollèges, Chemin-Dessus, Cries, Le Levron, Vens, Etiez
Communes limitrophes :
Bagnes, Bovernier, Charrat, Martigny, Saxon, Sembrancher
Président(e) Christophe Maret
Code postal 1941
N° OFS 6036
Démographie
Gentilé Vollégeard
Population 1 782 hab. (31 décembre 2013)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 15″ N 7° 10′ 12″ E / 46.0875, 7.1746° 05′ 15″ Nord 7° 10′ 12″ Est / 46.0875, 7.17  
Altitude 843 m
Superficie 1 787 ha = 17,87 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Vollèges

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Vollèges

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Vollèges
Liens
Site web www.volleges.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Vollèges est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district d'Entremont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vollèges est formée d'un agrégat de plusieurs villages (Vollèges, Cries, Etiez), tous situés sur le Mont Chemin. Vollèges est également le nom du plus grand village de la commune ; celui-ci est situé sur la route de Verbier, non loin de Sembrancher et de la route du Grand-Saint-Bernard, une des deux seules liaisons internationales du Valais vers l'Italie. Les autres villages, Le Levron, Chemin-Dessus, Vens, tous situés en altitude, ont des liaisons routières plus restreintes et plus difficiles. Plusieurs cols carrossables mettent Vollèges en relation avec la vallée du Rhône : col des Planches, col du Tronc, col du Lein. Cependant ces voies d'accès sont devenues secondaires après l'amélioration du réseau routier dans l'Entremont.

Économie[modifier | modifier le code]

L'approvisionnement en eau (problématique en raison de l'altitude, de l'éloignement des cours d'eau et de la rareté des sources) a longtemps constitué un défi pour le développement de la commune. Hormis l'exploitation du bois et un peu d'agriculture, la commune a connu un développement essentiellement touristique (résidences secondaires).

En 2007, un important projet immobilier du promoteur Christian Constantin au col des Planches a provoqué l'opposition de nombreux résidents de la commune, soutenus par l'écologiste Franz Weber[3].

Le Mont Chemin est connu pour être l'un des plus riches et intéressants sites du Valais sur le plan de la minéralogie[réf. nécessaire]. À Chemin-Dessus, par exemple, une mine d'extraction de fer a été en activité au début du XXe siècle. L'activité minière y a laissé quelques galeries (Trou des moutons) sur le versant sud. Toute activité minière a cessé, et la commune tente de réhabiliter le Sentier des mines.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Chemin-Dessus, l'un des villages de la commune, a acquis une certaine célébrité en raison du fait qu'il abrite la résidence secondaire du conseiller fédéral Pascal Couchepin. Cela a donné lieu à quelques manifestations de protestations autour du chalet de l'homme politique et à des opérations de communication du politicien[4].

Chemin-Dessus abrite également la résidence secondaire de l'ancien Chancelier de la Confédération, François Couchepin, ainsi que de plusieurs personnalités de l'économie valaisanne, par exemple Léonard Gianadda[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2013 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Sources : Télévision Suisse Romande et Le Matin du 11 août 2007.
  4. Par exemple, des jeunes politiciens radicaux (PRD) y ont été invités lors de la campagne pour le renouvellement des chambres fédérales en automne 2007. Voir Le Matin du 29 septembre 2007 [1].
  5. Voir Le Matin du 27 octobre 2007

Sources[modifier | modifier le code]

  • Stefan Ansermet, Le Mont-Chemin - Mines et minéraux du Valais, Éditions Pillet, Martigny, 2001, (ISBN 2940145288)
  • Initié par le Centre Nature du Mont Chemin par la responsable Christiane Badoux, ont participé à cette publication Mathias Vust, Stefan Ansermet, Emmanuel Burgener, Thérèse Cretton, Annette et François-Xavier Ribordy, Léonard Ribordy, Antoine Sierro et Pascal Tissières, Le Mont Chemin : hommes d'hier, nature d'aujourd'hui, Sion, Iterama,‎ 2010, 22 cm ill. 208 p. (ISBN 9782883411982)

Sur les autres projets Wikimedia :